Elisabeth Haich - Livre : Initiation

ce sont des sujets qui démontrent combien l'ego est bien vivant en moi. Quand on dit qu'on aime quelque chose ou qu'on déteste tel être, c'est un ego qui s'exprime. Peut-être l'Intime ne fait-il jamais de préférence ?! Difficile de le croire puisqu'il y a bien une volonté de l'Intime.
Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 23 mars 2011, 21:18

Je lis ce livre en ce moment et je trouve beaucoup de points commun avec la gnose de Samael. Il me semble que c'était une vraie initiée de la loge blanche mais je peux me tromper... adepte du raja-yoga.

page 195, édition J'ai lu, on peut lire :
Un homme peut donc diriger cette énergie soit vers les organes sexuels, soit vers ces centres plus élevés, mais en aucun cas, il ne peut la diriger simultanément vers les deux.
Donc celui qui éjacule et qui prétend évoluer spirituellement est un menteur... ce qui clouera le bec des défenseurs de l'AMORC et cie et aussi nous quand nous fautons irrémédiablement.

D'autres citations ouvrent vers d'autres domaines :

page 90
Ils savaient également que les maladies étaient causées par des myriades de créatures minuscules nommées aujourd'hui bactéries et, surtout, ils considéraient que ces bactéries formaient les cellules du corps invisible d'un esprit démoniaque
page 190 : Un docteur ayurvédique qui sauve un malade de sa maladie en 3 jours alors que la médecine occidentale ne faisait qu'empirait le mal.

page 213 : (elle parte de son Dieu Interne)
Il était là et me regardait avec calme. ce regard, cette tranquillité céleste qui émanait de ses yeux ma donna la force de supporter le bouleversement, la joie infinie de Le revoir. Son visage était immobile, mais ses yeux souriaient et je savais que Lui aussi se réjouissait de me voir enfin pleinement éveilée, de constater que je Le voyais de nouveau. Car lui m'avait toujours vue, ses yeux avaient percé le brouillard qui obscurcissait ma conscience. Il avait vu mes combats, mes souffrances, mes tourments. Il ne m'avait jamais abandonnée. Au contraire, Il m'avait aidée à me réveiller, à devenir consciente
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#2
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 6 avril 2011, 07:24

J'ai fini ce livre le week-end dernier.

Pour ceux qui ne pensent pas le lire un jour, voici quelques révélations qui m'ont intéressées(plus loin dans le message.







Quand elle vit son initiation dans sa vie egyptienne, elle est enfermée vivante dans un cercueil et confrontée aux tentations afin de voir si elle succombe.
Comme nous l'a dit Samael, il y en a qui tombent après l'initiation parce qu'ils se laissent aller dans la sexualité avec passion. Il est horrible de retomber aprs avoir été éveillé, invivable.
Il y a 12 paires de qualités opposées à développer, que mal maîtrisées peuvent devenir sataniques (comme parole - silence).
Le pharaon et le chef des prêtres étaient les êtres les plus évolués spirituellement.
Le char du pharaon n'était pas conduit par des chevaux mais par des animaux révérés dans toute l'Egypte ancienne.
Il peut arriver pendant l'initiation de voir des épisodes de vies à venir... voir le parallélisme des vies...
le plus difficile est de ne pas intervenir en faveur des proches quand notre intervention leur ferait perdre leur âme. Il vaut parfois mieux pour eux de mourir plutôt qu'ils perdent leur âme.
Les prêtresses égyptiennes étaient des guérisseuses, les unes s'adonnaient à apprendre l'amour physique aux hommes et les autres guidaient les âmes perdues à leur mort.
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#3
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 6 avril 2011, 14:26

Gemani a écrit :Il y a 12 paires de qualités opposées à développer, que mal maîtrisées peuvent devenir sataniques (comme parole - silence).
Le char du pharaon n'était pas conduit par des chevaux mais par des animaux révérés dans toute l'Egypte ancienne.
Les prêtresses égyptiennes étaient des guérisseuses, les unes s'adonnaient à apprendre l'amour physique aux hommes et les autres guidaient les âmes perdues à leur mort.
Je suis intéressé par les 12 paires d'opposés. Peux-tu développer ?

En Atlantide, le V.M. disait : "Les lions tiraient les carrosses. Vous voyez, de nos jours, les lions furieux, terribles, mais en Atlantide, les lions servaient de bêtes de trait, les lions étaient domestiqués. Les chiens étaient beaucoup plus grands, énormes, maintenant ils sont petits ; à cette époque, c'était des mastodontes et ils servaient à défendre les maisons des citoyens : ils étaient furieux. Les chevaux existaient aussi, mais ils étaient gigantesques. Il y avait des éléphants énormes ; les mammouths, prédécesseurs des éléphants, abondaient dans les forêts des montagnes ; ils étaient énormes".

Elle parle des vestales. Le Maître dit des choses passionnantes sur elles. Une femme actuelle peut se souvenir en avoir été une, il y en a dans le mouvement gnostique des anciennes vestales.
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#4
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 6 avril 2011, 18:12

Les douze paires de qualité jumelles (p 227)
si tu réussis à maîtriser toutes ces caractéristiques dans le monde, tu réussiras aussi les examens de l'initiation.

se taire -parler
réceptivité - résistance aux influences
obéir - régner
humilité - confiance en soi
rapidité de l'éclair - pondération
tout accepter - savoir dicerner
prudence - courage
ne rien posséder - disposer de tout
n'être attaché à rien - fidélité, loyauté
se faire remarquer - passer inaperçu
mépris de la mort - respect de la vie
indifférence - amour
Pour ce qui est des Lions, seuls les initiés pouvaient les conduire.D'autres non initiés s'y sont essayés et en sont mort. Les lions obéissaient par télépathie. Quant aux chevaux, à l'époque où elle vécut, il n'y en avait pas en egypte.

Quant aux pharaons, ils n'étaient pas tous évolués spirituellement, voir le pharaon à l'époque de moÏse...

je crois que l'initiation qu'elle a vécu s'apparentait par certains côtés à celle de L'Ecole des Bhons - Radicale - Drastique : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... =53&t=1286 . Le plus étonnant, c'est qu'elle est arrivée à être initiée de haut niveau sans avoir pratiquer la magie sexuelle. J'aurai bien aimé avoir l'avis de Samael la-dessus. Mais elle appartenait à une espèce d'humain au cerveau oblong... loin des êtres dégénérés, les animaux intellectuels dont la terre regorge maintenant.

ce qui m'a géné, c'est quand elle cherche à distinguer un magicien noir d'un magicien blanc, au lieu de faire référence au vase d'Hermès, au sémen, elle raconte qu'entre un magicien blanc et son disciple se forme un lien qui à la forme du signe infini (8 couché) - chacun englobé dans une des boucles tandis qu'entre un magicien noir et son disciple, le magicien est au centre et le disciple est satellisé.
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#5
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 7 avril 2011, 06:52

Merci.

On revient toujours à la même sagesse : être au milieu.

Sentir et Savoir utiliser l'une ou l'autre qualité lorsqu'il le faut, au moment adéquat.

"N’importe quelle vertu, aussi sainte qu’elle soit, est bonne à sa place ; en dehors de sa place elle est mauvaise et nuisible. Avec les vertus nous pouvons faire du tort aux autres. Il est indispensable de mettre les vertus à la place qui leur correspond" (chap. 29 psychologie révolutionnaire).

"De sorte que ce qui est à sa place est « BON » et ce qui est hors de sa place est « MAUVAIS ». Une vertu, aussi bonne, aussi sainte soit-elle, devient mauvaise si elle est hors de sa place" (conf. n°39 du 5ème évangile).

etc.

Oui, distinguer un mage noir d'un blanc, c'est clair : comment il parle du sexe et comment il utilise le sexe ? sinon on s'y perd dans leur subtilités intellectuelles et comportementales.
Je me suis rendu compte de cela lorsque j'ai un peu étudié l'enseignement d'Aleister Crowley. Il est inversé par rapport à l'enseignement gnostique mais on dit des choses très semblables en apparence, on emploie des mots identiques. Leurs disciples enseignent sur internet à devenir des mages noirs inversés sexuellement.

J'ai été surpris lorsque j'ai appris que le théosophe Leadbeater recommandé par le Maître pour ses livres, était accusé d'homosexualité et pédophilie. Chaque homme a une face occulte.
Les "yeux sont le reflet de l'âme", regardons ses yeux sur ces quelques photos :
http://www.cwlworld.info/html/gallery.html
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#6
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 4 septembre 2011, 17:48

Je viens de voir que Samael avait déjà parlé que les chars étaient conduit par des Lions comme le dit Elisabeth :
Le lion est l'élément feu, et il représente aussi l'or. Anciennement, les chars des rois étaient tirés par des lions ; dans le symbolisme ésotérique, le char de guerre tiré par des lions symbolise les corps solaires.
passage extrait de Arcane 11 - La Force - La Persuasion - Khaph : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 5486#p5486
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Hors ligne Gemani
#7
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Re: Elisabeth Haich - Livre : Initiation

Message le 4 mai 2019, 07:54

J'ai scanné ce chapitre qui est beau et qui me parle (en ajoutant la numérotation, des commentaires et des phrases en gras).

PRÊTRESSE (chapitre du livre « Initiation »)

Les prêtresses ont différentes tâches qu'elles accomplissent selon leurs facultés respectives.

1) Certaines donnent des cours aux danseuses du Temple.

2) D'autres, plongées dans un sommeil sacré, aident les âmes confuses qui, après la mort, errent dans l'atmosphère terrestre, à retrouver leur chemin. Sans cette assistance, elles stagneraient peut-être encore pendant des centaines, voire des milliers d'années puisque, dépourvues d'organes des sens, elles n'ont pas la possibilité de glaner des expériences ni d'établir un contact avec d'autres êtres. Elles sont enfermées en elles-mêmes et ne peuvent trouver la route du progrès. Les prêtresses cherchent ces âmes tourmentées, pénètrent leur essence de toute la force de l'amour et, grâce à leur identité intérieure, imprègnent leur conscience d'idées qui vont leur permettre de trouver une juste solution à leur état. La mission de ces prêtresses est de ce fait double : elles aident ces âmes errantes à avancer et, simultanément, nettoient l'atmosphère terrestre.

3) D'autres prêtresses travaillent avec la jeunesse pour lui apprendre comment assurer à sa descendance des corps beaucoup plus beaux et plus sains. Elles initient les jeunes gens aux mystères de l'amour physique. Elles enseignent aux jeunes hommes comment ennoblir l'instinct par la force de l'esprit afin d'établir une relation spirituelle élevée, un sacrement. Les jeunes hommes sur le point de se marier suivent également ces cours afin de connaître cette énergie sacrée, de la transmettre à leur épouse future et de donner naissance à de nobles enfants.

4) Enfin, certaines prêtresses ont les mêmes tâches que les prêtres. Elles dirigent des groupes de néophytes, supervisent les exercices de concentration, reçoivent ceux qui, dans n'importe quel domaine, ont besoin de conseils. Et lorsque ces prêtresses ont atteint le rang supérieur de la prêtrise, elles peuvent guérir les malades avec le bâton de vie. C'est en suivant cette voie qu'une prêtresse peut devenir grande prêtresse. C'est ce groupe- là qui m'est assigné.

J'aime profondément mon travail ! C'est merveilleux de voir l'âme de mes élèves s'épanouir et toujours mieux révéler le divin. C'est l'illustration vivante du cube opaque qui devient peu à peu transparent et laisse paraître le principe créateur divin. Chaque jour, j'en fais l'expérience avec mes chers néophytes. J'ai aussi beaucoup de joie à m'occuper de ceux qui viennent au Temple exposer leurs problèmes physiques et psychiques. Je les reçois dans la petite cellule qu'Ima m'avait indiquée alors que, pour la première fois, j'étais entrée dans le Temple. Là, les gens me révèlent leur « autre » visage, celui que personne ne soupçonne, souvent même pas eux. Je vois le visage intérieur de chaque créature et il est fort intéressant pour moi d'apprendre à discerner comment les événements et les expériences ont façonné les différents visages selon la loi de l'action et de la réaction. Oh ! si tous les hommes pouvaient voir ce qui est en eux ! Ils ne pourraient plus se haïr, ils ne pourraient plus avoir peur les uns des autres ! Il n'y a pas de mauvaises personnes ! Ils se font du mal, parfois même cruellement, parce qu'ils croient que les autres leur veulent du mal et ils se défendent avant même d'avoir été attaqués, par peur. Ils donnent ainsi aux autres une bonne raison de penser qu'ils sont animés de mauvaises intentions. Si on pouvait les convaincre qu'ils n'agissent ainsi que par peur réciproque, non par méchanceté, ils seraient rassurés et pourraient se serrer la main. Les hommes sont ignorants et aveugles, ils ne se voient pas. Et c'est là la source de toute l'inimitié et de l'hostilité sur terre. Il n'y a rien de plus beau que d'ouvrir des yeux et d'observer grandir dans un regard la lueur de la compréhension et de la connaissance.

À côté de ce travail, je suis autorisée à être présente lorsque Ptahhotep ou son remplaçant guérit les malades avec le bâton de vie. Le matin, les malades arrivent au Temple par leurs propres moyens ou sont amenés par leurs proches. Ptahhotep fait pénétrer dans ces corps malades une nouvelle énergie vitale. Il m'est souvent donné d'observer comment ce bâton de vie guérit en quelques secondes des fractures ou d'horribles blessures qui ne laissent plus apparaître ensuite qu'un léger épaississement de l'os ou une fine cicatrice. Comme on soude des pièces de métal, le bâton de vie soude les os brisés et referme les blessures des muscles, tendons, veines, nerfs et peau. Il agit tout aussi rapidement dans les cas les plus compliqués d'inflammation des poumons, des reins ou de n'importe quel organe. Grande est la miséricorde de Dieu qui donna aux hommes ce moyen de recouvrer la santé.

En plus de mon office dans le Temple, je continue de remplir mes devoirs de femme du pharaon. Comme par le passé, je suis aux côtés de mon père lors des réceptions et autres célébrations officielles. J'observe les gens de la Cour et tous ceux qui assistent à ces fêtes. Souvent, nous recevons des représentants de pays étrangers qui sont bien différents des fils des hommes de chez nous. La couleur de leur peau, la forme de leur tête, leur silhouette et toutes les forces qu'ils émettent sont différentes. Ils apportent parfois pour présents des choses merveilleuses que nous ne connaissons pas ici : des animaux que je n'ai jamais vus, des pierres précieuses, des étoffes, de la poterie extraordinaire. Père a déjà fait venir nombre d'artistes de ces pays lointains afin qu'ils enseignent leur art à nos jeunes élèves du Temple. En échange, certains de nos artistes et de nos savants sont allés dans ces pays pour faire connaître nos arts et nos sciences. Père m'a dit que nous irions un jour visiter ces pays.

Depuis l'initiation, je peux partir seule en chariot avec les lions. Par l'initiation, j'ai reçu la faculté de diriger ma propre volonté dans les centres nerveux d'autres êtres et de les garder sous mon contrôle. Je maîtrise maintenant ces centres nerveux devenus actifs, mais qui sont encore latents chez les fils des hommes, et je peux émettre une force de volonté si puissante et pénétrante qu'elle fait d'un être l'instrument inconscient de ma volonté. Mais, le don de Dieu le plus important est le libre arbitre dont doit jouir l'homme et que personne n'a le droit de violer. Ce serait de la magie noire ! C'est pourquoi je n'exerce jamais la puissance de ma volonté sur autrui. Ce serait pourtant si simple d'aider quelqu'un à résoudre ses problèmes si je pouvais faire agir ma volonté. La responsabilité serait alors mienne et c'est moi qui aurais résolu le problème, pas lui. Je lui aurais aussi enlevé la possibilité de passer un examen. Chacun doit résoudre ses propres problèmes car c'est ainsi seulement que l'on glane des expériences, que l'on développe sa force de volonté et élargit l'horizon de sa conscience.

Les animaux sont directement soumis aux forces de la nature. Ils exécutent donc automatiquement sa volonté et ne sont pas au bénéfice du libre arbitre. C'est pourquoi je peux soumettre mes lions à ma volonté. C'est merveilleux de voir avec quelle rapidité ces animaux obéissent à mes pensées. Ils réagissent à la moindre impulsion de ma volonté et j'ai parfois le sentiment qu'ils appartiennent au même Soi que mes mains et mes pieds. Le même Soi divin est la vie de chaque créature et « l'amour » des animaux n'est rien d'autre que l'effort inconscient pour réaliser cette unité du Soi au niveau de conscience inférieur physique. L'enfant inconscient fait de même lorsqu'il tente de réaliser cette unité, cette identité, en portant tout à sa bouche. Les animaux possèdent ce même instinct. L'unité, c'est-à-dire l'amour entre moi et mes lions est si grand qu'ils prennent ma main, ou même ma tête entre leurs mâchoires et font semblant de me manger (commentaire : Arcane n°11). Ils ne mordent pas, ce n'est qu'un jeu. Mais je comprends que, lorsque ces animaux dévorent une gazelle par exemple, ils ne suivent que cet instinct qui les pousse vers l'unité. L'instinct de conservation et l'instinct de préservation de l'espèce ont donc la même source originelle : l'aspiration à retrouver l'état d'unité divine. C'est pourquoi les manifestations de ces deux instincts sont si étroitement liées et mêlées les unes aux autres. La nature exploite ces tendances originelles vers l'unité pour assurer la descendance par l'instinct de procréation et par la faim pour maintenir le corps en bonne santé. C'est pourquoi la viande que les lions reçoivent de leur gardien n'est jamais aussi bonne pour eux que celle qu'ils obtiennent en déchirant une proie fraîchement tuée car, par cet acte, ils font l'expérience d'une sorte d'union avec ce qui vit, avec la vie elle-même. Avec ce qui est mort, ils ne peuvent qu'assouvir leur faim, pas leur désir d'unité !

J'ai beaucoup de plaisir en compagnie de mes lions. C'est fascinant d'observer ces magnifiques animaux manifester toutes les caractéristiques du Ra (soleil) divin transformées sur le plan animal. Petit Bo-Ghar partage mon plaisir, il est en parfaite harmonie avec tout ce que je fais et dis. C'est à mon tour de lui enseigner l'art de se tenir en équilibre sur le chariot, tout comme le fit autrefois mon père avec tant de patience. Bo-Ghar est très doué pour cela aussi, il fait instinctivement les mouvements qu'il faut et, très rapidement, il peut m'accompagner lors des plus longues courses.

Pendant les périodes calmes, j'accompagne Père à la mer, dans notre petite maison de vacances. Bo-Ghar vient avec nous et, à trois, nous jouissons des plaisirs de la mer. Père s'occupe avec joie du petit garçon. C'est un plaisir de voir son âme pure s'épanouir comme une belle fleur. Un jour, Père observe Bo-Ghar longuement avant de l'appeler pour lui demander : « Bo-Ghar, veux-tu devenir mon collaborateur ? ».

Bo-Ghar se prosterne très bas devant Père et, les mains jointes, lui répond avec un profond respect :

« Maître, je consacrerai toute ma vie à la tâche que tu me confieras afin d'en être digne ». Père caresse la tête du garçonnet : « Relève-toi, Bo-Ghar. Tu travailleras avec nous à la grande oeuvre qu'est le salut de la terre. Fais ce que les maîtres du Temple te disent et tu seras un jour notre assistant... Relève-toi, tu n'as pas à te jeter à mes pieds ».

Bo-Ghar se relève, il ne peut cacher sa joie. Il danse et sautille comme un petit singe ; puis il décide de se comporter en adulte pour être digne de la confiance de mon père. N'y tenant plus, il court à la mer pour y chercher des coquillages.

Une fois seule avec Père, je lui demande : « Père, j'ai reçu l'initiation et lorsque je m'élève au-dessus du temps, je vois le passé et l'avenir aussi bien que toi. Pourtant je ne peux rien discerner de mon propre avenir. Pourquoi en est-il ainsi ? La seule chose qui m'importe de savoir est le progrès qui me permettra de me développer jusqu'à l'échelon suprême et divin. Alors explique-moi pourquoi je peux voir l'avenir de tout le monde sauf le mien ! Le brouillard tombe sur mes yeux chaque fois que je dirige ma conscience vers mon futur ».

Père me regarde, sourit et attend.

Je lui souris et réponds par la pensée. Nous nous comprenons. Son regard dit : « Pourquoi demandes-tu ? Si tu ne peux voir l'avenir, c'est qu'il doit en être ainsi afin que tu puisses correctement faire ton devoir. N'y pense pas, agis et fais tout ce qui est en ton pouvoir pour atteindre par tes propres efforts le degré suprême dont tu as fait l'expérience pendant l'initiation avec l'aide de Ptahhotep ».

Quand le devoir nous rappelle à la ville, nos jours se passent entre le Temple et le palais. Mon travail me donne joie et satisfaction. Pourtant, je me réjouis toute la journée d'arriver au soir ; après avoir accompli toutes mes tâches, je peux m'absorber en moi-même, en Dieu (commentaire : méditation et prière renouvelée). Chaque fois, je réitère mon intention d'atteindre le niveau suprême par mes propres efforts et je m'en approche toujours plus. Mais, chaque fois, je suis déçue (commentaire : le désir nous frustre) car, lorsque je retourne dans ma conscience personnelle, je dois bien admettre que, cette fois encore, je n'ai pas réussi à parvenir à cette ultime réalité telle que je l'ai vécue pendant l'initiation et dont le souvenir brûle dans mon âme. Ma seule consolation est alors de prendre part au service du soir avec Ptahhotep.

La Chaîne de Force (commentaire)
Ptahhotep, son représentant, les prêtres et les prêtresses, tous les initiés se réunissent dans le Temple le soir au coucher du soleil. Nous nous asseyons en cercle ; Ptahhotep et son assistant se font face comme deux pôles. Nous formons un demi-cercle à droite et un à gauche. Un certain temps nous est nécessaire pour libérer notre corps spirituel de toutes les impuretés inévitablement absorbées au contact des fils des hommes. Puis, Ptahhotep tend ses mains bénies à ses deux voisins et, tous, nous nous tenons par la main, formant ainsi un circuit par lequel Ptahhotep et son assistant conduisent dans notre corps le courant suprême divin. Cela nous aide à parvenir à l'état de conscience supérieure de l'unité divine. Le développement de la force de résistance de nos nerfs se fait ainsi beaucoup plus rapidement que si nous ne devions dépendre que de nos propres forces. Ces moments de bonheur de vivre chaque jour pendant l'office du soir sont la substance et le sens de ma vie.

Ô Dieu ! donne-moi la force d'élever ma conscience jusqu'à Toi par mes propres moyens.
EH.gif
EH.gif (25.46 Kio) Vu 1126 fois
Elisabeth HAICH est née en 1897 en Hongrie. Pianiste-concertiste réputée en Hongrie, elle a étudié également la sculpture à l'Académie des Arts de Budapest et réalisé plusieurs oeuvres monumentales dans cette ville qu'elle a dû quitter en 1948. Son idée était d'émigrer en Amérique. Son chemin passant par la Suisse, elle y rencontra des amis qui l'ont accueillie et elle s'y établit.
Malgré un âge avancé, son activité débordante n'a jamais faibli. En plus de conférences où elle a fait bénéficier un large public de sa connaissance, elle a enseigné le yoga à Zurich en collaboration avec Selvarajan Yesudian.
Elle est décédée en 1994 après une vie pleinement réalisée.
Elle a écrit plusieurs ouvrages en particulier "Initiation" (éditions du Signal Lausanne) dans lequel elle fait le récit de sa vie en Europe au XXème siècle et aussi dans l'Égypte ancienne où elle retrouve l'enseignement qui lui avait été prodigué par le Grand Prêtre Ptahhotep. Pas à pas elle est instruite des vérités occultes et élevée à une compréhension des ultimes mystères de la vie.
Elle a aussi écrit : "Force sexuelle et yoga", "la sagesse du Tarot" et, en collaboration avec Selvarajan Yesudian : "Sport et Yoga" et "Raja-Yoga"(Editions du Signal, Lausanne, pour tous les ouvrages).
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Répondre

Retourner vers « Ô mon précieux anneau ! »