Poèmes aux martyrs (de ce monde)

Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6744
Enregistré le : 25 septembre 2008
Localisation : Amour Impossible - peinture de Dorina Costras sur https://livegalerie.com
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Poèmes aux martyrs (de ce monde)

Message le

Poèmes aux martyrs...............................100-247

Perles qui se perdent............................ 101
Le fouet des infidèles........................... 102
Moi de même...................................... 103
Nulle part ailleurs.............................. 104
Objet de culte................................... 105
Y en a marre..................................... 106
Concert baroque.................................. 107
Once de plaisir.................................. 108
Rempart de solitude.............................. 109
Cul sur sa chaise................................ 110
Epouvantail de broc.............................. 111
Colliers sertis de perles........................ 112
Rire du maître................................... 113
Perles qui se jettent............................ 114

Métro, boulot, dodo.............................. 115
Perles d'Orient.................................. 116
Agonise, humanité................................ 117
Le mal baisé..................................... 118
Cocktail de femmes............................... 119
Ne pas aimer..................................... 120
Recherche d'identité............................. 121
Oasis............................................ 122
Fille de campagne................................ 123
Route dégagée.................................... 124
Les treize chandelles............................ 125
Faut-il vous quitter ?........................... 126
Scalp............................................ 127
Survivance....................................... 128

Peler la pomme................................... 129
Exemple parental................................. 130
Merde, les tourterelles !........................ 131
Dernière volonté................................. 132
Manipulateur..................................... 133
Jugement dernier................................. 134
Nouvelle arche................................... 135
A retardement.................................... 136
Grande prêtresse................................. 137
Encroûtement..................................... 138
Damné............................................ 139
Condamné......................................... 140
Culpabilité...................................... 141
Prière........................................... 142

Passion subite................................... 143
Collection....................................... 144
Plaisir simple................................... 145
Baptême des eaux................................. 146
Six à confondre.................................. 147
Piège à souris................................... 148
Déferlement...................................... 149
Les régisseurs................................... 150
Surnuméraire..................................... 151
Scénario bancal.................................. 152
Jeu dangereux.................................... 153
A force de se taire.............................. 154
Comédie.......................................... 155
Digne écuyer..................................... 156

Peur de se salir................................. 157
La vie........................................... 158
Bouchon grincheux................................ 159
Le Grand Arcane.................................. 160
Payer après eux.................................. 161
L'histoire rétablie.............................. 162
Pour la patrie................................... 163
Battage inutile.................................. 164
Nénuphar en fleur................................ 165
Route mauvaise................................... 166
Et plus encore pour l'éditeur.................... 167
Poule aux œufs d'or............................. 168
Monologue sournois............................... 169
Dur de la feuille, peu d'élus.................... 170
Infrarouge....................................... 171
Bourrer le mou................................... 172
Orchestre de paille.............................. 173
Croix de fer, si je mens......................... 174
Le roi est mort... .............................. 175
Apothéose........................................ 176
Serpent acculé................................... 177
Rêve d'avenir.................................... 178
Un petit paradis... ............................. 179
Lettres au panier................................ 180
Le poisson a mordu............................... 181
A vrai dire...................................... 182
Terre défigurée.................................. 183
Ma bête.......................................... 184
Du calme......................................... 185
Sauve-nous, l'ami................................ 186
Au sens large.................................... 187
Constat d'époque................................. 188
Sorcières de Salem............................... 189
Merci Seigneur................................... 190
Apocalypse....................................... 191
Pour une poule................................... 192
Cénobite......................................... 193
Demande d'embauche............................... 194
Combien je vous aime !........................... 195
La vallée des larmes............................. 196
Plus jamais ça .................................. 197
Nouvelle constitution............................ 198
Illusion......................................... 199
Tire la chasse................................... 200
Tu pourriras en Enfer............................ 201
Tronc-racine..................................... 202
Reviens.......................................... 203
Les beaux projets................................ 204
Finir au bas..................................... 205
Ankh, la conciliation............................ 206
La voie du milieu................................ 207
Erreur en cours.................................. 208
Au delà de l'éternité............................ 209
Inspiré du démon................................. 210
Sine qua non..................................... 211
D'une façon ou d'une autre....................... 212
La raison défigure............................... 213
Descente aux enfers.............................. 214
Entre deux eaux !................................ 215
Ministère intemporelle des vestales.............. 216
Deux triangles, deux lignes...................... 217
Continuer son train de vie....................... 218
Couples échangistes.............................. 219
Dors en masse.................................... 220
Castes de fric................................... 221
Le pain et le poisson............................ 222
De mieux en mieux !.............................. 223
Annihilation des basses couches.................. 224
Viol de la contaminée !.......................... 225
Sur les bords du Gange........................... 226
Sensuelle à l'abandon............................ 227
Entre terre et ciel.............................. 228
Au delà de moi................................... 229
Épaissir la crème................................ 230
Entre bien et mal................................ 231
Nature encrassée................................. 232
Suivie de près................................... 233
Canasson branleur................................ 234
Femme libérée.................................... 235
Attaque en règle................................. 236
Marché de dupe................................... 237
Éclaboussure..................................... 238
Mignonne enfant.................................. 239
A l'insu de tous................................. 240
Grisé d'amour.................................... 241
Les regards mitrailleurs......................... 242
Tournedos à la broche............................ 243
Marche à l'ombre................................. 244
Se cacher du monde............................... 245
Retourner l'arme contre soi...................... 246
Gerbes d'étincelles.............................. 247



..............................................................
Modifié en dernier par Gemani le 15 mai 2021, 16:29, modifié 3 fois.
Fondateur du forum, devenu indigne de côtoyer les gnostiques bien ancrés sur leurs deux jambes, qui suivent les justes préceptes et se tiennent dans une stricte moralité.
Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6744
Enregistré le : 25 septembre 2008
Localisation : Amour Impossible - peinture de Dorina Costras sur https://livegalerie.com
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Message le

PERLES QUI SE PERDENT


On imagine tant de choses.
Ces gamines qui se piquent,
Tiennent d'obscènes poses,
Avec les hommes forniquent.

Déchirez les pétales de roses
Tant qu'elles fleurissent encore !
Le sang réclamant sa dose
Pour en visiter les bords.

Fange de l'humanité,
Lunettes cendrées sur le désespoir.
Les yeux éclatés
Dans la noirceur du soir.

Les rêves en couleurs
Qui trahissent ton ennui.
Les brimades du cœur
Qui chavirent dans la nuit.

Le réveil, quête perpétuelle.
Le matin, oh, doux calvaire.
Errance dans la ruelle
A la recherche d'effets pervers.

Dérivatif à une survie maligne
Qui n'est qu'un leurre.
La démarche indigne
Pour des crève-cœur.

L'ignominie tant redoutée
Se greffe sur les pavés.
Trois déchéance à l'unité,
Délinquance pour s'en trouver.

Condamné à périr à rebours,
Génération sacrifiée dans les bas fonds.
Dans une Europe aux mille carrefours
Où gamines puisent au plus profond.


................................................


LE FOUET DES INFIDELES


Tant de femmes délaissées
Aux courbes fatales qui s'estompent.
Le mari trop pressé
Qui déjà la trompe

Pour quelque jeune et belle
Qui croise sa route solitaire.
De son alliance temporelle,
Son corps en jachère,

Elle jongle entre les amants
Qui se bousculent à sa porte
Comme pour se dire intimement
Qu'elle n'est pas encore morte.

Ménage brisé sous la pluie.
Enfants partagés, été, hiver.
Dans le silence et les bruits,
Tout seul en enfer.

Pour quelque plaisir charnel
Qui n'est qu'un trompe l’œil
Pour les hordes d'infidèles
En terre d'accueil.

Le faste de la découverte effacée,
Servir un sentiment vide,
La marque des divorcés,
Les corps toujours plus avides.

Nostalgie de l'union féconde,
Le sens qui me perverti.
Un Thierry la Fronde
Dans un champ d'orties.


................................................


MOI DE MEME


Guettant un geste de Dame Fée,
J'observe les meubles impassibles
Dans un monde si parfait
Qu'il en devient risible.

Mais vont-ils se taire enfin !
Ou devrais-je les égorger ?
Que de propos vains
Dans l'assemblée ravagée !

Si seulement je savais
Pourquoi je suis venu !
Si seulement je pouvais
Avant que l'amour me tue !

Elles paraissent si solides
Derrière leur faux semblants.
Faut-il qu'elles soient frigides
Pour ne pas succomber à mes élans ?

Dans les affres de la plastique,
Elles se disent intouchables,
De leur forteresse de brique
Comme de château de sable.

La beauté qui égare
Le marin entre ses côtes escarpées,
La voir qui se démène sous mon regard
Comme une sirène frappée.

Cette chair si fragile,
Sans âme qui s'abandonne
Sur les fanges habiles
Où le tonnerre résonne.

Les amis loin du cœur,
Les foudres du matraquage
Dans ces temps de rigueur
Qui me font roi mage.


................................................


NULLE PART AILLEURS


Dieu, source ultime
Du poète qui se cherche,
Toujours se brime
Du fond de sa calèche.

Les paysages qui défilent
Devant mes yeux livides
Toujours en exil
Comme un apatride.

Les gens qui changent,
Se dressent sur le chemin.
Cette nuit dans une grange
Le temps que monte le levain !

Dans les terres froides
Où liberté émerge
Au prix de croisades
Au sein de jeunes filles vierges.

Dans les terres desséchées
Où famine condamne
Famille à marcher
Comme peuple tzigane.

Dans les terres sacrées,
Précieuses ondines
Gravent à la craie
Entre latrines et ravines.

Ces règnes foisonnent
Au travers des siècles révolus
Qui dans les mémoires sonnent
De trésors suspendus.

Découvrir dans l'écorce de l'arbre
La caverne qui mène à l'autre monde
Où nul ne brandit son sabre.
Lutins vous invitent à la ronde.


................................................


OBJET DE CULTE


Ébranler cette beauté farouche
Qui me fait dresser les cheveux au ciel
Comme anguille sous roche
Entre fanfreluches et bielles.

Démasquer le bon du beau.
Ne pas refuser de voir le laid.
Même si la couleur des peaux
Fonce le clair du lait,

De l'indigène asservi,
Jaune toujours plus débridé,
Comme de vrais zombies
A la solde du blanc lardé.

J'invoque les hordes de l'enfer,
Les cohortes sublimes du ciel
Pour qu'un brasier de chair
En vos coeurs se martèle.

J'accuse le monde à sa perte,
Les filles trop belles qui viennent
Se porter aux lèvres vertes,
Chaudes comme des chiennes.

Amour chargé de haine
Qui bave comme de fiel
Contre jambes longues et fines
Aux contours si cruels.

Crachoir de bêtes fauves,
Urinoirs de marins dragueurs,
Persécuteur des alcôves
Qui précipite son rôle par cœur.

Épaule démise par force
Pour arracher ma main de ta peau
Comme un brise glace
Pris dans les eaux.


................................................


Y EN A MARRE


Ils ont tué ses fils.
Ils lui ont pris sa terre,
Ses filles violées à la peau lisse
De sa femme à la Divine Mère.

Deux cents ans qu'il erre ainsi
Et toujours, il se marre.
Il est encore assis
Comme un grand phare

Qui les soirs sans lune
Fait tourner les étoiles
Comme mille petite lunes
Qui en soulèvent le voile.

Il reste sur son rocher
Au milieu du désert
S'en allant prêcher
Pour délier ses fers.

Comme sur une île
Perdue en mer,
Il cherche asile
Au sein de sa Mère,

Qui pleure sur les hommes
Comme une femme abandonnée
Qui ravage la cité du Shallom
Des gens trop fortunés.

La peur s'abat sur l'animal
Qui vit près des berges.
Ils viendront, les vandales
Violer nos Vierges.

Et l'Indien se marre
Du blanc et du noir.
Il fume son long cigare
Sous le pleuvoir.


................................................


CONCERT BAROQUE


Le monde a assez souffert.
Le grandiose du cirque bariolé
Sur les rails du chemin de fer
Lui aussi, s'en est allé.

Les poètes viennent en masse
Des horizons bas et frontal
Aux propos salaces
Pour cacher leur mal.

De chanteur sans voix
Débardé de musiciens et danseurs,
Autant de briquets de noix
D'une hystérie de grandeur.

Ma trame naîtra de vous,
Marrée de mains flasques
Qui plantent des clous
Dans la folle bourrasque

Qu'il déchaîne de ses fans
Dans le delirium des adolescentes
Aux cœurs de liane
Qui s'entremêle de fiente.

Fragiles bébés bonheur,
Elles vivent d'un espoir
De si peu de valeur
Pour un faire valoir.

Sur les planches, Yann
Fera éclater le parterre de bois
Comme un mythomane
Sans porte voix.

Paroles qu'il déblatère
Et qui trouvent écho
Sous les chemisiers clairs
De cœurs trop gros.


................................................


ONCE DE PLAISIR


Ils prennent la forme d'oiseaux
En vue de tête chercheuse
Pour éveiller les oripeaux
Devant les abeilles tueuses.

Elles butinent le coeur des amants
Pour séparer le fiel du sang.
La bête se fait chair
En Immonde prostituée du Caire.

Louvre aux faces cendrées
Comme réceptacle aux bords lustrés.
Louves aux mamelles généreuses,
De petits humains aux joues creuses;

Ce n'en sont plus,
Objet du système,
Elles viennent à la rue
Se rincer à l'excédent de crème.

Un œil tiré vers le passé,
L'autre perdu dans un univers tracé
Comme une esquisse de paysage
Sans ciel, ni plage.

Cages à lapins décérébrés
Qui abritent les somptueuses,
Dos trop cambré
Comme de vertueuses.

Un physique tapageur,
Une âme des plus conciliantes
Qui accumule rancœur
Aux hommes de la gent.

Les entrailles vermifugées,
La peau barbouillée,
Elles se font engrangées
Au moindre billet.


................................................


REMPART DE SOLITUDE


Les fils du baron de lumière
Se promènent parmi nous.
Réfugiez vos âmes au cimetière,
Enterrez vos morts debout,

Alignés en rangs serrés
Comme les statues des pascuans
Qui se réveillent des trachées
Mus par l'obscure Léviathan.

Vaisseaux aux frontières du réel
Obscurcissent jusqu'au ciel.
Les monstres se mettent en branle,
Défont les cités des vandales.

Celui qui se croyait élu
Est mis en déroute.
L'autre qu'on disait perdu
A fini aussitôt sa route.

Cette voie soi-disant périlleuse,
Cette main qui refuse de bouger
Pour lui souffler Ma Merveilleuse
Au creux de son oreille dégagée.

On les croit gentilshommes,
Avenants et bien intentionnés,
Une carrure briquée de chrome,
Les mains entre fleurs fanées !

Crème de jouvencelle
Qui cède à la brillance duquel
Minois débridé de fard
Me comble le regard.

Jetées en fourrés épineux,
Parcourus de sillons et crevasses,
Ils se montrent comme oublieux
Dans quelque hôtel de passe.


................................................


CUL SUR SA CHAISE


Ethnies qui refont surface
Aux racines préservées
D'une haine de race,
De sang mêlé, de doigts levés.

Ceux qu'on croyait disparus
Développant les même thèses.
Ces images de gens nus,
Persécuteurs aux yeux de braises.

Les fours sont reconstruits.
L'élimination est de rigueur.
D'hier et d'aujourd'hui,
Les familles accumulent rancoeur.

L'homme bien pensant s'indigne
Avec sa mauvaise foi coutumière.
Même si parfois, ses yeux clignent,
Il se tâte le derrière.

Les peuples réunis se disloquent
Dans la tourmente de liberté.
Nationalité en loque,
Génération bâtarde plantée,

Rejetée par les uns,
Démise par les vieux.
La longue marche des défunts
Frappe l'esprit de Dieu.

Que d'enfants sacrifiés
Pour l'hégémonie de vieux fous.
Chair fraîche ou avariée,
Vous en reprendrez bien un bout !

La famine qu'on entretient
Comme référence à de plus démunis.
Le non-respect des anciens
Qui nous ont donné la vie.


................................................


EPOUVANTAIL DE BROC


Cette fausse bonhomie des filles,
Bruyantes et porteuses de ragots.
Elles portent colliers aux chevilles
Avec aux becs des mégots.

Mémoire dépassée,
Aigreur de solitude
Qui ronge un passé
De mauvaises attitudes.

Nostalgie d'un été brûlant
Qui palpite dans les sens.
Deux mille ans
Que tu fais silence.

Dieu te disait tout
Pour traire au sein de ta lady,
De peu ou prou,
Ces mots que jamais l'on ne dit,

Je ne vous en souffle
Que pour mieux vous tromper :
Hommes de paille qui renflent
Ladies jonchées sur le parapet.

D'exil froid au complexe
Tendancieux de convoitise,
Briser ce réflexe
De carton-pâte qui m'égrise.

Chemin de boue séchée
Se craquelle de vomi
Au dôme de l'évêché
De landes reverdies

Aux jaunes des foins
De barbes fleuries,
De sourires en coin
Aux bigots instruits.


................................................


COLLIERS SERTIS DE PERLES


Ils volent les subventions
Vivant de leurs bénéfices.
Ils craignent une récession
Sans faire de sacrifice.

Biens accumulés
En villas de prestige,
Se disent acculés,
Sujets aux vertige

Au sommet de l'infortune.
Jeux de fric sale
Dont ils sortent indemnes
Comme de morfales

Décimant des plus petits qu'eux,
Suicide reporté à demain,
Geste malencontreux
Dont ils se lavent les mains

De sang qui éclabousse
Leur parterre de marbre,
Dernière secousse
De l'homme sombre.

Standing de classe,
Gamines en bord de plage.
Yacht de passe
En orgies de partage.

Vieux messieurs guillerets
Qu'elles haïssent sur le pont,
Les doigts dans l'ivraie
Commettent faux bonds

De rouages trompeurs
S'encrassent de services
Aux doux protecteurs
De plantureuses génisses.


................................................


RIRE DU MAITRE


Thérapie de groupe
Et autres sornettes,
Le vent en poupe,
Ils sucrent nos fillettes.

Institution étatique
Trop souvent permissive,
Histoire de fric
Ou de jambes lascives.

Fondateur à la noix
Qui s'engraisse dans leur dos.
Témoins de choix
Dans la morsure des crocs.

Adepte de l'inconnaissable
Alimenté en faux miracle,
Pactise avec le Diable
Sous couvert de ses pentacles.

Il sensibilise le jeune éperdu
A son éternel carcan.
Idées forgées à mains nues
Dans l'esprit de délinquants.

Dans la multitude partagée,
Il a ses partisans.
Sous la loi ombragée,
Il dit purifier le sang.

Ils honorent un dieu de guerre,
Satan en place forte
Derrière les stèles de pierre
Dirige vers toi ses cohortes.

Même sous un faux registre de l'Amour,
Il trompe son monde d'halluciné
Les conduisant aux fours
Partager le sort des damnés.


................................................


PERLES QUI SE JETTENT


Lutte au coup par coup,
Ton uniforme corrompu,
Payé par les barons fous.
Devise : vider les accus.

Coin des fumeurs en boîte de strip,
Ils occupent le terrain vague
Avec le mal aux tripes,
S'arrogent une dernière blague

Comme un baiser de mort.
Toi qui ne jure qu'en Baudelaire,
Si tu répond au son du cor :
Un trip de jambes en l'air,

Aujourd'hui, plane l'oiseau
Dans la vallée morbide.
Demain, pleure le vermisseau
Bien trop candide.

Buse, déploie tes ailes
Avant qu'on ne t'en sépare.
Lâche ton vieil opinel
Et change de gare.

Passe de mode, de branché
Aux mines déconfites de trahison
Creuse sa tranchée
Dans les caves et sous les ponts.

Bunker en abris de guerre,
Tu perfuses en terre ravagée
Entre mines et bombes incendiaires
Qui rendent ton cœur léger.

Petits soubresauts...
Tu savais bien
Qu'il y en aurait trop
... et plus rien.




................................................
Fondateur du forum, devenu indigne de côtoyer les gnostiques bien ancrés sur leurs deux jambes, qui suivent les justes préceptes et se tiennent dans une stricte moralité.
Hors ligne Gemani
#3
Avatar du membre
Messages : 6744
Enregistré le : 25 septembre 2008
Localisation : Amour Impossible - peinture de Dorina Costras sur https://livegalerie.com
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Message le

MÉTRO, BOULOT, DODO


Tir au flanc au prix de rabais,
Dose frelatée pour allonger
La corde au gibet
De rognures d'ongles rongés.

Corps étendu et glacé
Après une agonie silencieuse,
Le coma du défoncé,
La seringue insidieuse.

Affiche placardée dans les métros,
Lynchage des gens de la morale.
Jeune fille sur le carreau
Dans l'antre de la mygale,

Tisse la toile de perles
De la rosée des paladins
Trompé de siècle
A cette funeste fin.

Boulot de semeur en vaine ;
Pâle et livide minois,
Sur les pavés traînent
Les éternels rois.

Oh, tu peux te vanter
Du bonheur assouvi.
Le souffre des édentés
A jamais te ravit.

Le niais débonnaire
Ignore ce qu'il en est.
Le parfait ordinaire
Renie ses trois plaies.

Que ne faut-il
Pour en faire partie ?
Les enfants des îles
Ont tous péri !



................................................



PERLES D'ORIENT


Sensuelle à fleur de peau
Sans être la plus belle,
Elle a le charme nouveau
Du ministère intemporel.

Grande prêtresse,
Active les consciences décadentes
De Sirius à Antarès,
Ses flammes ardentes

Déchirent la robe des stratus
Comme des cœurs de porcelaine
Sur les bords de l'Indus
Au luxe de Baden-Baden.

Au delà de la forme,
Il y a l'individu péremptoire
Dans l’œil du maelström
Enfoncé le suppositoire.

Brebis galeuses effarouchées
Par la dame aux entrechats,
La robe détroussée
Dans le jus des crachats.

Déshonoré du sang des rois,
Bleu de gris et blanc cassé
De la bonne marche des lois
A la grande odyssée.

Lapider les infidèles,
Tripoteurs aux bras long
Dans la fine dentelle
Aux gardes du peloton.

Les membres coupés,
Mis au banc de la société.
Les vêtements détrempés
Devant tes yeux exorbités.



................................................


AGONISE, HUMANITÉ


Fument, boivent, les inspirés ;
Célébrer un autre dieu.
Il porte mille visages de grès
Sous d'autres cieux.

Draguent, violentent, les artistes ;
Objets de culte dépassés.
Rouleaux à prières et chapelets tristes,
Les dessous rapiécés.

Démontent et trahissent, les disciples ;
Nouvelle école, nouveaux maîtres
Sous des auspices terribles,
Ils faussent leur paraître.

Se dégoûte, le mauvais poète
De puiser nulle part,
Quand soir de fête,
Il dépose son regard.

S'insurgent, les politiques
En manque de fadaise
Pour séduire un public,
Regorgent de braises.

Grandissent, les petites filles
En objet de martyr
Aux pères de bonne famille,
Elles se font grossir.

Pleurnichent, les femmes
Qui voient leur mari partir
Sous les conseils de Sodome
Qui les veut trahir.

Elles sont passées de mises,
En reviennent des belles promesses
Jamais tenues et mille fois prises
Aux matins qui blessent.




................................................


LE MAL BAISE


Eux n'ont pas de complexes
Quand ils en abordent une.
Ils lui parlent sexe
Comme d'autres, lune.

Cela fini dans la frénésie,
Partage du toucher pour voir
Si l'on s'apprécie
Sans jeter son crachoir.

Presser de bouffer la vie,
Ils n'ont plus le temps
De pleurer par dépit
Par moments de grand vent.

Comme désabusés, il me semblent,
Ils collectionnent les aventures.
Dans ces temps troubles,
Il y a trop de fritures.

Les corps s'électrisent,
Les cœurs s'épuisent.
C'est l'individu qui choisit
Ce dont il a envie.

Les barrières sont tombées.
Dieu, je dois vous le dire
S'est retiré du champ de blé.
Condamnés à périr.

Oiseau de mauvais augure,
Je suis le premier de la liste.
Sans doute, la plus belle ordure
Même s'il se dit artiste.

Contrôle de vous même
Qui vous fait défaut.
Les gens qui s'aiment
Jusqu'à l'échafaud.




................................................


COCKTAIL DE FEMMES


S'ils me ressemblaient,
Elles fermeraient boutiques.
Les économies criblées
A cause de membres obliques.

Collection de printemps,
Elles ne font que la gigue.
Fausse rage de dents
Tout au long de l'intrigue.

Elles se donnent au créateur
Une envergure de pitre
S'agrippant comme de tuteur
Aux verres de leur vitre.

Nobles catins en fille de trait,
Pur produit de la libre entreprise
Des ports en Érythrée
A votre bouche cerise,

Je n'ose me plaindre
De belles soies frangées de dentelles,
De rouges façades à peindre
Entre dorures et flanelles.

Femmes aux masculines controverses
qui montent à la parade
Entre gouttes de pluie averse
Aux mille reflets de jade.

Elles ont de l'homme la démarche,
De la femme, un large bassin,
Maya coupée des attaches,
Je refuse de boire à ton sein.

Ils ont échafaudé ce plan
Mais je l'ai tant courbé
Que la vague de l'océan
Est venue les emporter.



................................................


NE PAS AIMER


A vous dégoûter du sexe intime
Juste par votre infidélité conjugale,
Je me tiens en grande estime
En dehors du champs des cigales.

Saint de mon corps affecté
Par une grande misère morale.
Cœur débité, conscience disjonctée
Par vos incessantes fringales.

Non pitié, pas devenir comme vous.
Monstres ignobles, bête de sexe
Le doigt logé en dessous,
Folâtrer au vieux réflexe.

Ruse des pourvoyeurs en quête,
Ils jouent les indifférents
Pour qu'elles s'y prêtent
Plus volontairement.

Convoiter le mâle inaccessible,
Celui qui se refuse à se donner
A des formes répréhensibles
Sur une banquette égrenée.

Puritain qui s'insurge en branle
De la montée des chevilles aux cuisses
Dans les couches infernales
Du tafia des filles que je lisse.

Elles sauront vous mener
Plus habilement encore.
Vous pouvez les traîner
A salir votre corps

Mais sans lui dire je t'aime
Sinon elle a partie gagnée
Et comme à moi-même,
Elle viendra vous saigner.



................................................


RECHERCHE D’IDENTITÉ


J'ai le mérite d'être moi-même
Bien que cela déplaise à certain.
Les anciens du système
Sont fidèles au train-train.

La chemise-cravate rejoint son troupeau,
La fille de joie se pomponne le derrière.
Accoutrement de foire au bureau,
La même course qu'hier.

Je suis pas de la planète,
Qu'ont-ils tous à courir ?
Oh vous savez, c'est la traite
Des blanches du maigrir.

Abattoir pour les récalcitrants,
Société uniforme et anonyme,
Rude école à l'âge de vingt ans,
Initiation ouverte au crime !

Inutile à la grosse machine,
Bouche de trop à nourrir.
Sur le pavé, les Rustines
Aux semelles à se départir.

Abasourdi dans mon chez moi,
Bien entretenu au chaud,
A l'ombre des lois,
Je risque très gros.

Retard de cotisation
Pour mes vieux jours.
Fatale ablution
A vivre l'amour.

Que faites-vous sur Terre ?
J'écris de la prose en vers
Sur votre sacrée planète,
De quoi mettre le cœur en fête.



................................................


OASIS


Sécurité de l'enfant mort
Avec un grain de fantaisie,
Il s'avance l'esprit retors
De peur qu'elle n'est pas saisie.

Jeune fille des bars,
Il n'est pas si mauvais homme.
Malgré ses neufs dollars,
Il fait jouir les dames.

Tu n'as qu'un sourire d'ange,
Une camisole rutilante
Attablée des mésanges
Aux tenues affriolantes.

Poupée de cristal d'eau de roche
Incite à la débauche le routier,
Les gifles après les taloches
Au fric du courtier.

Avisée à se laisser faire
En guêpière au faux bourdon,
Les quatre fesses en l'air,
Elle déclame ses tétons.

Loin des petites attentions,
Elle fait vibrer le bas
Sans le noyer de questions
Le pauvre petit gars.

De l'amour rose bonbon,
Elle a fait son deuil
Depuis que son gros bourdon
Lui fait un drôle d’œil.

Elle s'y frotte l'abeille
Mais il ne dit mot,
Il renfourne son oseille
Sous la bosse de son chameau.



................................................


FILLE DE CAMPAGNE


Renommée des poubelles
Aux foules des ordures
Qui portent séquelles
De chanvre et bromure.

Celui qui va au bout du monde
Ne connaît pas la fin de soi.
Que la bière soit brune ou blonde,
Elle n'est pas la boisson du roi.

Le moteur a grillé.
Le silence abasourdit la peur.
Il me revient ton déshabillé
Qui sursoit à son heure,

Se contorsionne mon aimée
En magie des grand espaces,
Le trapèze d'un cœur enflammé
Aussi peu efficace

Que les blés étaient fendus
Par les hommes de labour
Quand les poulettes bien dodues
S'accompagnaient de quelques fours.

Tombe dans l'indécence
Le vieil enfant solitaire,
Refuser la jouissance
Du fringant Baudelaire.

Naturel, Naturel à la rescousse,
Où sont les petites sauvageonnes !
Bébé cadum à la peau si douce
Goinfrées aux hormones,

Assoiffées de vrais hommes,
Déhanchées de beaux gosses
Comme de métronome
Aux boîtiers de la fosse.




................................................


ROUTE DEGAGEE


A quoi bon jouer les moralistes
Avec une humanité de fourvoyés.
A quoi bon jouer les terroristes
Pour des créances impayées.

A quoi bon jouer les journalistes
A la chronique défrayée.
A quoi bon jouer les évangélistes
A la tenue débraillée.

Quand il attend de la vie
Qu'elle le frappe par derrière,
L'ange préserve le gentil
Du fond de sa garçonnière.

Quand il est tranquille
dans un coin de son logis,
Le démon aux guenilles
Lui chatouille l'esprit.

Tel est le jeu qui convient
Pour un enfant sénile
En but aux miliciens
De chemises noires habiles.

Si de sa retenue coutumière,
Il s'accorde le privilège
De planter sa roturière
Cul entre sel et neige !

Demain, il verra une minorée.
Il domptera l'hérésie.
Il ira jusqu'à l'adorer
Dans ses morceaux choisis.

Peau jeune de Juliette
Aura vite fait de se friper
Dans le miroir aux alouettes,
Son Roméo sera usurpé.



................................................


LES TREIZE CHANDELLES


Sbires de pacotilles
Dans le parcours des Æons,
Méfie-toi du feu qui brille
Dans la forge du charbon.

Les obstacles à l'ascension
Sont partout érigés
Comme possible damnation
Aux humains affligés.

Discours mensongers et images débitées
Font la paire des moyens employés
Par le sanguinaire antidaté
Au émissaires fourvoyés.

Le poing bat en cadence
sur un rythme primaire.
Les voilà qui dansent
Au bord du ténébreux cratère.

Mais, je ne peux rien faire.
Il se poussent les uns les autres
Dans les affres de l'Enfer
Dans lequel, ils se vautrent.

Combien sont au cent huitième degré ?
Très peu sous la coupelle délétère
Dans la tourmente des regrets
Sont parvenus à se parfaire.

Les faux démons s'y mêleront,
Ils en ramèneront quelques uns.
Les destructeurs renaîtront :
Attila, Napoléon, Hitler en un.

L'étoile se renversera
Pour l'ultime et dernière fois.
L'Europe à cris et a sang
Se tournera sur le flanc.


................................................


FAUT-IL VOUS QUITTER ?


Faut-il cacher la femme
Sous d'amples atours
Pour changer la trame
Naissante des vautours ?

Faut-il remplacer les ouvriers
Par robots et ordinateurs
Pour amasser les billets
Dans la poche des entrepreneurs ?

Faut-il libérer les meurtriers
Des geôles de l'Empire,
Remettre le pied à l'étrier
Pour le meilleur et pour le pire ?

Faut-il revivre à nouveau
L'enfer des tables d'écoles,
Des devoirs et des travaux
Qui génèrent le contrôle ?

Faut-il donner son obole
En fils de bon chrétien,
Se donner le beau rôle
Dans un large soutien ?

Faut-il me croire ailleurs
Plus pestilentiel qu'ici même ?
Je ne me montre meilleur
Qu'à la fille que j'aime.

Faut-il qu'elles veuillent plaire
A tout autre plutôt qu'à moi
Pour toujours se laisser faire
Comme des filles de joie ?



................................................


SCALP


Je triche à vous écrire
Ce qui m'est trop facile
De toujours vous décrire
Par des rimes malhabiles.

Changer de moyen d'expression :
Petits poèmes en prose,
Histoire de science-fiction
Ou roman à l'eau de rose ?

Pamphlet de la dérision,
Mouvement spiritualiste,
Histoire d'une passion
Plus folle que triste ?

Démonter le puzzle de la pièce,
Cette allégorie de l'amour
Que j'ai inventée de toute pièce,
Imagination à rebours.

Rendre gloire à la Féconde
En se refusant à elle
Pour la donner au monde
En pâture au bout de la ficelle.

Tirez, tirez encore de la corde
Jusqu'à ce qu'elle n'y tienne plus.
Que son âme et son corps se tordent,
Se détachent de mon chevelu.

Si je protège mes boutons
Des crèmes de palissade,
Le point noir du fronton
Qui émerge de la façade

Décrépie des bourrasques de l'hiver,
C'est pour transcender le vrai
Que me picore le pivert
En sale bête de trait.



................................................


SURVIVANCE


Je bois mon jus d'orange
Pendant qu'ils crachent leur sang.
Je les imagine en songe
Séquestrés dans les camps.

Attroupés en discothèque,
Ils dépensent leur énergie
Alors que les métèques
Participent aux orgies.

Consommé de chair fine
Et broyée dans les épices
Présentement servi incline
Sur le plateau des supplices.

Ils émigrent dans le vieux,
Chaparder un brin d'herbe
Du blanc bien soucieux
De perdre sa Superbe.

Témoin de viol et pillage,
L'austérité du massacre grince
Du vol à l'étalage
Dans les cités régentes du prince.

Les idéaux doivent céder
Aux exigences des entrailles
Du ventre décousu et débridé,
Nourris aux vieilles semailles.

Abandonnez vos mets de choix,
La chair vous rend brutaux
Près à tout et sournois
Pour tenir vos sinistres châteaux.

Armés jusqu'aux dents
Délabrées aux mortiers
De sous êtres impuissants
Qui entassent le charnier.




................................................
Fondateur du forum, devenu indigne de côtoyer les gnostiques bien ancrés sur leurs deux jambes, qui suivent les justes préceptes et se tiennent dans une stricte moralité.
Hors ligne Gemani
#4
Avatar du membre
Messages : 6744
Enregistré le : 25 septembre 2008
Localisation : Amour Impossible - peinture de Dorina Costras sur https://livegalerie.com
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Message le

PELER LA POMME


Donnez leur à bosser
De quoi tuer le temps
De vous faire rosser,
Précipiter le pas hésitant !

Soit partager leur peine
Soit s'en porter bien aise
Que pareille chose ne vienne
Troubler le calme de vos charentaises.

Se réfugier dans ses pénates
Pour ne pas se montrer au dehors
De la répression qui dérate
La rage décoiffée des porcs.

Encore vertes ou plus que mûres,
Les pommes me sont délectables
De par leur belle devanture
Qu'elles soient ou non respectables.

Si je puis en croquer,
Je puise au trognon
La perle du paltoquet,
Recevoir un gnon.

Sans la confondre, une mégère
Plus ou moins apprivoisée
Au bistouri de sa chair
Par les hommes aiguisés.

Il vaut mieux l'appeler
Que la mirer au loin
Avant qu'elle ne soit talée
Au toucher de leurs mains.

Coup de dents jaunes
Entre caries qui s'infectent
Et fruit de mon icône
Qui toujours m'affecte.



................................................



EXEMPLE PARENTAL


Comme ils parlent +d'elles me désespère.
Elles sont l'apanage de mon cœur,
De petites filles au pair
Qui se font une idée du bonheur.

Le sacre des plus volontaires
Surprendrait même leurs parents
Quand elles se font panthères
Dans leur monde délirant.

Comme elles parlent d'eux me lamente.
Son aise, son allure, son franc parler
Sont-elles des qualités plus évidentes
Qu'un pauvre homme à libido refoulée.

Eux ne font que grandir
De voitures en poupées,
De maisons en bambins grippés
Qu'il faudrait dés engourdir.

Les époux font silence du cœur,
Du bordel qui les détrousse
Dans l'échange de regards vengeurs
Entre jets de patates douces.

Le soir, ils s'entremêlent
Pour s'oublier comme des machines.
Devoir conjugal et querelles
De sortir griffes et canines.

Viol entre partenaires,
Que de remords de s'être uni
Aussi vite qu'un courant d'air
Qui s'est très mal fini.

Pourtant si doux d'être accompagné,
D'avoir quelqu'un à aimer,
Fin prêt à faire saigner,
L'inviter à écumer.



................................................


MERDE, LES TOURTERELLES !


De monceaux rouges et blancs crochetés
Dans le froid de vos garde manger
Aux fruits émaciés et traités
Par le cultivateur découragé,

Dieu est-il toujours sûr
De son bon droit à vous élire
Entre vos offrandes et vos parjures,
Abel et Caïn à rôtir !

Abel aimait ses bêtes.
Caïn se contenter de cueillir.
Entrepôts de poulettes,
Serre pour aider à mûrir.

Loi de l'offre et de la demande,
Qualité et quantité qu'on a que faire.
Il reste de les porter à l'amende
Entre les couches sanguinolentes de l'Enfer.

L'humanité jetée au gouffre.
Les phoques peinturlurés,
Singes et chats écervelés qui souffrent,
Chiens et grenouilles torturés.

Éléphants qu'il faut édenter.
Armateurs de descentes de lit
Des félins aux robes tachetées
Jusqu'à mon frère de nid.

Vertu aphrodisiaque des couilles de bouc
Aux cornes du rhinocéros,
Les vieilles sorcières s'embouquent
De jeunes mâles féroces.

Huile de vison pour le poil brillant,
Graisse de baleine pour minois fragile.
Que de marins vaillants !
Islande, retour aux pêcheurs des îles !



................................................


DERNIÈRE VOLONTÉ


Si fantastiques que je vous trouve
A vous laisser porter sans réfléchir
Bien que je désapprouve
Votre manière de jouir.

Vous devez tant souffrir
Pour le soir venu, décompresser
Dans vos boîtes à rire,
De remarques déplacées.

Quelle vie absurde à laquelle j'échappe
Dans les culottes de ma mère
Qui de sa langue, me lape
Comme un rejeton pubère.

Quelle est cette fureur de vivre
Qui vous anime au goût du jour.
Je me sens comme défaillir
Dans les limbes de ma cour.

Jetez la pièce dans le puits
Et le corps du cadavre avec
sans oublier mes écrits
Et mon manteau de varech.

Dites que j'ai mis fin à mes jours
Pour dissuader ceux qui voudraient me suivre,
Des philosophes repentis sur le retour
A mes amantes devenues ivres.

Voici la dague pour me poignarder.
Ceci est le cœur à transpercer.
Je crois vos raisons bien fondées.
Je me soumets à vos regards courroucés.

Vous auriez pu être parfaits
Que ceci n'aurait rien changé.
Avant de vous dégrafer,
J'implore une dernière gorgée.



................................................


MANIPULATEUR


Détendre l'atmosphère par des rires mielleux.
La blouse blanche du connaisseur respectable
Au milieu de ses formules et traits rugueux,
Prend appui en bord de table.

Fier de son savoir ténébreux,
Il déblatère des paroles étranges
Qui feraient tomber les archanges
Sur un chemin bien tortueux.

Les petites têtes blondes
Ont déjà changé de Dieu.
Il croule, le monde
Dans leurs gros yeux.

Moi aussi, je veux le pouvoir
De modifier toutes choses.
Apprenti sorcier et mage noir
Se perdent en prose.

Du chaos viendra l'ordre,
De la non-intervention à l'ingérence,
Des cous vont se tordre,
Ceux-là même qui faisaient régence.

La nature, les éléments nous imposent
Les solutions qu'on envisageait hier.
Les machines, toutes seules implosent
Comme des bombes incendiaires.

Comme ces gens qui ont le germe
Que d'autres leur envie
Pour mettre enfin un terme
A leur douce agonie.

Ils jouissent de leur fantaisie
Qu'ils ne reconnaissent plus
Même s'ils n'ont pas choisi
De finir en reclus.



................................................


JUGEMENT DERNIER


Ils arrivent du fond des luminaires,
Des extrémités des grottes souterraines.
Bien sûr, il y en a encore qui les vénèrent
Comme des rois et des reines,

Ceux qui se réveillent à peine
De cent mille années lumière
D'obscurantisme et de chaînes
Trois pieds sous terre.

Papier buvard au sang masqué,
Morale qui s'étiole comme le reste,
Couple à la dérive sur un quais,
Resurgissent les épidémies de peste.

L'homme s'autopunie devant son créateur
Par la conscience qu'il en garde
Face aux nouveaux visiteurs,
Ils s'immolent derrière leur mansarde.

Les images défilent devant chacun,
Passé individuel et impersonnel
Se glissent entre les importuns
Qui fuient regagner leur ciel.

Rémission des derniers condamnés
Juste pour que le miracle se fasse
Dans les corps burinés
De ces vieilles carcasses.

Elle véhicule le froid de l'abîme,
La Bête dans les défoulements
Des supporters de grand estime
Qui poussent des bêlements.

La musique fait son œuvre,
Elle traque, débauche et hypnotise.
La dernière porte s'ouvre,
Poser le pied sur la banquise.



................................................


NOUVELLE ARCHE


La femme à l'homme pour s'appuyer,
Mais l'homme, qu'a-t-il ?
Dieu sur lequel s'apitoyer
Quand il négocie un nouveau péril.

Que d'hommes insensibles
Pour leur préférer des mijaurées.
Que de liens invisibles,
Chaque nuit, entre chacun, secret.

Des enfants naissent sans père,
Des mères les abandonnent
Pour se chatouiller le derrière
Entre elles, orphelins de la zone.

La morve et mon vomir
S'insinue dans votre soupe.
Les filles de la cité vont gémir
De boutons sur leur croupe.

Que de tableaux saisissants,
Il me faut vous peindre
Dans le mélange de vos sangs
A vous entendre geindre.

Il n'y a plus de Terre Promise.
La Terre dégorge ses propres rejetons
Sur les blocs de la banquise,
Chercher la Mère aux tétons.

Loin des turpitudes imposées
Par ceux qui tirent les ficelles,
Les bouts de corde usés
Dans le reste des infidèles.

Se décompose lentement
La vieille machine atrophiée
Sous les derniers hurlements,
L'histoire encore simplifiée.



................................................


A RETARDEMENT


Je vous vois enlacés de tendresse
Comme si l'amour était de mise
Dans vos unions et vos détresses,
Échappatoires des mairies après l'église.

Satisfaire ses désirs intimes
Contre ceux du conjoint
Qui dans vos bras, déprime
De figurer comme témoin.

Martyrs de la paraplégie,
Flambeau des petites gens.
Soirées à l'ombre des bougies
Dans les poches vides d'argent.

En quête de ma ballerine,
Celle qui m'a tout promis
Comme à la pantomime.
Et puis, qui m'a tout repris.

Dealers attachés aux poteaux,
Barons jetés aux fourneaux,
Têtes servies sur de beaux plateaux,
Noms gravés sur les panonceaux.

Coq à l'âne, poule à mule.
Zapping de neurones gorgées.
La cervelle qui me brûle
De ma balle encore logée

Et programmée à me détruire.
Je sais qu'elle implosera,
Que ce monde va frire,
Qu'un jour, elle reviendra.

Que serai-je alors devenu ?
Une larve infâme, mollusque
Informe les prévenus
De la folle bourrasque.



................................................


GRANDE PRÊTRESSE


Dans la Grèce antique, sculpteur.
Dans les temps moyenâgeux, grand seigneur.
Chez les perses d'antan, éleveur
D'étalons aux blanches couleurs.

Indien des Amériques
D'où cette critique
De vos sociétés
De membres débités.

Images fugaces délivrées.
Je souffle sur vos êtres :
Croyance qui vous effraie
De chaque fois renaître.

Déshabiller la femme du regard,
Ce qui me plairait à être visité
Dans le secret du Grand Art,
Goûter à l'ultime vérité.

Le sanctuaire sacré déshonoré
Par le sang des rois versé
De la monarchie restaurée
Aux scandales dépréciés.

Corps mille fois violées à seule fin
Que l'homme se tienne tranquille,
Qu'il contienne sa faim
Devant le canon de l'homme viril.

Esprit innocenté par le psy,
Elle offre les formes qui bougent
Agrémentée d'un superbe châssis
Que pleurent les Peaux-Rouges.

Incitation à la débauche,
Elle se fait porter en triomphe
Malgré le bas qui s'effiloche,
Elle plante partout ses griffes.




................................................


ENCROUTEMENT


Coup d'éclat en disgrâce
D'intérêts sauvegardés
Qui n'ont que faire d'une masse
Aux mœurs débridés.

Lève-toi et marche, l'ami,
Le monde t'appartient.
Tu peux aussi rester soumis.
Tu peux autant déchirer tes liens.

Le lichen, partie intégrante
De ton endormissement
Dans la lumière filtrante
Se meurt tout doucement.

Tremblement des membres,
Réveil des nerfs endormis.
Les racines du vieil arbre
puisent à l'infamie.

L'amour étend ses nageoires.
Il vrille l'espace noir.
Il atrophie le néant, hurle
Sous les graves monticules.

Influx d'énergie qui palpite,
Particules de parcelles divines.
Chaos qui s'effrite
Dans la lie de la vermine.

Radote le même refrain
Six fois plutôt qu'une seule
Dans le pourtour des reins
Où grouille la meule.

Tournent, tournent les pâles
De l'obscure au téméraire,
Dans le creux du val,
Il braille en luminaire.




................................................


DAMNE


Lit de bois matelassé
Et victuailles dans le placard,
Se complaît dans l'air encrassé
A l'ombre des méchants regards.

Il me pèse cet incongru.
Ce trouble fête me gicle.
En de pareils faux-cul,
Je maudis mon prochain cycle.

Enchevêtré dans la roue du cent huit
Contre le revanchard haineux,
Je ne fais prendre que la fuite
Pour ne pas lui glisser le nœud

Coulant autour de son cou effrité,
Du mur, aller le projeter
De ma hargne féconde
Jusqu'à l'autre monde.

Le calme envahit la mer
Après le débarquement des alliés.
Démons mis aux fers
Jusqu'à la prochaine, oubliés.

Ils attendent en silence
Pour se manifester
De colère en moquerie de révérences
Aux haussements d'épaules fréquentés.

On parle peu de ce que l'on abrite.
Préférer les porter en dérision
Afin que l'affaire ne s'ébruite
Ailleurs qu'en de vaines allusions.

Ils génèrent des jalousies
Entre voisins de palier
Qui s'observent en chien de fusil
Derrière leurs volets, repliés.




................................................


CONDAMNE


Dents de crotales et sauce de caïman
Sur coulis de cervelle de singe:
Recette de magie des chamans
Qui s'entortillent de précieux linges.

Marabout de plantes anciennes
Aux vertus qui se perdent,
Lacérées par les hyènes
Et les vautours qui canardent.

Mage à la cape noire sur rouge,
Face obscure de l'extérieure
Manipule les âmes de l'intérieur
Du cercle fermé de la loge.

Tant qu'il y aura des hommes
Qui prendront les armes,
Il y aura des morts
Et des gens qui ont tort.

Sans les armes, ils useront
De pierres et de bâtons.
Sans ces outils, ils iront
Tuer de leurs mains, les avortons.

Vous qui m'avez enlacé
Dans votre folie à amasser,
Je vous rejette aujourd'hui
Sur l'autel de mon parvis.

Qu'importe la dernière nouveauté
Si votre cœur vient à dérater.
Pauvre débris d'humanité,
Tu ne cesses de m'attrister.




................................................


CULPABILITÉ


Recouvrer la conscience totale.
L'univers tout entier en soi
Chemine un long parcours vital
Pour être enfin sacré roi.

Celui qui se retient en elle
Comme un dieu, s'éveille
Dans un nouveau ciel
Où butinent les abeilles.

Faites des orgies en grand.
Écartez vos jambes et laissez aller.
Pourquoi donc faire écran
Dans un monde dégringolé.

Légitime est le rejet
Si les partenaires sont en accord.
Mais, si l'un se sent grugé,
De sa bêtise, il s'honore.

Suivre la fouet des infidèles
Pour se jouer de l'amour
Comme on va à l'hôtel
Se proposer en labour.

Se fondre dans la masse
Pour devenir pareil à eux.
Effacer les vieilles traces
Pour revisiter le ciel bleu.

Hommes et femmes réunis
Confortent leurs essieux
De couples mal assortis
A la faveur de mets délicieux.




................................................


PRIÈRE


Les craquelées, gonflées aux hormones
Restent désespérément au coin.
Il souffle la lumière jaune
Dans les bottes de foin.

Le poète oublié devient cynique
Face à la société qu'il rejette.
Il entretient une panique
Qu'au fond, il regrette.

Briser la catapulte d'échange
Entre l'homme et sa dulcinée.
La tempête menace la grange,
Le visage de l'homme buriné.

L'individu est seul maître
De suivre sa destinée.
Regardez moi paître
Contre vous comme un aliéné.

La tolérance frise l'indifférence,
Le parler juste et de ne rien dire,
Il vaut mieux laisser courir
Qu'entrer en dissonance !

Risquer de perdre ses fans
Par des critiques acerbes.
Surtout garder sa gitane
Ou fumer son brin d'herbe.

Cheminement de rencontre
Inventé pour vous satisfaire.
Naturel, que Diantre !
Visage face contre terre,

Mains croisées dans le dos,
Relève ta tête bien haut
Porte les mains au ciel
Et formule ton appel.




................................................
Fondateur du forum, devenu indigne de côtoyer les gnostiques bien ancrés sur leurs deux jambes, qui suivent les justes préceptes et se tiennent dans une stricte moralité.
Hors ligne Gemani
#5
Avatar du membre
Messages : 6744
Enregistré le : 25 septembre 2008
Localisation : Amour Impossible - peinture de Dorina Costras sur https://livegalerie.com
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Message le

PASSION SUBITE


Comme je n'ai pas grand talent,
Je suis d'accès facile
Tant aux petites gens
Qu'aux génies débiles.

Les cinq sens égarés,
Je passe au travers du subtil
Comme un chien d'arrêt
Se retirant du chenil.

Je moleste les plus doués
Qu'il me reste un inspir,
La voix presqu'enrouée,
La gorge de crépir.

Que leur reste-t-il d'humain
Pour parodier les vampires ?
Y-a-t'il de l'infra-humain
Dans la soif de l'expir ?

M'insurge contre l'art de séduire
Des porteuses de jupes échancrées
Dans le port de l'enduire
De sublimes suçons accélérés.

Que savent-elles de la passion
A comptabiliser les fréquents
Émois en chaudes frictions
De cœurs peu aimants.

Que cherchent-ils à savoir
Plutôt qu'à goûter en elle
Le jus du pressoir
Qui me dégouline de fiel.

Mari trompé et mielleux
Se charge de haine à l'infidèle
Au désespoir anguleux
De remonter ses bretelles.



...........................................


COLLECTION


Toute une vie appartenue au même,
Lassitude de la non-réciprocité
Et l'impermanence des je t'aime
Servis à plus que satiété.

Dérisoire de n'avoir su
Au fil, trancher de sa blonde,
L'histoire d'amour décousue
De Léonard et sa Joconde.

Que de corps parfaits,
En production par clonage
De femmes contrefaits
D'hominidés en démarchage.

Fleuron des découpes sensuelles,
Qui sont les maris gâtés
De ces filles trop belles
Qui me font suinter ?

Je ne me veux esclave
D'un corps toujours identique.
Je me crois bien brave
De changer ma chronique.

Elles viendront à qui sait attendre
Ou provoquer de là, leur gêne.
De la graine, devoir prendre
A vous cacher ma bedaine.

Acoquiné de poupées Barbie
Au bras, sous les flash des reporters,
La joue portée au vif de rubis
En vapeur collée sur mes verres.

Courtisé par les journalistes,
Je jubile des femmes coincées
En forme viriles et machistes
Juste à peine défoncées.




...........................................


PLAISIR SIMPLE


Pourquoi des revers durs
Construits en carapace ?
Ils portent des gravures
S'écaillant en surface.

Le couperet glisse dans l'air.
Il sonne creux dans l'esprit.
L'avenir se fait précaire
Pour ceux qui le croient écrit.

Que l'aile de la Colombe
S'étende de tout son long.
Qu'Il vienne en trombe
Chasser tous vos démons.

Elles ne sont plus innocentes
Car jeunes filles, elles ont fricotées
De rencontres incessantes
Par la découverte des bas-côtés.

Elles font comme si le normal
Était de vivre accompagnées.
Elles confondent le banal
De ma réalité désignée.

L'expérience grandiloquente
De vos sérénades endiablées
Aux belles croquantes
Devant mon cœur, se voient criblées.

Combien de mon âge encore pures
Se promènent la tête haute,
Le ventre plat devant les roulures
Qui demandent qu'on les saute.

L'eau bénite vous brûle
Jusqu'à vos entrailles,
De briser l'opercule
De tout votre attirail.





...........................................


BAPTÊME DES EAUX


Elle génère son troupeau
Afin qu'il ne s'entre-tue pas.
Elle en arrache quelques copeaux
Pour en atténuer les dégâts.

Ils dansent pour s'y montrer.
Les yeux scrutant les infâmes recoins,
Dénicher la dernière entrée
Pour la prendre en coin.

Ils expliquent les multiples liaisons
Par la nature du karma interpersonnel ;
Échappatoire bien pratique à l'union
Qui ne conduit pas au septième ciel.

Se quittent-ils en bonne et nue forme
Ou se forgent-ils malgré eux
Des liens incompressibles et filandreux
Alors qu'au coin du feu, ils s'endorment.

L'instant présent paraît propice
Aux débordements de tous genres.
La récolte de nouveaux épices
S'élargit d'un éventail rare.

Puis, vient une existence laborieuse,
Répétant qu'ai-je fait au Seigneur
De façon si malencontreuse
Qu'il me piétine le cœur.

Tout se paye disait un ami.
Accumulez encore argent et prestige
Si cela vous chante, les insoumis,
La montagne de gravats s'érige !

Attendez surtout que le malheur vous retrouve,
Connaisseurs, possesseurs et violateurs.
Demandez alors que Dieu vous sauve,
Lavé des péchés à contre-cœur !





...........................................


SIX A CONFONDRE


Dans ce qu'ils nous disent,
Il n'y a que les résultats qui importent.
Si en promulguant des fadaises,
Ils n'en sauvent que trente,

Il ne leur sera pas retenu
D'avoir trompé leur monde
Pour les beaux yeux d'une élue
Que les basses strates dévergondent.

Les frères et les sœurs des monastères
Ne sauvent jamais plus qu'eux même.
Derrière leur Tour de Babel en prière,
Ils traînent tous leur flemme.

Les chrétiens se ferment les yeux.
Les bouddhistes se renferment sur eux.
Les chamans se prennent pour des dieux.
Les hindouistes rejettent le lépreux.

Les juifs se croient encore élus !
Les musulmanes jouent les ingénues
Pour des maris toujours en guerre
Au son de cloche du Caire.

Que de merveilles à partager
Entre les six splendeurs éternelles.
Les frontières grillagées
Regorgent encore de sentinelles !

Le chrétien s'enorgueillit
De son bon droit coutumier
A porter le treillis
Et jouer au limier.

Des six perles, le Renouveau
Se fera le plus beau joyau
Pour des siècles et des siècles
Enfin respectueux de vraies règles.





...........................................


PIÈGE A SOURIS


Le corbeau sera blanchi,
Le ciel jauni,
Les neiges noircies
Et vos plaies bleuies.

La chair boursouflée,
L’œil enfoncé.
La mort insufflée
Dans les corps enlacés.

Ils n'oseront plus s'aimer.
Les déformations iront bon train.
Faudra bien vous conformer
Au matraquage des refrains.

L'Indien aura sa revanche.
Il verra le blanc à ses pieds
Comme un cake en tranche,
L'implorer de sa pitié.

Il recoudra les morceaux
Au nom de l'Ultime Vérité.
Il rassemblera les pourceaux
Pour les faire chuter.

Ça ne vous rappelle rien ?
Quel mégalo je fais !
S'il faut en croire l'Indien,
Il a retrouvé sa fée !

Le meilleur semble à sa portée :
L'initiation au Grand Mystère
Réservée à celui qui n'a pas chuté
Dans l'antre du cratère.

Mystère de l'Enfant Jésus
Réconcilié avec sa Mère.
Elle est revenue à son insu
Se coincer dans l'ornière.




...........................................


DÉFERLEMENT


Pourquoi vous embellir, jolies poupées ?
Comment le reste peut-il rivaliser ?
Laissez votre maquillage en paix
Avant qu'il ne vienne à vous user.

Sinon le masque sera permanent,
Les larmes creuseront des sillons
Plus profonds qu'émouvant.
Renforcez les contours aux crayons.

Ou sont Andromaque et Vénus ?
Les ersatz ne me suffisent plus.
Retour à l'originelle beauté antique,
Vrais canons de l'artistique.

Confondre évolution avec involution
Reste logique pour des fourvoyés.
Entre invasion et soumissions,
Les crues sont déployées.

Si on retire les musulmanes,
Les êtres développent une liberté
Expansive et nécessaire dont il émane
Des excès mal regrettés.

Le destin devient une affaire de chacun.
D'aucun n'aura à s'en plaindre
Que si tombent les embruns,
Viennent à vous rejoindre

Les regrets ou les remords.
Le monde, qu'il peut crouler
Sur les presque morts
Aux yeux débaroulés.




...........................................



LES RÉGISSEURS


Vos autorités se refusent encore
A vous en montrer les rescapés.
Ils accumulent leurs trésors
Dans des caves bien gardées.

Juste vous maintenir dans l'ignorance
Préférant sourire que de nier,
Des épaves de la croyance
De leur vieux monde, prisonnier.

Conspiration des géants de la planète
Pour vous manipuler au possible.
Gratifier l'essence de l'anisette
Par des passages de la Bible !

Evadez-vous dans la boisson
Ou dans vos lointains ermitage.
A l'écoute du Walkman sous pression,
Vous brûlez trop vite les étages.

La fusée ira se scratcher
Avant d'entrer dans l'atmosphère.
On aura du mal à vous chercher
Dans les veines aquifères.

Si vous n'avez rien fait
Du temps où vous étiez vivant ;
De la liste, vous serez biffés
Par les Hauts du Hurlevent !

Trop d'appel d'en bas
Et si peu dans nos rangs !
On laisse couler au trépas
Le sang des innocents !

Du mal à s'y faire
Quand l'ici même est contaminé
Des effluves de l'Enfer
Se faufilent comme des graminées.




...........................................


SURNUMÉRAIRE


J'ai dépassé les bornes.
Quelle joie de finir en martyr
Devant les porte-cornes
De ma propre satyre !

C'est l'histoire d'une basse-cour.
Les coqs tous de rouge vêtus.
Les poules sur le retour
Que sans pitié, l'on tue.

On remplaçait toujours les mortes.
Les coqs s'ennuyaient beaucoup.
Ils franchirent la porte.
On leur rompit le cou.

Cette allégorie est la vôtre.
La récolte portera ses fruits.
Tu sais comme disait l'autre,
Les carottes sont cuites.

-Ici Londres, les barons fous grognent
Pure folie te conduira, cher rustre
A l'envers puis à l'endroit de la trogne,
Emmailloté mon corps dans le lustre.

Demain, les corps en décharge.
Les ordures en place publique.
Le trône revenu aux barges
Triomphant de l'emblème phallique.

Les pensées m'encombrent les doigts.
Les braves les fourrent au caleçon.
Les prudes se logent en bas
Chez les dignitaires du Poisson.

Sexe qui se manie au crayon
Pour vous écrire en lettre d'or
Alors que retentissent les carillons
Votre venue dans l'âge d'or.





...........................................


SCENARIO BANCAL


Assisté par quelque endroit
Au ministère de mes conquêtes,
J'abuse de mes droits
Pour qu'elles me fassent risette.

La courbette en option,
Je les gratifie d'une bonne note
Comme à la répétition
Si elles m'offrent leurs menottes.

Je m'indigne des violences
Que leur font subir les brutes
Sous alibi du port de l'alliance
Creusée en rondelle de flûte.

Le vent souffle par les oreilles,
Par des griffures de chatte,
Le dos rond, son râle m'effraye,
Ses orbites jettent des reflets d'agate.

L'observe en chien de faïence
Pour finir en mort subite.
Profitant de ma négligence,
Elle prit la fuite.

Je cours à la chambre
Voir si elle fait galipette
Sous les draps sombres
En attente de la sucette.

Pauvre nature offusquée,
Réfugiée dans les pelotes,
Reste bien embusquée
Par crainte de la carotte.

J'ai quelques courses qui me pressent.
Pendant qu'elle me crapahute
De caresses sur la grosse caisse,
Voici que sonne la chute !





...........................................


JEU DANGEREUX


Poète des plus roublard
Poursuis un chemin vertueux
Sur le grand boulevard
Aux rites tortueux.

Il songe qu'à cet instant,
Il est ridicule de vouloir
Trouver un sens aux vivants
Si l'on reste à l'isoloir.

Que faire ? Errer dans la nuit ?
Suivre la parcours itinérant ?
Provoquer le geste gratuit
Quand plonge le cormoran.

Facile de critiquer les hommes
Quand on est exclu du programme.
Il ne viendra de l'aide
Qu'à ceux qui en font la demande.

Nourrissez-vous le chien en coin ?
Craignez-vous qu'il vous morde ?
Au prix où sont les soins,
Il vaut bien mieux la lui tordre.

Demain, il ne se réveillera pas.
Il ne voulait pas qu'on sache
L'histoire de son canevas.
Trop fier mais trop lâche.

Tous ces jeunes qui en finissent
Dans l'ignorance absolue.
Les ratés de la belle génisse
S'arrachent les manteaux de la berlue.

Fidèle à sa marche triomphale,
Le poète enfin reconnu
Est éliminé par les morfales
Du vieux monde des prévenus.





...........................................


A FORCE DE SE TAIRE


Esclave d'une société qui avance
Comme au pas de charge.
Vaste concupiscence
Mis au banc de la marge.

Quand j'aurais ma maison,
Ma résidence secondaire,
Un yacht et un avion
Privé, des propriétés immobilières,

Alors je ferais un don
Aux gens qui souffrent,
Les expropriés du pardon
Que j'ai portés au gouffre.

Souvenez-vous des célébrités
Prônant le marxisme-léninisme.
Chanteurs et écrivains excités,
Adepte aujourd'hui du nombrilisme.

Quand on prend part à la possession
Des êtres et des choses, on meurt
Jusque dans ses premières convictions,
Rétractant la fibre du cœur.

Voici les héros de la nouvelle génération :
Des êtres faibles et fourbes
Qui entassent les fruits de la passion
Sous de délicieuses courbes.

Grandeur du capitalisme,
L'homme veut sa récompense.
Il requiert le terrorisme
De l'argent en souffrance.

Collectionneurs de tout poil,
Votre passion est par trop futile.
Encore un moyen du squale
Pour aider au sénile.





...........................................


COMÉDIE


Aide au mendiant,
Danse de la charogne
Et les nouveaux étudiants
Se moquent de l'ivrogne.

Ils suivent les lignes
Pour coller au modèle.
Ils nourrissent la vigne
Pour finir en elle.

Une pierre dans le cœur,
Des graviers dans les artères.
La blessure de ma fureur
Me donne un air austère.

Pressés au charbon,
Ils prélèvent le précieux nectar.
Tiennent le pompon
Du haut de leur auditoire.

Des singes à peine éduqués
Desquels on tire le portrait,
Le nez bien trop briqué
Derrière la surface vitrée.

On l'expose en vitrine
Sur la colline des ancêtres.
Le blanc à la carabine
S'ordonne comme contremaître.

Flanqué d'un peuple aveugle,
Il choisit ses têtes de turc,
Modifie les règles
Et tend le fil de l'arc.

Glissade sur le verre brisé,
Échancrure des lèvres blanches.
Étouffer le feu attisé
Aux craquements sourds des branches.





...........................................


DIGNE ÉCUYER


Pour mener à bien mon affaire,
J'ai du tout reprendre à zéro
Comme un singe en hiver,
Tenir la cape du héros.

Brouillé ses yeux en salade,
Fricassé sa chair tendre et rosée
Et lui servir de la pommade
Si elle accepte de se poser.

Légère onde qui se propage
Réveille mes sens endormis.
Douce ondine qui me ravage
De sa flamme affermie.

Noyé dans les gens et les biens,
Le cumul les rend croissantes.
Les légions des temps anciens
Se montrent encore plus puissantes.

Chamboulement de l'universalité
Par la retenue de la consommation.
Porte parole de la finalité
A vos mœurs et traditions.

Les moines se sont exclus
Pour continuer à lutter.
Les démons se sont inclus
Sans même besoin de recruter.

La qualité du son s'attache
A la queue du Diable.
Ils conservent la tâche
De l'organe coupable.

Son troupeau de bouc est employé
De choses inutiles dont le monde regorge.
Leurs souvenirs seront broyés
Sur l'autel flammigène de la forge.




...........................................
Fondateur du forum, devenu indigne de côtoyer les gnostiques bien ancrés sur leurs deux jambes, qui suivent les justes préceptes et se tiennent dans une stricte moralité.
Répondre

Retourner vers « Lectures et livres audio »