Les Egos Passés en Revue - Apparence Extérieure

Quand Samael liste des défauts différents dans un même texte ou parle du Moi Pluralisé
Répondre
Hors ligne Gemani
#1
Avatar du membre
Messages : 6792
Enregistré le : 25 septembre 2008
Sexe :
Zodiaque :
Contact :

Les Egos Passés en Revue - Apparence Extérieure

Message le 24 novembre 2012, 05:32

Avez-vous vu une personne colérique, courroucée [...] ?Je crois que oui : les yeux lui sortent de la tête, son visage devient rougeâtre ou plutôt rouge, elle serre les poings, ses cheveux se dressent [...] c'est à dire qu'elle est dans un état de frénésie délirante, épouvantable. Une personne dans cet état devrait être emmenée dans une clinique, n'est-ce pas ? Elle est malade et un malade est digne de considération...

Avez-vous vu un jaloux ? Dans ce cas, le Moi de la jalousie a contrôlé totalement les centres principaux de la machine organique. Le pauvre souffre terriblement. Chaque regard de sa bien-aimée est pour lui quelque chose d'effrayant : il lui semble que lorsqu'elle regarde une autre personne, il croit que cette autre personne va la lui enlever, il a peur de la perdre, etc. Si elle s'approche d'une fenêtre et [...] il sort immédiatement dans la rue avec un pistolet ; il croit qu'elle va sortir par la fenêtre ; il est fou, terriblement fou.

Avez-vous vu un glouton ? Comme c'est terrible ! Je connais un tas de gens vraiment obèses. Il y a peu de temps, je me suis trouvé dans un restaurant très élégant et là j'ai vu un glouton. Je peux vous dire que son ventre était terriblement gros, rebondi et il exhibait sa « courbe du bonheur »...

Et bien, quand je suis entré, le pauvre homme était en train de manger et, quand je suis sorti, il continuait à manger. Combien d'heures a-t-il encore continué à manger ? Je ne sais pas...

Pour moi, simplement, cet homme me paraissait trop gros ; tellement gros que déjà l'une de ses jambes flanchait (la pauvre jambe... devoir résister au poids écrasant d'un corps si énorme !).

Je l'ai observé attentivement : il mangeait et mangeait et mangeait à chaque instant, à chaque seconde, à chaque moment. « Pauvre homme ! - me suis-je dit - ne lui est-il jamais arrivé de se regarder dans un miroir ? Quelle laideur ! ». Le glouton est ainsi...

Avez-vous vu un envieux ? Comme il souffre ! Il est digne de pitié ! S'il possède une petite voiture quelconque, une humble « carriole » et que soudain, apparaît un ami de jeunesse qui passe par là dans une voiture flambant neuve, dernier modèle, il la regarde et le malheureux pleure presque et dit : « Un jour, moi aussi, j'aurai une autre voiture comme celle-là ; ce n'est pas juste que je continue avec cette « carriole », et il pleure terriblement... Plus tard, que se passe-t-il ? Il ouvre le radiateur et l'eau monte comme un jet jusqu'aux nuages et le pauvre souffre et se rend la vie terriblement amère...

Une femme envieuse, l'avez-vous vue ? Comme elle pleure ! Si elle en voit une autre qui passe par là dans la rue, exhibant une belle robe, un collier de perles, des bagues ravissantes, elle la regarde des pieds à la tête et de la tête aux pieds ; elle se voit elle-même avec une humble robe et dit : « J'ai tant travaillé et pourtant, voyez quelle sorte de vêtements je porte, je ne sais pas pourquoi je suis si malheureuse ! Pauvre de moi ! Aïe, Aïe, Aïe !... » La pauvre souffre, se torturant toute seule dans la vie ; personne ne lui provoque ça, c'est elle qui se tourmente...

Avez-vous vu, mes chers amis, un avare ? Comme il souffre et souffre le malheureux ! il y a peu de temps, dans une grande ville, existaient trois frères très avares ; ils tenaient un commerce sur la voie publique. [...] Les pauvres économisaient l'argent, ils ne le dépensaient même pas pour s'empoisonner. Eh bien, un jour comme tant d'autres, ils ont été assassinés. Qui les a tués ? On ne sait pas.

La police se rendit dans la vieille bicoque où ils vivaient et, sous le matelas, ils ont trouvé rien moins que l'« insignifiante » somme de trois millions de pesos [...] ils avaient un aspect horrible ! : ils se déguisaient de multiples manières, mettaient des tenues bizarres, s'asseyaient devant les portes des temples, déambulaient dans les rues en se faisant passer pour des aveugles, tout sales, déguenillés, ils étaient horribles à voir ! C'était des gens anormaux, c'est évident !

Et que dire d'un paresseux ? Vous en avez vu de nombreuses fois : un individu fainéant, qui ne fait rien (ici, on l'appelle comme vous savez ; je ne le dis pas parce que cela me fait de la peine) et indubitablement il est anormal, c'est un parasite : il veut avoir une épouse et ne travaille pas [...] la femme, elle, travaille et alors il vit confortablement « au crochet » de sa femme, en se grattant la panse ; croyez-vous que ce soit normal ? Il est ainsi, le pauvre !...

passage tiré de la conférence : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... Humain.php
Issu d'une civilisation décadente qui est plus admirative des pseudo-miracles de la science que du chemin emprunté par les alchimistes et Maîtres des écoles de régénération, comment puis-je me détourner des fausses valeurs ?
-----
Est-il possible de soulever le voile d'Isis avec une pure intention quand on est un animal intellectuel ?
-----
Pourquoi faut-il que la mystique me tente mais pas assez pour que je prenne le ciel d'assaut ?
-----
Quels egos me faut-il éliminer afin de pouvoir emprunter le chemin de l'intégration de L’Être ?

Messages : 2
Enregistré le : 21 août 2015

Re: Les Egos Passés en Revue - Apparence Extérieure

Message le 22 août 2015, 14:50

Bonjour,à ce que je remarque depuis quelques temps,les gens se laissent emporter par leur premier intuition.Ils sont guidés par un ego surdimensionné.Ils se prétendent être la personne qu'ils ne sauront jamais.Le phénomène d'imitation gagne beaucoup d'envergure.Les esprits sont bornés,ils ne voient que ce qui est le devant ses yeux.Ils agissent et réfléchissent après.
Tous ces agrégats sont dues à une ignorance qui aveuglent chacun.Cela montre que les études gnostiques pour chacun.
J

Répondre

Retourner vers « Présentation générale des égos »