Le Mariage Parfait

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

29. L’Edda

Nous pouvons considérer l’Edda comme la Bible germanique. Dans ce livre archaïque se trouve contenue la Sagesse occulte des Nordiques. Voici le récit de l’Edda sur la Genèse du monde.

« Au commencement, il n’existait que deux uniques régions : celle du feu et de la lumière, où régnait l’Être absolu et éternel Alfadur, et l’autre, la région des ténèbres et du froid, appelée Niflheim, dominée par Surt (le Noir). Entre les deux régions s’étendait le Chaos. Les étincelles échappées d’Alfadur fécondèrent les froides vapeurs du Niflheim, et Ymir, le père de la race des Géants, naquit. Pour le nourrir, fut créée, de la même manière, la vache Audhumbla, et de ses mamelles jaillirent quatre rivières de lait. Rassasié, Ymir s’endormit. De la sueur de ses mains naquit un couple, homme et femme, de Géants : et de l’un de ses pieds, un monstre à six têtes. »

Dans ce récit de la Genèse, de la Création, nous retrouvons l’Alchimie Sexuelle. Le Feu féconde les froides Eaux du Chaos ; le principe masculin Alfadur féconde le principe féminin Niflheim dominé par Surt (les Ténèbres), afin que jaillisse la vie. C’est ainsi que naît Ymir, le père des Géants, le Dieu interne de tout homme, le Maître. Celui-ci se nourrit de la Materia Prima (Matière Première) du Grand-Œuvre. Cette substance, c’est le lait de la vache Audhumbla ; la blanche vache sacrée de l’Inde. Dans la Genèse de Moïse on mentionne les quatre rivières de l’Éden, les quatre fleuves de lait. Ces quatre fleuves sont le Feu qui flamboie, l’Eau pure de vie, l’Air impétueux et la parfumée Terre Élémentale des Sages (les quatre Tattvas). Dans toute opération alchimique interviennent les quatre éléments ; ils ne pourraient pas ne pas figurer dans l’Alchimie Sexuelle de la Création.

Ymir s’endort, et de sa propre sueur naît un couple de Géants, homme et femme, c’est-à-dire, le divin Hermaphrodite primitif, gigantesque et sublime de l’Ile Sacrée. Dans la Genèse de Moïse, Adam s’endort, et Dieu tire Ève d’une de ses côtes. Avant cet instant, Ève était à l’intérieur d’Adam et était Adam lui-même. Celui-ci était un Hermaphrodite. Des pieds du géant hermaphrodite (la Race Polaire) naît le monstre à six têtes, l’Étoile de Salomon, l’Alchimie Sexuelle de l’être humain, lequel, à travers d’innombrables siècles, finit par se séparer ou se diviser, les géants se transformant en êtres humains de sexe opposé. La division des sexes est le commencement de la grande tragédie. Du Géant Hermaphrodite naît le monstre à six têtes.

L’être humain redeviendra un Hermaphrodite divin. L’homme retournera à l’Éden accompagné de sa divine Ève. Lorsque l’homme et la femme s’unissent sexuellement, ils sont alors un seul et unique être hermaphrodite. Réellement, en ces instants de suprême volupté sexuelle, nous sommes des Dieux. L’Initié sait profiter de ce moment suprême pour ses travaux magiques.

La naissance de l’être humain en sexes séparés fut un événement grandiose de l’Anthropogenèse, qui s’est accompli à travers plusieurs millions d’années. L’Edda germanique, après avoir décrit de façon merveilleuse la Création du monde, relate ainsi la séparation en sexes opposés :

« Aussitôt les Dieux décidèrent de créer le premier couple humain. D’un frêne ils formèrent l’homme et l’appelèrent Askur ; d’un bouleau ils formèrent la femme et la nommèrent Embla. Odin leur donna l’Âme ; Vili leur donna l’entendement ; Vé leur donna la beauté et les sens. Et les Dieux, satisfaits de leur œuvre, se retirèrent pour se reposer et jouir de leur demeure de l’Asgard, située au centre de l’Univers. »

Le récit de l’Edda sur la destruction du monde, le Ragnarok, est l’Apocalypse germanique : la nature elle-même commence à sortir de son ordre ; les saisons cessent d’alterner ; le terrible hiver, Fimbul, domine et dure trois ans, parce que le Soleil a perdu de sa force. Parmi les hommes, il n’y a plus de foi ; la paix entre frères, parents et enfants d’une même tribu n’est plus observée. Le devoir sacré des Germains de respecter les morts, de leur couper les ongles et de les enterrer, est négligé. Et le navire colossal dans lequel, à la consommation des siècles, doit s’embarquer Hrimer, le Géant du Gel, avec ses innombrables compagnons, pour détruire les Dieux, raser leur joyeuse et resplendissante demeure d’Asgard, le Valhalla et l’Univers, ce terrible navire accusateur composé uniquement des ongles des morts, non coupés par aucune âme pieuse, avance et grandit, malgré la petitesse du matériel qui le forme, jusqu’à ce que la corruption arrive à son comble. Alors les monstres, que les Dieux avaient réussi à enchaîner, rompent les chaînes qui les assujettissaient. Les montagnes s’écroulent, les forêts sont déracinées ; les loups qui, depuis le début du monde, hurlaient au soleil et à la lune pour dévorer ces deux astres et qui, parfois, réussissaient presque à les attraper, cette fois les atteignent et les avalent pour toujours ; le loup Fenris brise la corde qui l’attache et il avance contre le monde et Asgard, sa gueule ouverte emplissant le ciel ; et il l’ouvrirait plus encore si l’espace ne lui manquait. Le Serpent Midgard inonde toute la Terre (parce que l’homme est devenu fornicateur). Les Géants du Gel viennent dans leur navire d’ongles, depuis le Levant ; du midi s’approchent les puissances du Feu destructeur : Loki, Surt et les fils de Muspelheim (la région du Feu), pour livrer contre les Aesir (les Dieux) l’ultime et décisive bataille. Les divinités d’Asgard et du Valhalla s’apprêtent à recevoir l’ennemi ; et leur sentinelle, Heimdall, postée à l’entrée du pont qui conduit à leur demeure, joue de sa trompe et les Dieux, à l’unisson avec les âmes des héros morts au combat, sortent pour affronter les Géants ; la lutte commence, et elle s’achève par la destruction des deux armées. Les Dieux et les Géants meurent tous au combat, sauf Surt qui incendie le monde entier, et tandis que tout se consume, dans un immense holocauste purificateur, le monde est engouffré par la mer.

Une analyse profonde de la Genèse et de l’Apocalypse de l’Edda nous démontre que l’élément clé de l’un comme de l’autre c’est la question sexuelle. Le monde est créé sexuellement. C’est le Sexe encore qui divise l’Hermaphrodite primitif. On est un Dieu lorsqu’on ne répand pas notre Semen ; on se convertit en un Démon quand on répand le Semen.

Le monde est créé sexuellement et il est détruit lorsque les êtres humains deviennent terriblement fornicateurs, lorsque la Grande Prostituée est parvenue au comble de sa corruption, lorsque le Serpent Midgard inonde toute la Terre.

Réellement, quand l’être humain s’habitue à répandre son Semen, alors naît la Grande Prostituée, dont le nombre est 666. La fornication corrompt l’être humain. Il devient, par la fornication, terriblement pervers, et alors le monde est détruit ; les monstres inconnus de la nature, des éléments que l’homme ne connaît pas et que les Dieux avaient enchaînés, sont déliés avec les armes atomiques. Les forêts sont déracinées ; les loups du Karma hurlent horriblement ; le loup Fenris rompt ses liens et il attaque le monde, la gueule grande ouverte, les mâchoires touchant le ciel et la terre. Le Karma est terrible, il y aura une collision de mondes ; à une époque très lointaine, il s’est produit une collision semblable et la Terre, qui était plus proche du Soleil, fut projetée à la distance qu’elle occupe maintenant. Or, la loi du Karma provoquera la répétition de ce cataclysme. Alors, comme dit l’Edda, tout sera consumé dans un immense holocauste purificateur.

Il ne peut y avoir aucune Genèse sans une Alchimie Sexuelle. Il ne peut y avoir aucune Apocalypse sans une dégénérescence sexuelle. Toute Genèse et toute Apocalypse a pour base le Phallus et l’Utérus. Le Feu crée, et le Feu détruit. Les puissances du Feu destructeur sont déjà en marche, les guerres atomiques libéreront, déchaîneront définitivement ces puissances qui consumeront la Terre. Cette race sera détruite d’ici peu par le Feu.

L’heure est venue de comprendre la nécessité d’entrer pleinement sur le Sentier du Mariage Parfait. Seuls ceux qui décident de fouler ce Sentier pourront se sauver de l’Abîme et de la Deuxième Mort.

Dieu resplendit sur le couple parfait.

Le Salut de l’Homme

Au nom de la vérité, nous devons reconnaître que le problème du Salut de l’être humain est un véritable casse-tête chinois, très difficile à résoudre. Jésus met en relief la formidable difficulté d’entrer dans le Royaume de l’Ésotérisme et d’obtenir le Salut éternel.

Il est indispensable de fabriquer l’Âme si vraiment nous voulons être sauvés. Nous avons déjà dit que l’être humain n’a incarné qu’un Embryon de l’Âme. Nous avons dit aussi qu’il lui fallait fortifier cet Embryon et ensuite incarner l’Âme Cosmique. À présent, il convient de préciser que incarner l’Âme signifie, au fond, être assimilé, dévoré par le Tigre de la Sagesse. Il faut que le Tigre de la Sagesse nous dévore. Ce Tigre, c’est l’Intime, notre Être Réel. Les Aztèques disent que la première Race qui ait existé dans le monde fut dévorée par les Tigres. Au Yucatan, il y avait le Temple des Tigres. Quetzalcóatl, avec ses griffes de Tigre, saisit le cœur humain. Dans tous les Temples de Mystères de l’Amérique, le culte du Tigre a toujours été présent. L’Ordre des Chevaliers-Tigres était très sacré dans le Mexico Aztèque.

Il est intéressant de rappeler que, lors des sacrifices humains, on offrait le cœur de jeunes filles vierges aux Dieux. Ceci renferme un sens ésotérique que les ignorants instruits de notre siècle ne comprennent pas. Il est certain que nous n’approuvons pas les sacrifices humains ; ces sacrifices étaient barbares ; des milliers d’enfants et de jeunes filles furent sacrifiés aux Dieux, et cela est proprement abominable. Ces pratiques sont d’une atrocité injustifiable. Cependant, nous ne voulons que réfléchir sur le fait d’offrir aux Dieux le cœur sanglant. Ce fait est extrêmement significatif. L’Intime doit avaler le cœur de l’homme, c’est-à-dire, assimiler, absorber, dévorer l’humaine personnalité qui a fabriqué ce qu’on appelle l’Âme.

Il est absolument certain que l’Intime est comme un arbre avec beaucoup de feuilles. Chaque feuille est une personnalité humaine. L’Intime n’a pas une seule personnalité, comme le croient les pseudo-ésotéristes. L’Intime a plusieurs personnalités, et ce qui est le plus étonnant, c’est qu’il peut les avoir incarnées en divers endroits du monde.

Si une personne humaine ne fabrique pas l’Âme, il est indéniable qu’elle se perd, et roule à l’Abîme. Mais ceci n’a pas d’importance pour l’Intime. C’est comme une feuille qui se détache de l’Arbre de la Vie, une feuille sans importance aucune. L’Intime continue à prendre soin de ses autres personnalités, luttant pour qu’elles fabriquent une Âme afin de pouvoir les dévorer en tant que Tigre de la Sagesse.

Ainsi donc, la Personne humaine, l’Animal Intellectuel appelé homme, vaut moins que la cendre d’une cigarette. Pourtant, les sots se sentent des géants. Par malheur, dans tous les courants pseudo-ésotéristes abondent les mythomanes, les individus qui se croient des Maîtres et qui aiment que les autres les appellent Maîtres ; les individus qui se pensent des Dieux ; les individus qui se présument des Saints. La seule et unique chose qui, vraiment, soit grande, c’est l’Esprit, c’est l’Intime. Nous, les animaux intellectuels, nous sommes des feuilles que le vent emporte, des feuilles de l’Arbre de la Vie, c’est tout. « L’homme est un mélange hybride de plante et de fantasme » ; une pauvre ombre qui ne peut atteindre l’immortalité que si elle fabrique ce qu’on appelle l’Âme. L’humanité est déchue. La grande majorité des êtres humains, presque la totalité, n’a pas encore d’Âme.

L’humanité est composée, dans sa grande majorité, de feuilles mortes que les vents violents de la fatalité emportent à l’Abîme, des feuilles détachées de l’Arbre de la Vie.

Le loup Fenris rompt ses terribles liens, comme le dit l’Edda germanique. Le Karma tombe sur la totalité de l’humanité. Les divinités de l’Asgard et les héros du Valhalla combattront l’ennemi.

Le Serpent Midgard inonde toute la Terre, et le monde est déchu.

La Mythologie germanique est nordique. La Sagesse vient du Nord. La première Race fut dévorée par les Tigres de la Sagesse.

C’était une race immortelle ; la seconde Race fut rasée par des ouragans ; la troisième Race fut transformée en oiseaux ; la quatrième en hommes-poissons ; la cinquième doit se changer en chevreaux.

Le berceau de l’humanité est dans le Nord. L’Edda germanique est une Sagesse nordique. Les ancêtres des Aztèques vivaient dans l’Ile Sacrée du Nord.

La Sagesse occulte est venue à la Lémurie depuis le nord et, de la Lémurie, elle est passée à l’Atlantide. Après la submersion du continent atlante, la Sagesse demeura dans ces terres qui faisaient partie de l’Atlantide. L’Inde n’a jamais fait partie du continent atlante. Il s’avère absurde de penser que toute la Sagesse antique s’est concentrée en Inde. Si nous voulons rechercher la Sagesse du Serpent, nous la rencontrerons à Mexico, en Égypte, au Yucatan, etc. Ces endroits ont tous fait partie de l’Atlantide.

Il est nécessaire d’étudier l’Edda germanique, de savoir lire entre les lignes, puis, de faire des recherches sur l’Ile de Pâques, Mexico, le Yucatan.

L’Edda germanique, avec sa Genèse et son Apocalypse, est pure Magie Sexuelle. La racine de notre Être se trouve dans le Sexe.

Il faut que le Serpent nous dévore. Nous devons être dévorés par le Tigre. C’est d’abord le Serpent qui nous dévore, ensuite le Tigre.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant