CONFÉRENCE N°13 : Réalité et Fantaisie de notre Psychologie (Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?)

Verrouillé
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

CONFÉRENCE N°13 : Réalité et Fantaisie de notre Psychologie (Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?)

Message le 26 janvier 2019, 18:25

Samaël Aun Weor
Conférence 013 intitulée "REALIDAD Y FANTASÍA DE NUESTRA PSICOLOGÍA (¿ Quiénes somos ? ¿ De dónde venimos ? ¿ Hacia dónde vamos ?)"
Réalité et Fantaisie de notre Psychologie (Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?)

Mes amis, l'heure est venue de nous auto-explorer pour nous connaître vraiment, en réalité, et savoir qui nous sommes, d'où nous venons et quel est le but de notre existence... Vous êtes assis ici pour m'écouter et moi je suis aussi ici, prêt à vous parler. Entre vous et moi doit exister une véritable communion d'âmes si nous voulons véritablement nous comprendre.

Qui sommes-nous réellement ? Chacun de nous est une énigme pour lui-même. D'où venons-nous ? Pourquoi existons-nous ? Dans quel but ?

Personnellement, il me semble, mes frères, il me semble, mes amis, que vivre ainsi, pour vivre, sans savoir qui on est, ni d'où on vient, ni pourquoi on existe, ne vaut pas la peine.

Il faut que nous soyons clairs avec nous-mêmes et que nous nous comprenions vraiment à fond ; que nous nous connaissions. Quand on S'AUTO-EXPLORE, on peut aussi S'AUTO-DÉCOUVRIR.

La Gnose enseigne que le corps physique n'est pas tout. Un corps est formé d'organes, les organes, de cellules et ces dernières d'atomes. Si nous fractionnons n'importe quel atome, nous obtenons de l'énergie. En dernière synthèse, le corps physique se résume à des TYPES ET SOUS-TYPES DÉTERMINÉS D'ÉNERGIE.

Les Russes ont, depuis peu, découvert le CORPS VITAL. Ils lui ont donné le nom de « Corps Bioplastique ». Ils possèdent des lentilles très puissantes pour voir ce corps. Il est évident que les hindous dénomment ledit véhicule éthérique « Lingam Sarira ».

En tout cas, la mécanique physiologique, l'organisme en général, ne pourrait pas fonctionner s'il n'avait pas un Siège Vital.

Les scientifiques ont étudié la mécanique de la cellule vivante mais, en vérité, ils ne savent rien sur le corps Vital. Certes, Don Alfonso Herrera, un savant mexicain (gloire, donc, de notre patrie) est parvenu à fabriquer une cellule artificielle, mais c'est une cellule qui n'a pas de vie. Les scientifiques pourraient fabriquer la semence de n'importe quel végétal, mais elle resterait une semence morte, elle ne germerait pas.

On sait bien qu'en Allemagne, ils fabriquent des oeufs artificiels. Le fait de fabriquer des oeufs artificiels est vraiment curieux ; mais ils les fabriquent et ils les exportent. Cependant, aucun poussin n'est jamais sorti d'un de ces oeufs-là.

Les scientifiques jouent avec les greffes ; ils font des expériences de toutes sortes, mais ils ne fabriquent pas la vie. Greffer une plante, ce n'est pas fabriquer la vie : c'est jouer avec ce qui est déjà fait. Il existe l'insémination artificielle, mais cela ne fabrique pas la vie.

Si je mettais, sur la table d'un laboratoire, les éléments nécessaires pour fabriquer un spermatozoïde et un ovule, eh bien, je suis sûr que si on les unissait tous les deux (qu'on fabrique un spermatozoïde et un ovule et qu'on unisse les deux, pour être plus clair), il n'en sortirait pas non plus d'enfant.

Par contre, les scientifiques peuvent extraire un spermatozoïde d'une glande sexuelle et le faire fusionner avec un ovule, dans une matrice, pour que naisse un enfant. Mais, C'EST JOUER AVEC LA MÉCANIQUE DES PHÉNOMÈNES. Ce n'est pas jouer avec la vie.

Ce qui serait intéressant, c'est qu'ils fabriquent une paire de gamètes, qu'ensuite ils les unissent et qu'il en sorte une créature humaine. Jusqu'à présent, ils n'y sont pas arrivés et n'y arriveront jamais !

De sorte que les Théories Matérialistes à la mode n'ont aucune espèce de fondement ; elles sont creuses, artificielles, absurdes ! Dans cette même Russie Soviétique, le Matérialisme Dialectique est déjà passé de mode. La production la plus importante en PARAPSYCHOLOGIE provient maintenant de l'URSS Soviétique. La Russie fait son entrée dans une époque d'expérimentations psychiques.

Heureusement, avec les puissantes lentilles qu'ils ont maintenant, ils peuvent voir le corps vital. Ils savent que le corps physique n'est pas tout. Ils savent que le corps physique ne peut exister sans un corps vital. Mais nous, nous n'en restons pas là uniquement, nous allons plus au fond...

Il est indiscutable que tous, nous pensons et nous ressentons, nous désirons, nous aimons, etc. Il n'y a pas de doute [...] la porte et on nous demande : Qui est-ce ? Nous répondons : Moi !

Ce Moi de la Psychologie est digne de l'AUTO-EXPLORATION, de l'AUTO-CONNAISSANCE. Indiscutablement, nous sommes remplis de multiples défauts : colère, convoitise, luxure, orgueil, envie, paresse, gourmandise, etc. Tous ces défauts nous font comprendre que le Moi n'existe pas de manière simplement individuelle ; ils nous font comprendre que nous n'avons pas un Moi autonome. Le Moi est une foule de Mois. C'est-à-dire que nous avons un MOI PLURALISÉ.

Je veux dire, d'une autre façon, que le corps physique est manipulé par de multiples Mois : le « Moi, j'aime », le « Moi, je hais », le « Moi, j'envie », le « Moi, je veux », le « Moi, je ne veux pas », etc.

À L'INTÉRIEUR DE CHAQUE PERSONNE VIVENT BEAUCOUP DE PERSONNES ; et ceci est démontré : personne ne se sent en permanence le même, ne serait-ce qu'une demi-heure. Le Moi qui, aujourd'hui, jure un amour éternel à une femme est remplacé, plus tard, par un autre Moi qui n'a rien à voir avec un tel serment. Alors, l'individu se retire et la pauvre femme reste déçue. Le Moi qui, aujourd'hui, jure un amour éternel pour une cause est remplacé le lendemain par un autre Moi et la personne se retire...

Ceci nous invite à comprendre qu'à l'intérieur de toute personne il y a beaucoup de personnes. Chacune d'entre-elles a son propre mental, sa propre volonté, ses propres sentiments. Alors, notre personne physique n'est rien de plus qu'une MARIONNETTE, une poupée, un robot contrôlé par beaucoup de personnes que nous portons à l'intérieur de nous.

Ces personnes intérieures luttent pour la suprématie, se combattent entre elles, se détestent mutuellement. Quand l'une d'elles arrive à contrôler totalement le CERVEAU, le COEUR et le SEXE, alors elle pense être unique. Nous ne ressentons plus, alors, de responsabilité morale : nous sommes des machines contrôlées par beaucoup de gens.
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: CONFÉRENCE N°13 : Réalité et Fantaisie de notre Psychologie (Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?)

Message le 26 janvier 2019, 18:27

De nombreuses fois, là-haut, dans le Cosmos infini, une planète en heurte une autre et c'est une catastrophe : Les ondes qui arrivent à la Terre nous frappent et nous nous lançons, comme des machines, sur les champs de bataille, en brandissant des bannières, des devises, etc. Des millions de machines se lancent contre d'autres millions de machines et c'est la guerre !

Le plus grave, c'est que nous croyons avoir une véritable Individualité et que nous ne l'avons pas. Nous sommes des machines !

Et qu'est-ce que la MORT ? Voilà l'énigme ! Il vaut bien la peine de savoir ce qui nous attend de l'autre côté. On nous a dit, et c'est vrai, que « la mort est un reste de fractions ; une fois l'opération mathématique terminée, il reste les valeurs », les résultats, les Mois ; ils continuent dans la Dimension Inconnue. L'Éternité les avale.

Il est évident que trois choses vont au cimetière : premièrement, le CORPS DE CHAIR ET D'OS qui se putréfie dans le sépulcre ; deuxièmement, LE CORPS VITAL ou corps Bioplastique (comme l'appellent les Russes et qui flotte autour du cadavre) ; il va se décomposer peu à peu, tout comme le corps physique va aussi se décomposer ; mais, en plus, il y a une autre chose qui va au cimetière : je me réfère évidemment à la PERSONNALITÉ.

La Personnalité n'est pas le corps physique. La Personnalité est énergétique, on ne peut pas la voir avec les yeux physiques, mais elle existe !

Quand on vient au monde, on n'apporte pas de Personnalité. Elle se forme avec l'exemple des parents, avec ce qu'on voit à l'école, avec les expériences de la vie, etc.

Vraiment, en réalité, la personnalité se forme durant les sept premières années de l'enfance et elle se renforce avec le temps et les expériences.

À l'heure de la mort, la personnalité humaine va aussi au sépulcre ; elle y entre et elle en sort, elle va et vient. Cela est perceptible pour les Clairvoyants. N'importe qui ayant un peu de Perception Extrasensorielle peut voir l'ex-personnalité. Elle se dissout lentement au cimetière.

En parlant maintenant avec vous, il me vient en mémoire, à ce sujet, une affaire, un moment insolite : par ici, dans un bal, dans une « bamboula », quelque part dans le District Fédéral, des jeunes étaient en train de danser joyeusement avec une certaine dame très coquette. Ils dansèrent avec elle jusqu'à trois heures du matin. A cette heure-là, la dame manifesta le désir de rentrer chez elle. Eux, très galants, lui proposèrent de la reconduire en voiture, mais elle dit « qu'elle avait froid et comment allait-elle faire pour sortir dans la rue avec un froid pareil ».

L'un d'entre eux lui prêta sa veste. La dame l'enfila et ils montèrent dans la voiture. Ils la reconduisirent exactement jusqu'à sa maison, et là, ils la quittèrent. Mais, le jeune homme oublia de demander sa veste et il ne retourna la chercher que le lendemain.

Alors, le jeune homme, avec ses amis, alla frapper à la porte de la maison de la dame. Une vieille dame sortit ; le jeune homme dit : « Est-ce que Mademoiselle « unetelle » est là ? Je viens chercher ma veste, elle a oublié de me la rendre ». La dame, âgée et très respectable, lui répondit :

- Alors, jeune homme, vous devrez aller chercher votre veste au cimetière, car ma fille est morte il y a des années.

- Impossible, Madame ! Je ne puis le croire ; vous vous moquez de moi.

- Non, Monsieur, je ne me moque pas de vous. Si vous voulez me croire, croyez-moi, sinon, ne me croyez pas. Tant pis pour vous.

Toujours est-il que le jeune homme, troublé, décida d'aller au cimetière avec ses amis. Et bien sûr, il y trouva la tombe de la dame et sur la pierre tombale... la veste !

Cela peut vous paraître, à vous autres, aux incrédules, aux sceptiques, comme des contes pour enfants, mais il n'en est pas de même pour celui qui a expérimenté cette terrible réalité. Car c'est une chose de théoriser à propos de ce que l'on ne croit pas et c'en est une autre de l'expérimenter dans sa propre chair. Ce qui est arrivé est arrivé !

Alors, qu'est-ce qui s'est rendu visible et tangible pour ces jeunes gens ? Qui a dansé avec eux pendant la fête ? C'est, en fait, l'ex-personnalité. Celle-ci peut parfois se rendre visible et tangible. Bien que vous ne le croyiez pas ; c'est vrai.

Et alors, tout ne va pas au cimetière. Il y a quelque chose qui ne va pas au cimetière. Ce qui ne va pas au cimetière, ce sont les VALEURS... Les valeurs, tant Positives que Négatives (les BONS MOIS et les MAUVAIS MOIS).

Je vous ai déjà expliqué qu'à l'intérieur de toute personne se trouvent beaucoup de personnes, c'est-à-dire beaucoup de Mois. Car le « Moi, j'envie » est une chose et le « Moi, je n'envie pas » est autre chose ; une chose est le « Moi, j'aime » et autre chose est le « Moi, je n'aime pas » ; une chose est le « Moi, je hais » et autre chose est le « Moi, je ne hais pas ». Tous ces Mois ne vont pas au cimetière. Il y a également des Bons Mois qui ne vont pas au cimetière. Conclusion : ce qui continue au delà du sépulcre est un tas de Mois.

Ceux-ci se submergent dans l'Éternité. Ceux-ci s'attirent et se repoussent, en accord avec la Loi de Gravitation Universelle. Si vous voulez le vérifier, eh bien, c'est facile. Apprenez à sortir du corps physique à volonté.

Nous avons des méthodes pour investiguer sur ce que l'on nomme « l'Au-Delà ». L'une de ces méthodes s'appelle le « DÉDOUBLEMENT ». Il est facile de se dédoubler à volonté ; il suffit de se coucher la tête vers le Nord, de devenir l'espion de son propre sommeil, de détendre son corps physique et quand on se trouve dans la période de transition qui existe entre la Veille et le Sommeil, on s'identifie alors avec l'Esprit, on se sent devenir Esprit, on se sent devenir Âme. Et, doucement, dans cet état d'endormissement, on se lève du lit.

Quand je dis : « se lever », cela doit se traduire dans les faits. Il ne s'agit pas de penser qu'on va se lever ; il faut le traduire dans les faits : SE LEVER ! Et si vous vous levez et qu'ensuite vous vous retournez pour voir votre lit, vous verrez que votre corps physique est resté là, endormi.

Ça ressemble à ce que fait le propriétaire d'une automobile qui, après être arrivé où il devait se rendre, sort de sa voiture et la regarde du dehors.

Ne pas s'angoisser c'est-à-dire de ne pas être effrayé, de ne pas avoir peur est fondamental. Ensuite, il faut sortir de la chambre avec courage, sortir pour de vrai dans la rue ; flotter dans l'air ambiant à l'intérieur de la Dimension Inconnue, dans la Cinquième Coordonnée.

Celui qui fait cela, pourra investiguer par lui-même sur ce que nous sommes en train de dire à propos de la mort. Il verra les défunts, ceux qui ont abandonné leur corps physique, il pourra converser avec eux, face à face, les voir, les toucher, les palper.

Les sceptiques vont se moquer de tout cela, mais ça n'a aucune importance, ni pour la Science, ni pour nous. « Celui qui rit de ce qu'il ne connaît pas est en passe de devenir idiot »...

Ainsi, je vous invite donc à expérimenter afin de pouvoir voir, toucher et palper ce qui est de l'autre côté, ce qui s'appelle « l'Au-delà ».

Pour continuer, nous dirons que l'Éternité avale ceux qui quittent ce monde. Mais à la longue, elle les vomit (pourquoi les garderait-elle ? Savons-nous, par hasard, manier les Forces Universelles ?). En son temps et à son heure, nous retournons, nous revenons, nous nous rendons de nouveau dans ce monde. Ce n'est pas très agréable de revenir, n'est-ce pas ? Et pourtant nous revenons ! C'est la LOI DE L'ÉTERNEL RETOUR DE TOUTES CHOSES : les planètes reviennent à leur point de départ après un certain nombre d'années ; les atomes, dans la molécule, retournent à leur point de départ originel ; les saisons : printemps, été, automne et hiver reviennent chaque année ! Tout retourne, tout revient ! Pourquoi devrions-nous faire exception ?

Indiscutablement, nous revenons, nous nous réincorporons dans un nouvel organisme. Il se trouve qu'à l'heure de la mort un DESSIN ÉLECTROMAGNÉTIQUE s'échappe de notre psyché. Ce dessin de l'ex-personnalité vient, plus tard, prendre forme, se cristalliser dans l'oeuf fécondé. Et c'est ainsi qu'avec le temps nous reconstruisons notre propre corps. C'est-à-dire que nous renaissons, nous reprenons un nouveau corps de chair et d'os.

Je ne suis pas en train de vous parler de Réincarnation ; ceci est plus élevé. Je parle de la Loi de l'Éternel Retour de toutes choses et cette Loi est démontrée.

En revenant dans ce monde, nous devons créer une nouvelle Personnalité. Elle se forme avec le temps et les expériences. En revenant prendre un corps physique, on se réincorpore une nouvelle fois ; je veux dire que les Mois reviennent prendre possession du nouveau corps et alors se répètent les mêmes scènes, les mêmes drames, les mêmes comédies, les mêmes tragédies.

Que c'est beau un enfant ! Pendant les premières années de la vie d'un enfant, il existe seulement une petite partie de l'Âme de l'innocent.
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Verrouillé

Retourner vers « Tome 1 : psychologie de l'Auto-Connaissance (début) »