La Manière dont se Déguisent nos Egos

Quand Samael liste des défauts différents dans un même texte ou parle du Moi Pluralisé
Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

La Manière dont se Déguisent nos Egos

Message le 10 octobre 2011, 23:09

Autre titre possible : DANS L'ENCENS DE LA PRIÈRE SE CACHE AUSSI LE DÉLIT

D. [...] la manière dont se déguisent nos ego pour rendre leur identification et, par conséquent, leur destruction plus difficiles ?

M. Il est certain que « DANS L'ENCENS DE LA PRIÈRE SE CACHE AUSSI LE DÉLIT ». Dans le parfum des Temples se cache le délit : le délit s'habille en saint, en martyr, en apôtre, etc. Le délit cherche d'innombrables justifications... Le délit se dérobe, il aime les échappatoires, etc. Par exemple, il y a des gens qui disent aimer la beauté. Des hommes qui [...] ils croient qu'ils n'ont rien fait de mal, ça leur a paru très simple [...] y compris des frères gnostiques, des ésotéristes, qui considèrent simplement qu'ils aiment la beauté et se justifient de cinquante mille manières. Mais, s'ils voyaient ce qui arrive dans leurs processus inconscients, subjectifs, s'ils s'auto-exploraient intimement, ils découvriraient l'énorme luxure qui est en eux.

Évidemment, au moment où ils faisaient des compliments à la fille qui passait, des Mois infra-humains, enfouis dans leur Infra-conscience, copulaient avec les Mois intérieurs submergés de la dame qui passait et là, ils forniquaient.

Ce que je suis en train de te dire sur les dames peut aussi s'appliquer aux hommes. Il y a parfois des femmes qui voient un jeune homme et elles le regardent, et il leur paraît beau, et elles considèrent qu'elles n'ont rien fait de mal ; mais, à l'intérieur d'elles, il y a eu fornication...

Par conséquent, la fornication revêt de multiples formes ; et la fornication se déguise aussi avec les vêtements de la beauté.

La colère revêt généralement la toge du juge. La jalousie a de multiples facettes ; il existe la jalousie religieuse : un prêtre voit avec horreur que vont ailleurs [...] dans un autre groupe ; ou un gnostique est jaloux parce qu'un autre frère du Lumisial est passé dans un autre Sanctuaire. Voilà la jalousie religieuse ; un homme jaloux veille beaucoup sur sa femme, il considère qu'elle est entourée de dangers ; avec sept cadenas [...] mais, au fond, c'est simplement de la jalousie. Ainsi, le délit se déguise de beaucoup de manières.

Une fois, le Maître Morya me disait : « S'unir avec l'Intime est quelque chose de très difficile ; de deux personnes qui essayent de s'unir avec l'Intime, une seule y parvient... ». Parce que, comme a dit le poète :

« Dans les rythmes de la poésie, se cache aussi le délit »... Nombreux sont ceux qui se justifient de ne pas faire d'oeuvres de Charité ; nombreuses sont les échappatoires...

J'ai connu quelqu'un qui, après un accès de colère, s'est exclamé : « Non, je n'ai pas de colère ; ce que j'ai ressenti, ce n'était pas de la colère, j'étais trop nerveux, offusqué, mais ce n'était pas de la colère ! »...

Il y en a d'autres qui ne voient aucun inconvénient à dire : « Moi, je remplis mes devoirs : je vis pour ma maison, pour mon foyer, pour mes enfants, etc. » et ensuite, ils font le contraire ; pour tel ou tel motif, ils tonnent et s'enflamment ; ils refusent de donner du pain à leurs enfants et à leur femme...

Nous avons connu le cas d'un individu que nous ne nommerons pas ; il disait qu'il voulait parvenir au Père. Il pratiquait divers exercices ésotériques ; il était terriblement mystique, toutefois, il tonnait et s'enflammait dans sa maison, c'était un ogre ; mais lui se considérait comme vertueux, saint. Mais un jour, la pauvre femme a perdu son père terrestre. Ce dernier lui avait légué un héritage : une propriété très belle dans un endroit du Mexique.

Et lorsque « l'ogre » a été au courant de cet héritage, il a ordonné à la femme de lui remettre entièrement tous ses biens ; la malheureuse femme lui a offert une certaine quantité d'argent, mais il a protesté, furieux, en disant : « Tout ou rien ! » Comme la femme craignait de se retrouver, plus tard, abandonnée par « l'ogre », elle résolut de ne rien lui remettre (et bien lui en prit). Fâché, « l'ogre » demanda le divorce.

La pauvre ne voulait en aucune façon un tel divorce, parce qu'elle aimait ses enfants et ne souhaitait absolument pas que ceux-ci restent sans père ; mais « l'ogre », irrité, n'a pas accepté le marché et la malheureuse s'est vue obligée de signer une lettre de divorce.

Quand je suis allé rendre visite à « l'ogre », je l'ai trouvé plongé dans une prière mystique ; il me dit qu'il voulait arriver à son Père, qu'il voulait s'auto-réaliser... C'était un végétarien insupportable (à cent pour cent) ; il se considérait comme un saint ; il s'en lavait les mains ; il se croyait parfait...

Il n'est pas superflu de conclure cette narration en disant que j'ai dû interrompre cette amitié. Je vis qu'il s'avérait inutile d'essayer de le ramener sur le Droit Chemin.

Il est clair que pour pouvoir fouler le Sentier qui doit nous conduire à la Transformation Intime de l'Être on a besoin, avant tout, d'être un BON MAÎTRE de MAISON, d'accomplir ses devoirs envers son épouse, envers ses enfants, envers les siens.

Si on n'est pas un bon maître de maison, on ne peut absolument pas vraiment se dédier au Travail Ésotérique Superlatif de l'Être.

J'en ai connu beaucoup qui souhaitaient fouler le Sentier et qui croyaient qu'ils allaient très bien, mais, leur vie domestique, indiscutablement, s'avérait désastreuse, désordonnée. Il est clair que les gens de ce type échouent.

Le Travail Ésotérique sur soi-même requiert, avant tout (comme je l'ai déjà dit), d'être un bon maître de maison. Deuxièmement, d'être une PERSONNE DÉCENTE, CULTIVÉE, pas un lunatique, pas un « plaisantin ». Il faut qu'il y ait en soi, qu'existe en soi un véritable équilibre social et économique. C'est seulement ainsi qu'on est vraiment prêt à travailler sur soi-même.

Mais, le délit aime se déguiser avec beaucoup de vêtements. Il y a de mauvais fils dans le monde qui travaillent sur eux-mêmes, en voulant arriver à l'Auto-réalisation de l'Être ; il y a de mauvaises épouses qui travaillent sur elles-mêmes et qui veulent la Libération ; il y a de mauvais maris qui se croient parfaits, mais qui sont monstrueux, et, toutefois, ils travaillent sur eux-mêmes, ils se proposent d'arriver à la Libération et aspirent... Tous les gens de ce type échouent ! Il ne sert à rien de nous déguiser parce qu'un échec est un échec.

Par conséquent, il vaut bien la peine de réfléchir un peu à toutes ces questions : si quelqu'un est un bon maître de maison, un bon fils, un bon frère, un bon père, une bonne mère, un bon citoyen, si c'est une personne décente, si c'est une personne qui n'est pas lunatique, qui n'est pas un « plaisantin », elle est donc prête pour le Travail Intérieur sur elle-même... Voilà, donc, ma réponse.

passage extrait de https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ogique.php
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Répondre

Retourner vers « Présentation générale des égos »