aider son prochain

Des sujets différents pour découvrir la gnose avec plaisir et variété de thèmes
Répondre
Hors ligne tmecap
#1
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

aider son prochain

Message le

En parallèle de ceci, nous ne devons pas tourner le regard lorsque quelqu'un nous demande de l'aide. Nous ne devons pas non plus ignorer l'aide que pourrions apporter à certains.
alors que je lisais le post de thelema, voilà la phrase qui résume tout.

Alors que j'étais en train d'ajuster mon tour à bois, il y a une personne de passage que j'aide, habituellement en lui donnant du bois, qui vient me demander du gazole pour sa voiture.
Habituellement quand quelqu'un me demande et si j'ai je donne, ça m'évite de trop réfléchir, et comme ça ce n'est pas moi qui décide. IL se trouve que la semaine d'avant un ami m'a donné 20L de gazole, et que j'avais le bidon sous les yeux.

Dans la pluspart des cas ce procédé ne pose pas problème, mais là une idée m'est venu après coup. Comme je suis un peu long à la détente, et que dans la pluspart des cas je ne sais pas comment réagir, en fait je crée des automatismes qui font que si tout est aligné je donne l'accord, et s'il manque un chainon alors je stop tout.

Ce système est réétudié à la fin de chaque transaction pour savoir s'il est bon ou pas, ou s'il doit être modifié.

Le problème ici, c'est que j'ai le gars qui vient me demander le gazole, j'ai récupéré le gazole la semainde d'avant, en échange il me propose de venir travailler pour moi. Les conditions sont réunies!

Mais il me dit qu'il est en rupture de gazole, alors qu'il fume. Je lui répond, je t'aide cette fois ci, mais tu n'es pas en rupture de gazole car tu peux encore fumer. Quand tu ne pourras plus fumer, alors tu seras vraiment en rupture. Combien du fume par jour? il me dit 10€!

Alors je me pose la question, est ce que je ne suis pas en train de nourrir un ego, plus que d'aider quelqu'un?

Que fallait-il que je fasse? lui refuser le gazole? mais il ne pourra plus aller travailler, ou essayer de s'en sortir? C'est trop tôt pour qu'il arrête de fumer, mais je lui ai quand même dit: "moi je ne fume pas mais j'ai du gazole, toi tu fûmes mais tu n'en as pas", et je lui ai fait la leçon en lui disant de faire plus attention et qu'il commence à déconner grave.

Après qu'il soit parti j'ai eu une remontée comme quoi: ce que j'avais fait n'était pas forcément bien.

Je suppose que j'ai détourné le regard en lui donnant ce qu'il voulait et espérant qu'il ne revienne plus. Car je suppose qu'il a aucune chance d'y arriver... Est ce à moi d'en décider?

Comment faire?
si je lui refuse il ne vas pas s'en sortir, alors que moi c'est un bidon qui prend de la place!
s'il fait la demande c'est qu'il en a besoin et je n'ai pas à juger ce pour quoi il en fait usage. C'est la première fois qu'il fait ce type de demande aussi.

Et comme j'ai acquité sa requête, est ce que je ne le pousse pas plus dans son retranchement?
Faut il que je demande plus en échange de services? Dans ce cas, la prise de conscience n'est elle pas suffisante?

Pour le bois c'est simple il est entassé dans un coin et le gars vient le coupé et le charger, comme ça il transpire un peu pour l'avoir.
Moi je gagne car ça vide, lui il gagne car il a du bois gratuit.

Pourquoi j'en vient à avoir mauvaise conscience dans ce cas là?
Il devais me faire du travail pour me rembourser, mais quand je lui ai proposé un travail il a fallu que je le paye! c'est vrai que c'était un travail un peu gros...

Le truc c'est qu'on sait jamais avec ces gars là..., il est dans la dech, alors je lui propose un truc, mais je ne veux pas non plus que ça le mette encore plus en galère.
Le fait est que quoi que l'on donne comme aide, ça n'ira qu'allourdir l'ego.

Alors faut il faire comme les orientaux et le regarder passer, sans le voir?

Est ce que vous avez des solutions pour ce cas de figure?

Que faire comme aide ici? Le gars veux essayer d'y arriver mais quoi qu'il fasse c'est grillé, c'est sur, mais on ne le sait pas? Est-ce que ça va être le déclic?
Hors ligne Scorlion
#2
Messages : 364
Enregistré le : 15 juillet 2009
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Bonjour Tmecap,

C'est pas évident hein...
De mon côté, à chaque fois que je crois aider mon prochain, je fais ensuite le bilan pour savoir si c'est juste, et bien souvent, je me dis, j'aurais pu, j'aurais pu, j'aurais pu...

Tant que c'est fait avec amour, compréhension et sans jugement, que ce n'est pas mécanique, il n'est pas rare que les résultats (si nous en attendons) soient étonnants...

Toutefois, nous devons apprendre à pécher...
Sans amour, sans se mettre à la place de l'autre, ce n'est pas possible...

Combien de fois je me suis fait complice du vice en voulant aider mon prochain, espérant que l'aide apportée ferait la différence...

Devons-nous culpabiliser pour autant ? Se culpabiliser n'est-ce pas croire avoir du pouvoir sur autrui ?
Je me dis que chacun est responsable de soi-même...
Ça m'évite de m'en faire pour autrui lorsque j'ai cru réellement aider...

De mon côté, c'est souvent de l'argent que je donne, étant donné, que ma situation me le permet...
Toutefois, j'en profite pour passer du temps avec la personne et mieux la connaître.

Sans amour, ni compréhension, ce n'est pas possible de réellement aider...
Toutefois, je crois être à peu près sûr qu'il y a une dimension de sacrifice à ne pas oublier, selon moi...

Imaginons dans cette exemple que je sois aussi un fumeur.
Alors ce que je devrais faire dans l'idéal, c'est aider mon prochain (le comprendre, me mettre à sa place, l'accompagner, en tant que compagnon de parcours), cela sans me rendre responsable du vice de sa fume et en même temps, ne pas fumer moi-même.
Voilà, dans l'idéal ce que je me dis...

Toutefois, si par exemple je lui donne de l'argent, et qu'il décide avec de fumer, suis-je responsable de son vice pour autant...

L'exemple du clochard qui me demande de l'argent.
Je lui en donne, et il va s'acheter de l'alcool...
J'ai le choix, soit je lui donne à manger, soit je lui donne de l'argent...
Toutefois, je pourrais aussi être avec lui, par compassion et non forcément empathie, et le comprendre.

Néanmoins, je me dis :
"L'enfer est pavé de bonnes intentions."
"Charité bien ordonnée commence par soi-même."
"Personne ne doit rien à personne."
"Si les autres nous doivent, nous leur devons aussi." Pas de œil pour œil dent pour dent, pas de loi du Talion.
Ce qui est donné est donné est n'exige pas de retour.

Je ne saurais que trop déconseiller l'empathie et la culpabilité.

Une vertu mal placée se transforme en vice.
Je pense que tu as pris la position d'objecteur pour cette personne. Je trouve cela pas mal.
Je ne crois pas que tu l'aies jugée pour autant.
Tant que c'est fait avec amour, compréhension et sans jugement, que ce n'est pas mécanique, il n'est pas rare que les résultats (si nous en attendons) soient étonnants...
Pourquoi attendrais-je des résultats... :smile:
Modifié en dernier par Scorlion le 12 novembre 2020, 04:39, modifié 6 fois.
"L’ordre sans liberté est tyrannie. La liberté sans ordre est anarchie.
La liberté et l’ordre sagement combinés constituent la base de l’Éducation Fondamentale."

Samaël Aun Weor
Hors ligne Paul
#3
Avatar du membre
Messages : 433
Enregistré le : 03 décembre 2016
Localisation : FRANCE
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Comment ferions-nous si cette personne était notre Fils, notre Frère, ou encore notre Mère, ou Père ?

La première chose à étudier est bien de comprendre en profondeur que "l'autre" doit être considéré avec autant d'attention qu'un proche de notre famille. Car il fait partie de notre famille : l'Humanité est une Grande Famille.

La deuxième approche à comprendre par l'auto-observation de soi-même, c'est ce que nous percevons de l'autre comme défauts, nous l'avons de surcroit en nous-même.

Troisième point : La caste, la race, le niveau intellectuel, le physique, les vêtements, l'attitude verbale etc... ne détermine pas forcément le niveau d'être de l'individu.

Celui qui nait dans un corps en bonne santé, qui est assez intelligent, qui porte de beaux vêtements, qui fait partie d'une famille noble, n'est pas forcément quelqu'un de plus avancé qu'un pauvre mendiant, idiot intellectuellement parlant, qui a une mauvaise éducation, sale sur lui etc...

Au niveau d'être actuel du commun des mortels, cela ne prouve rien de son niveau Intime.

Un noble, intelligent, peut renaître mendiant, avec une capacité intellectuelle faible, mal éduqué etc...

Ou encore naitre handicapé, difforme.

Tout ceci dépend des épreuves que l'Être veut lui faire expérimenter pour travailler.

Naître riche est une épreuve aussi difficile que naître pauvre. Sur le plan du travail sur soi.

Une fois que nous avons profondément intégré, médité et réfléchi sur ses différents points, nous devons nous efforcer d'être des humains utiles à l'humanité. Sans non plus interférer sur leur libre-arbitre et leurs épreuves de vie.

C'est pour cette raison que certains maîtres gardent le silence ou n'interviennent pas. Car c'est la meilleure manière d'aider parfois.

Pour d'autres situations, il faut agir.

Comment toujours bien agir ? En intégrant ces différents points, et en agissant spontanément, tout en s'auto-observant soi-même et non son prochain.

Quand on parle a quelqu'un, c'est nous que nous devons observer. Notre manière de parler.
Quand on observe et juge l'habillement de quelqu'un, c'est nous que nous devons observer en train de juger avec orgueil. Si nous ne faisons pas ce travail. Nous reviendrons mendiant, et on apprendra directement ainsi.
Quand on critique les émotions inférieures véhiculées par notre prochain, c'est nous que nous devons observer et critiquer en train de véhiculer des émotions inférieures.

Tourner son regard vers soi, pour découvrir sa manière de penser, ressentir, se comporter, n'a rien d'égoiste.

C'est un don de soi à l'humanité, pour mieux agir progressivement.

Quand on remarque notre manière de répondre avec jugement à quelqu'un, que l'on se voit répondre, que l'on remarque avec rigueur nos mots, nos intentions dissimulées, nos émotions qui vibrent en même temps, nos gestes, et que nous sommes dans une intention de devenir meilleur, de mourir en nos défauts, on ne peut que changer.

Dès lors que nous avons découvert certains de nos défauts, par l'observation de nos réactions internes pendant notre interaction avec le monde extérieur, et que nous avons avancé sur la Volonté de les éliminer, nos actes finissent par changer, une fois que nous sommes mort en ces défauts.

Si quelqu'un nous demande de l'aide quelconque, étant donné que nous n'avons rien comme attente, nous faisons des actions justes.

Il n'y a pas d'action parfaite. On pourra toujours dire "je pourrais agir comme ceci, plutôt que comme cela parce que ceci, cela" et c'est une réalité.

L'action du Cœur remplace les réactions mécaniques de nos défauts psychologiques

Cette action du cœur est spontanée. Tmecap donne sans réfléchir le bidon, c'est désintéressé. C'est une action du cœur.

Il lui rappel qu'il abime sa santé et perd son argent avec la cigarette. C'est désintéressé, très probablement (à observer soi-même).

On doit agir spontanément, avec auto-observation, et faire au mieux.

Cependant, le mental vient ensuite le tourmenter, lui faire se demander s'il a bien fait etc...
C'est normal. On étudie nos actes, on repasse la scène. Si on remarque un défaut, on corrige pour la prochaine fois.

Si on remarque rien, on laisse passer.

Action du Coeur, Volonté de Lumière.
Modifié en dernier par Paul le 13 novembre 2020, 10:55, modifié 2 fois.
Hors ligne tmecap
#4
Messages : 321
Enregistré le : 15 février 2019
Localisation : aude
Sexe :
Zodiaque :

Message le

Merci pour vos réponses,
Habituellement je n ai pas cette sensation négative...
je ne donne jamais de l argent car d un j’en ai pas, deux c est trop facile, ou la personne peut facilement le dépenser pour son vice, car si on me donne de l argent je ferai ça...
de plus l argent c est trop facile à trouver. Une mendiante a fait prêt de 200€ dans la matinée, alors elle c est exclamée demain je vais au ski....

On peut donner plein d autres exemples...

Cette sensation vient quand je dois essayer de trouver une autre façon d agir, ou que je dois changer ma façon de penser car mon évolution doit avancer.
Certainement car mon expérience doit être modifiée et que mon stade change.

Ça veut aussi dire que je vais avoir des décalages.
Je chercherai donc dans la notion de famille car elle est en train de complètement s inverser ou j en suis plus à considérer un inconnu qui travaille que mes parents...
Et me plonger sur ce que veut mon être
Répondre

Retourner vers « Questions-réponses multi-sujets »