Le Mariage Parfait

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

23. Le Serpent Volant

J’ai les larmes aux yeux, j’ai le cœur serré, pour avoir à parler de choses dont je ne devrais pas parler, parce que c’est comme jeter des perles aux porcs, mais la pauvre humanité souffrante en a besoin et je me vois dans la nécessité angoissée de dire quelque chose sur le Serpent Volant.

L’Oiseau-Serpent

Dans le Popol Vuh, livre sacré des Mayas, l’Oiseau et le Serpent figurent comme créateurs sexuels de l’Univers. Tépéu et Gukumatz envoient un épervier à l’immense Océan de la Grande Vie, afin qu’il en ramène le Serpent, avec le merveilleux sang duquel ils pétrissent le maïs jaune et le maïs blanc. Le Popol Vuh dit que c’est avec cette pâte de maïs blanc et jaune, mêlé au sang du Serpent, que le Dieu Tzakol a formé la chair des premiers êtres humains. L’Oiseau représente l’Esprit Universel de Vie. Le Serpent représente le Feu Sexuel du Troisième Logos. Le sang du Serpent indique les eaux de la Genèse, le Grand Sperme Universel, l’Ens-Seminis ou Semen Christonique, dans les eaux duquel se trouve le germe de toute vie. Ces eaux sont le sang de la terre, selon la philosophie Maya. La déesse Coatlicue est la Mère de la Vie et de la Mort (l’Ens-Seminis).

Réellement, le Feu Sexuel du Troisième Logos rend fécondes les eaux de la Vie pour que surgisse l’Univers.

Dans la Théosophie Maya, deux Dieux interviennent dans la Création : un qui donne la vie et la forme à l’homme, et un autre qui lui octroie la conscience. Le Troisième Logos rend fécondes les eaux de la Vie, et lorsque celles-ci ont été fécondées, le Deuxième Logos intervient, en infusant de la Conscience dans tous les organismes. Les véhicules d’action de toutes les forces logoïques sont les Dieux ineffables.

L’épervier Vak, l’ara Moan, la buse Xen Chen Bac, le tapir Zaki Tziz et le serpent Can, sont les facteurs fondamentaux des mythes théogoniques Mayas. Ces symboles sont employés exotériquement et ésotériquement. Dans le domaine exotérique ou public, ils symbolisent les actions de la tribu, les événements historiques, etc. Quant à l’aspect ésotérique ou secret, la question est hautement scientifique, profondément philosophique, sublimement artistique et terriblement religieuse.

Chez les Mayas, le Paradis Terrestre est le Tamoanchan, le lieu sacré de l’Oiseau-Serpent. Le terme Tamoanchan désigne aussi les Initiés du Serpent. Le mythe des Tamoanchans est celui de l’Oiseau-Serpent ; les Tamoanchans descendent des Toltèques, Olmèques et Mayas.

Les Aztèques, après beaucoup de tribulations, arrivèrent au lac Texcoco, symbole du Semen Christonique, où ils trouvèrent l’Oiseau et le Serpent, l’Aigle et la Couleuvre. Aux Aztèques revient le haut honneur d’avoir fondé la grande Tenochtitlan sur la base de la Sagesse du Serpent.

Le Serpent à Plumes est, pour parler clairement, l’Oiseau-Serpent. Le Serpent à Plumes était identifié avec Quetzalcóatl, le Christ Mexicain. Quetzalcóatl est toujours accompagné des symboles divins de l’Aigle et du Serpent. Le Serpent à Plumes, cela dit tout. L’Aigle de l’Esprit et le Serpent de Feu nous convertissent en Dieux.

Le Kukulcan des Mayas est le Serpent à Plumes, l’Oiseau-Serpent.

Le Caducée de Mercure

Le Caducée de Mercure symbolise la moelle épinière ; et ses deux Serpents désignent les canaux Ida et Pingala, par où les atomes solaires et lunaires montent jusqu’au cerveau. Ce sont les dièses et les bémols du grand Fa qui résonne dans toute la Création.

L’Akasha monte, comme le Feu flamboyant, par le canal médullaire, et ses deux pôles d’énergie circulent par Ida et Pingala. Du canal médullaire et de ses deux canaux qui, comme des serpents, s’enroulent sur l’épine dorsale, procède une circulation énergétique qui part du conduit central pour se répandre ensuite dans tout l’organisme.

Ida et Pingala partent des glandes sexuelles. Ida part de la gonade droite, et Pingala de la gonade gauche ; les canaux se croisent au niveau du chakra de la racine, et Ida monte à gauche du canal médullaire et Pingala à droite. Chez la femme l’ordre est inversé. Les canaux se terminent dans la moelle oblongue (ou moelle allongée). Ces deux cordons sont mi-éthériques, mi-physiques, et correspondent aux dimensions supérieures de l’espace.

Les Ailes Ignées

Lorsque les atomes solaires et lunaires s’unissent, à la base de l’épine dorsale, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques s’éveille ; puis il s’élève lentement au milieu des délices ineffables du Mariage Parfait. Le Serpent jouit sous le charme de l’Amour.

Lorsque le Serpent arrive à la hauteur du cœur, nous recevons les Ailes Ignées, les Ailes du Caducée de Mercure. Le Serpent possède alors des plumes. C’est le Quetzalcóatl, l’Oiseau-Serpent, le Serpent à Plumes.

Tout Initié qui se convertit en Oiseau-Serpent peut s’envoler vers les Mondes Supérieurs ; il peut pénétrer dans les divers départements du Royaume, il peut voyager en Corps Astral à volonté, il peut voyager avec les véhicules supraastraux, il peut voyager avec son corps physique à travers la quatrième dimension. Il est un Oiseau-Serpent !

Le Serpent-Oiseau peut s’échapper d’un sépulcre scellé ; il peut marcher sur les eaux, comme l’a démontré Jésus le Christ, il peut traverser un rocher de part en part sans subir aucun préjudice, comme l’ont montré les disciples du Bouddha ; il peut marcher dans le feu et voler dans les airs avec son corps physique, etc.

Mantra FARAON

Ida est féminin et Pingala est masculin. Ce sont le dièse et le bémol du grand Fa qui résonne dans la nature. Il faut apprendre à faire vibrer ces dièses et ces bémols à l’aide du puissant mantra FARAON, afin de sortir en Corps Astral de façon consciente et positive. FA correspond aux atomes solaires ; RA aux atomes lunaires ; ON au Feu flamboyant qui s’élève par le canal central.

En faisant vibrer, par ce mantra, les dièses et les bémols, nous pouvons sortir en Astral.

En Égypte, lorsque l’Initié recevait les Ailes Ignées, il était décoré, dans le Temple, d’une paire d’ailes qui étaient fixées sur sa tunique à la hauteur du cœur.

Lorsque Jésus de Nazareth ouvrit ses Ailes Ignées, il fut décoré personnellement par le Pharaon d’Égypte.

La position que prenait Jésus pour sortir en Astral était analogue à celle du Chac-Mool. Mais la tête, au lieu d’être soulevée, reposait sur le lit, sans oreiller. Les pieds étaient posés à plat sur le lit, les jambes pliées et les genoux en l’air. Couché dans cette posture, le Grand Hiérophante s’assoupissait en jouant de sa lyre merveilleuse de l’épine dorsale. Le mantra FARAON doit être prononcé en trois syllabes détachées, séparées par une inspiration. Le FA est chanté selon le Fa de la gamme ; le RA est prononcé de façon grave, et en prolongeant le R ; le ON nous rappelle le Mantra OM de l’Inde, mais dans ce cas-ci, au lieu du M, c’est la consonne N que l’on doit vocaliser. On allonge ainsi le son de chaque lettre : Fffffaaaaa Rrrrraaaaa Ooooonnnnn. Nous pouvons donner au mantra FARAON tout l’intonation du grand Fa, qui résonne dans toute la Création.

Nous conseillons de vocaliser mentalement. Le disciple doit s’assoupir en chantant ce mantra, avec l’Imagination et la Volonté concentrées sur les Pyramides d’Égypte. Il faut de la pratique et beaucoup de patience.

Le Serpent Volant

Les Magiciens Blancs et les Magiciens Noirs se servent du Serpent Volant pour voyager en Corps Astral et avec le corps physique en état de Jinas (ou Djinn).

Les Magiciens Blancs, en méditation profonde, savent prier et supplier le Serpent d’Airain de les transporter n’importe où sur la Terre ou dans le Cosmos, et le Serpent Volant les transporte.

Les Magiciens Noirs prient le Serpent Tentateur de l’Éden, et celui-ci les conduit à l’Abîme, aux temples de sorcellerie, aux Sabbats, etc.

Le Serpent d’Airain monte par le canal médullaire. Le Serpent Tentateur descend du coccyx vers les Enfers Atomiques de la Nature : c’est la queue de Satan ; les diables ont leur pouvoir dans la queue.

Bénie soit la Divine Mère Kundalini. Bénis ceux qui s’envolent grâce au pouvoir de la Mère Adorable.

Malheur à ceux qui agissent avec le pouvoir de Santa-Maria (le Serpent Tentateur de l’Éden, la Kundalini qui descend, c’est-à-dire, le Kundartigateur). Malheur à ceux qui s’envolent à l’aide du pouvoir ténébreux de Santa-Maria. L’Abîme et la Deuxième Mort, voilà ce qui les attend.

L’État de Jinas

Le point est une fraction transversale de la ligne. La ligne est une fraction transversale du plan. Le plan est une fraction transversale du volume, du corps. Le corps est la fraction transversale d’un corps tétradimensionnel, c’est-à-dire, à quatre dimensions.

Tout corps est tétradimensionnel, possède quatre dimensions. La quatrième coordonnée, ou quatrième verticale, est le fondement basique de toute mécanique. L’espace intermoléculaire correspond à la quatrième dimension.

Dans notre monde tridimensionnel, largeur, hauteur, profondeur, jamais nous ne voyons un corps de façon complète. Nous ne voyons que des plans, des angles, des courbes, des surfaces. La perception est donc incomplète et subjective.

Dans la quatrième dimension, la perception est objective. Là, nous voyons les corps de face, de dos, d’en haut, d’en bas, par le dedans, par le dehors, c’est-à-dire, de façon complète. Dans la quatrième dimension, tous les objets apparaissent au complet, dans tous leurs aspects, de manière simultanée ; la perception est, cette fois, objective.

Grâce au pouvoir du Serpent Volant, nous pouvons tirer notre corps physique du monde à trois dimensions pour le faire passer à la quatrième dimension. Dans des états plus avancés, nous pouvons emporter notre corps physique dans la cinquième ou la sixième dimension.

Des Serpents qui volent

Lorsque nous avons séjourné en Colombie, dans le département de Magdalena, nous avons découvert avec étonnement des serpents qui volent. Il y a des sorciers, dans les forêts de cette région, qui savent envoyer des serpents volants à leurs victimes détestées. Les procédés utilisés par ces jeteurs de sorts sont très bizarres. Généralement, les sorciers de ce type se consacrent au métier de guérir les victimes de serpents venimeux qui sont tellement abondants sous les Tropiques. Il y a beaucoup de curanderos (sorciers guérisseurs) qui se sont donnés pour tâche de soigner les gens mordus par des serpents. Mais il y a aussi beaucoup de concurrence dans ce métier, et les sorciers se livrent très souvent une guerre mystérieuse et acharnée. Ils sont en guerre les uns contre les autres pour des raisons professionnelles. Les sorciers se servent habituellement de la quatrième dimension pour télétransporter des espèces de serpents artificiels jusqu’à la résidence de leurs ennemis ou rivaux. Le procédé est simple et merveilleux à la fois. L’élément qu’utilise le sorcier pour fabriquer des « serpents » est la fibre végétale de l’écorce externe du tronc du platane ou bananier. Cette fibre, convertie en une petite corde d’un mètre ou deux à peine, constitue la couleuvre artificielle. Le sorcier fait sept nœuds à la cordelette, comme pour symboliser les sept Églises de la moelle épinière, les sept centres que doit ouvrir le Serpent, puis il se promène de long en large en récitant ses prières magiques secrètes. Le climax et la fin de l’opération magique se produit au moment où le sorcier, plein de frénésie, lance la fibre végétale dans l’espace. La corde, en pénétrant dans la quatrième dimension, se transforme en serpent, après quoi ce serpent volant retombe dans la troisième dimension mais à l’intérieur de la maison lointaine de l’ennemi détesté, lequel, comme nous l’avons dit, est, communément, un compétiteur, un concurrent dans le métier de guérisseur. Si la victime a son corps « bien préparé », il n’y a pas de doute que le serpent ne peut lui faire de mal, mais si le corps de la victime n’est pas préparé, le Serpent la mordra au cœur, exactement, et elle tombera raide morte. D’habitude, les sorciers préparent leur corps avec des herbes spéciales afin de se défendre contre leurs ennemis. La fibre végétale que les sorciers emploient pour ces actes criminels reçoit le nom indigène de majagua de platane. Il est indubitable que ces sorciers utilisent le pouvoir du Serpent Tentateur de l’Éden (la Couleuvre qui descend), pour réaliser ces actes criminels.

Si ces sorciers sont capables d’accomplir des prodiges de cette sorte, comme convertir une fibre végétale en un serpent volant, de combien plus sera capable un Magicien Blanc avec son Serpent Volant ? Le Serpent Volant du Magicien Blanc, c’est la Kundalini. Le Magicien Blanc est réellement un Serpent-Oiseau, un Serpent qui Vole.

Les sept centres de la Couleuvre sont tout-puissants. Le Serpent Ailé est quelque chose de formidable. Avec le pouvoir de l’Oiseau-Serpent, le Mage peut se rendre invisible à volonté, se transporter par les airs dans la quatrième dimension, apparaître et disparaître devant les gens stupéfaits, déchaîner des ouragans, apaiser les tempêtes, ressusciter les morts, transmuter le plomb en or, guérir les malades par l’imposition des mains, se lever du sépulcre le troisième jour et conserver son corps durant des millions d’années. Le Serpent-Oiseau est immortel, tout-puissant, sage, tout-amour et terriblement divin.

Les gardiens des Temples de Mystères sont des Serpents de Feu. Grâce au pouvoir du Serpent-Oiseau, nous pouvons nous transporter sur d’autres planètes de l’Espace infini.

Les Doubles

Nous avons enseigné, dans toutes nos œuvres, diverses techniques pour la sortie en Corps Astral. Beaucoup de personnes ont appris à sortir, et beaucoup d’autres n’ont pas appris. Certaines personnes ont lu une clé dans nos livres, l’ont comprise, l’ont mise en pratique et ont appris aussitôt à sortir en Corps Astral. Plusieurs autres personnes ont pratiqué avec plusieurs méthodes sans rien obtenir.

Dans la pratique, nous avons pu constater que les individus de type très intellectuel, pleins de culture livresque (les rats de bibliothèque), ne réussissent pas à sortir à volonté en corps astral. En revanche, les gens très simples, les humbles paysans, les pauvres domestiques, réussissent à merveille. Cette circonstance nous a fait beaucoup réfléchir et nous avons examiné attentivement le problème. La réalité, c’est que la sortie en Corps Astral n’est pas quelque chose d’intellectuel ; la sortie en Astral relève plutôt du Sentiment et de l’Émotion supérieure, et ces qualités sont en relation avec le cœur, non avec le cerveau. L’intellectuel se polarise exagérément dans le cerveau et abandonne, en fait, le monde du cœur. Le résultat de son manque d’équilibre est la perte des pouvoirs psychiques de l’Âme. Malheureusement, on ne peut obtenir une faculté sans en perdre une autre. Celui qui développe l’intellect, le fait au détriment des facultés psychiques. Le problème est grave, car nous ne pouvons absolument pas approuver l’ignorance et l’analphabétisme. Il va de soi qu’on a besoin de la culture intellectuelle ; l’ignorance conduit à de très graves erreurs. Un occultiste analphabète et ignorant peut se transformer en un mythomane, en un calomniateur d’autrui et, dans le pire des cas, en un assassin. Dans le monde astral, nous pouvons voir le double pervers des saintes personnes. Face à l’Ange Anaël, il y a son double pervers, le terrible démon Lilith. Face à Élohim Gibor, il y a le terrible démon Andraméleck. Face à n’importe quel homme de bien, il existe un homme du mal. Le pire, c’est que l’apparence du Double est exactement pareille à celle de l’Être de Lumière. Si un Adepte enseigne la Magie Blanche, son Double, l’Adepte Noir, en plus de lui ressembler parfaitement quant à la physionomie, les postures, les mimiques, etc., enseigne la Magie Noire. Ceci est extrêmement grave, et l’occultiste ignorant peut facilement confondre la « gymnastique » avec la « Magnésie » et se convertir, par le fait même, en un calomniateur des bonnes gens, voire même, nous le répétons, en un assassin. Un occultiste ignorant qui découvre dans l’Astral sa femme en train de commettre l’adultère avec un de ses amis pourra, si par malheur il est un schizophrène ou un neurasthénoïde, assassiner son ami et sa femme. Son ignorance l’empêche de comprendre qu’il a vu un couple de doubles unis sexuellement, ou un événement qui appartient à une réincarnation passée, etc. Quelqu’un a de la jalousie et croit que sa femme lui est infidèle, qu’elle a un commerce charnel avec une personne connue ou inconnue ; il peut alors projeter ses fantasmes, ses formes de pensée, et les voir dans le monde astral. Si le sujet est un neurasthénoïde ou un schizophrène ignorant mais pouvant sortir en Corps Astral, il pourra prendre au sérieux tout ce qu’il a vu, et commettre un meurtre, confondu par sa jalousie et ses visions. Étant donné qu’il est ignorant, il ne comprend pas qu’il a vu ses propres formes mentales projetées de façon inconsciente. Tout ceci nous mène à la conclusion qu’on a besoin de la culture intellectuelle. À présent, il faut savoir comment reconquérir les facultés psychiques perdues. Un homme plein d’une brillante intellection illuminée, et avec toutes ses facultés psychiques en pleine activité, est, en fait et par droit propre, un véritable Illuminé. L’Occultiste doit établir un parfait équilibre entre le Mental et le Cœur ; lorsque le Mental est trop « congelé » dans le cerveau, la sortie en Corps Astral à volonté devient complètement impossible, parce qu’il y a déséquilibre. Il faut donc que les Occultistes intellectuels rétablissent sans tarder l’équilibre entre le Mental et le Cœur. Il existe, heureusement, une technique pour rétablir l’équilibre perdu. Cette technique, c’est la Méditation Interne.

À tous ces intellectuels qui nous écrivent pour nous dire qu’ils n’ont pas réussi à sortir en Corps Astral avec les clés que nous avons enseignées, nous prescrivons une bonne dose quotidienne de Méditation Interne. Il est indispensable qu’ils boivent du vin de la Méditation dans la Coupe de la parfaite Concentration.

Le Cardias et les sorties en Astral

Le Cardias est le centre magnétique du cœur. Ce centre se trouve admirablement décrit dans les versets 22 à 27 du Shatchakra Nirupana : « Le lotus du cœur, dit ce texte, a la couleur rouge de la fleur de Bandhuka et, sur ses douze pétales, il y a, de couleur vermillon et avec le Bindhu sur elles, les lettres Ka à Tha (ka, kha, ga, gha, nga, cha, chha, ja, jha, nya, ta, tha). Dans le péricarpe de ce lotus est le Mandala hexagonal Vayu, qui a la couleur de la fumée, et, au-dessus, le Surya Mandala avec le Trikona (le triangle renversé) qui resplendit comme s’il avait en lui l’éclatante lumière de dix millions de rayons. Sur lui est le Vayu Bija, Yam, couleur de fumée, et assis sur une antilope noire, avec quatre bras et empoignant l’aiguillon (Angkusha). Dans le giron de Vayu Bija est Isha, celui aux trois yeux. En tant que Hamsa (Hamsabha), il étend les bras dans l’attitude d’accorder des dons et de chasser la peur. Dans le péricarpe de ce lotus, et assise sur un lotus, est la Shakti Kakini ; elle a quatre bras et porte le nœud coulant (Pasha), le crâne (Kapala), et fait le geste d’octroyer des dons et de dissiper la peur. Elle est de couleur dorée, avec des vêtements jaunes, et parée de toutes sortes de joyaux et d’une guirlande d’os humains ; son cœur est adouci par le nectar qu’elle boit. Au milieu du Trikona est Shiva sous la forme du Bana Linga, avec le Croissant de lune et le Bindhu sur sa tête ; il est couleur d’or. Son regard est joyeux et dénote un impétueux désir (Kamod Gamollasita). En dessous de lui, est le Hamsa pareil à un Jivatma ; il est comme la flamme tranquille d’une lampe à l’abri du vent. Au-dessous du commencement de ce lotus est le lotus rouge à huit pétales avec la tête tournée vers le haut. Dans ce lotus rouge se trouve l’arbre qui exauce tous les désirs (Kalpataru) et, sous cet arbre, l’autel orné de joyaux (Manipitha) et paré de bannières. C’est le lieu du culte mental. »

La description hindoue de ce Chakra est merveilleuse. On mentionne le nombre de pétales, le principe de l’Air (Vayu), Shiva, la force sexuelle, avec son Linga et le Croissant de lune, etc., et l’on désigne le cœur comme l’Autel du culte mental. Sur ce paragraphe du Shatchakra Nirupana, plusieurs volumes pourraient être écrits.

Le Cardias est le centre magnétique en relation avec les voyages astraux. Celui qui veut conquérir le pouvoir de sortir en Corps Astral à volonté doit changer totalement son type de vibration. Ce n’est possible qu’en développant le Cardias.

La sortie astrale est plutôt du domaine de l’Émotion et du Sentiment. La froideur intellectuelle n’a rien à voir avec les sorties en Corps Astral. Le cerveau est lunaire ; le cœur est solaire.

Pour sortir à volonté en Corps Astral, il faut l’Émotion Supérieure, un certain type d’émotivité, de sentiment, une suprasensibilité très particulière, ainsi que le sommeil combiné avec la méditation. Ces qualités ne s’obtiennent qu’avec le développement du Cardias.

Le Shiva Samhita, parlant du Cardias, dit : « Le Yogi acquiert d’immenses connaissances ; il connaît le passé, le présent et le futur ; il possède la Clairaudience et la Clairvoyance et il peut se rendre par la voie des airs où il lui plaît. Il voit les Adeptes et les Déesses Yoginis ; il obtient la faculté appelée Khechari et gouverne les créatures qui se meuvent dans l’Air. Celui qui médite chaque jour sur l’occulte Bana Linga, acquiert indubitablement les facultés appelées Khechari (se déplacer à travers les airs en Corps Astral, de même que le pouvoir de mettre son corps en état de Jinas) et Bhuchari (se rendre à volonté n’importe où dans le monde). »

 

Pratique

Le dévot doit se concentrer sur son cœur, en imaginant qu’il y a là des éclairs et des coups de tonnerre, des nuages qui flottent dans le ciel et se perdent dans la direction du couchant, poussés par des vents impétueux. Le gnostique doit imaginer beaucoup d’aigles volant dans cet espace infini qu’il y a dans les profondeurs très intimes de son cœur. Il doit voir, par l’imagination, les profondes forêts de la nature, pleines de soleil et de vie ; il entendra le chant des oiseaux et le sifflement doux et paisible des grillons. Le disciple s’assoupit en imaginant tout cela. Puis il imaginera, au milieu de la forêt, un trône en or où est assise la déesse Kakini, une Femme très divine. Le disciple s’endormira en imaginant tout cela, en méditant sur tout cela. Il pratiquera une heure par jour ; s’il veut pratiquer deux, trois, quatre heures par jour, c’est encore mieux. Il pourra effectuer cette pratique assis dans un fauteuil confortable, ou allongé sur le sol ou sur son lit, les bras et les jambes ouverts de chaque côté en formant l’Étoile à cinq pointes. Le sommeil doit être combiné avec la Méditation. On doit faire preuve d’une suprême patience. C’est ainsi, grâce à une patience infinie, que l’on acquiert ces merveilleuses facultés du Cardias. Les impatients, ceux qui veulent tout avoir tout de suite, ceux qui ne savent pas persévérer dans la vie, devraient se retirer, ce serait mieux pour eux, parce qu’ils ne sont pas bons pour ce genre de travail. Les pouvoirs ne s’obtiennent pas en jouant, tout coûte quelque chose, on ne nous donne rien en cadeau.

Le Temple de l’Oiseau-Serpent

Le Cœur est le Temple de l’Oiseau-Serpent. Il est nécessaire de savoir aimer. Le Serpent-Oiseau officie dans le Temple du Cœur tranquille. Il faut que nous soyons dévorés par le Serpent. Celui qui est dévoré par le Serpent se convertit par le fait même en Serpent. C’est seulement par la Magie Sexuelle et l’Amour du Cœur que l’on éveille le Serpent qui, ensuite, nous dévore. Lorsque le Serpent arrive à la hauteur du cœur, il reçoit les Ailes Ignées. On se transforme alors en Serpent-Oiseau.

Nous devons apprendre de toute urgence à vivre la vie conjugale. Les querelles entre les époux relèvent de Satan. Celui-ci lutte contre l’Oiseau-Serpent ; il veut empêcher le Grand-Œuvre. Les conjoints doivent comprendre la nécessité de tolérer les défauts de l’autre, car personne n’est parfait. Le travail dans la Forge Ardente de Vulcain est plus important que tous les défauts du conjoint. Il est ridicule et sot de gâcher tout le travail pour plaire à Satan. Dans le Cœur il y a le Temple du Serpent à Plumes, et nous ne devons pas le profaner en péchant contre l’Amour. Le Sentier du Mariage Parfait est Sagesse et Amour.

Nous devons aimer consciemment. Nous devons aimer nos pires ennemis et retourner le bien pour le mal. Ainsi, en apprenant à aimer, nous nous préparons pour la Fête du Cœur tranquille.

Hermès Trismégiste, l’auteur de la Table d’Émeraude a dit : « Je te donne l’Amour, dans lequel est tout le summum de la Sagesse. »

Un autre type de Semeurs d’Épouvante

Il y a une foule de pseudo-occultistes et de pseudo-ésotéristes qui répandent toute sorte de fausses rumeurs contre les sorties volontaires en Corps Astral. Il s’avère destructeur et préjudiciable pour le Grand-Œuvre du Père de faire peur aux gens en ce qui concerne les sorties en Corps Astral. En réalité, la sortie en Astral ne comporte aucun danger, parce que tous les êtres humains, qu’ils le veuillent ou non, sortent en Corps Astral durant les heures du sommeil nocturne. Malheureusement, les gens déambulent en Corps Astral avec la conscience endormie. Ils ne savent pas sortir volontairement et consciemment en Corps Astral. Il n’existe aucun danger à devenir conscient de ses propres fonctions naturelles, lesquelles sont le manger, le boire, l’union sexuelle et la sortie en Corps Astral. Ces fonctions sont tout à fait naturelles. Si les sorties en Astral étaient dangereuses, comme l’affirment les semeurs d’épouvante, il n’y aurait plus personne de vivant sur la Terre, car tout le monde sort en Corps Astral et, ce qui est le pire, avec la conscience endormie, et néanmoins il ne se passe rien. Alors quoi ?

La planète Mercure est, actuellement, en train de sortir d’une Nuit Cosmique. Au fur et à mesure qu’elle sort de son état de repos, les hiérarchies de cette planète deviennent de plus en plus actives. Les Seigneurs de Mercure se proposent d’enseigner aux habitants de la Terre, de façon pratique, l’art de sortir et de rentrer dans le corps physique à volonté. Dans un avenir prochain, tout être humain devra pouvoir sortir consciemment en Corps Astral. Ceci, donc, est une loi de la Nature, un commandement cosmique, et tout ce qui s’oppose à cette loi est criminel. Réellement, les propagateurs de ce type de frayeurs agissent inconsciemment comme des Magiciens Noirs ; oui, ceux qui sèment l’épouvante sur les voyages astraux sont, à leur insu, des Magiciens Noirs.

Le principal objectif de l’Esprit Universel de Vie c’est de se rendre autoconscient dans toutes les dimensions de l’espace. À la base, l’Esprit Universel de Vie ne se connaît pas lui-même ; il est heureux mais n’a pas de conscience de sa propre Félicité. Le Bonheur sans conscience de soi-même n’est pas le Bonheur. L’Esprit Universel de Vie descend jusqu’à la matière pour prendre conscience de lui-même. La Grande Réalité surgit de son propre sein à l’Aurore de l’Univers et se contemple elle-même dans le miroir vivant de la nature. C’est ainsi qu’elle en vient à se connaître elle-même. De cette façon, il se crée une activité mentale vibratoire, au moyen de laquelle la Grande Réalité contemple ses images infinies sur la scène cosmique. Cette activité qui va de la périphérie vers le centre engendre ce qu’on appelle le Mental Universel. Nous vivons tous submergés dans l’Océan infini du Mental Universel. L’activité intellectuelle du Mental Universel provient d’une force centripète. Toute action est suivie d’une réaction. Lorsque la force centripète trouve, au centre, une résistance, il se produit une réaction qui crée une activité centrifuge appelée l’Âme Cosmique. Cette Âme vibratoire s’avère être un médiateur entre le centre et la périphérie, entre l’Esprit Universel de Vie et la Matière, entre la Grande Réalité et ses images cosmiques.

Le Grand Maître Paracelse a dit : « L’Âme est le produit de l’action centrifuge de l’activité universelle suscitée par l’action centripète de l’Imagination de l’Univers. »

L’homme n’a actuellement, à l’intérieur de son « fantôme astral », qu’un embryon d’Âme, mais cet embryon doit se fortifier et s’autoéveiller. L’éveil en l’homme de la Conscience Cosmique est l’événement le plus grandiose de l’Univers.

En ce moment, la Grande Loge Blanche est vivement préoccupée par l’éveil de la Conscience humaine. Les Adeptes luttent intensément pour enseigner à l’être humain à sortir en Corps Astral à volonté. Ils veulent que les gens s’éveillent, et tout ce qui va à l’encontre de cette grande loi est un crime. L’unique objectif de la descente de l’Esprit à la Matière, c’est de créer une Âme et de se rendre autoconscient de soi-même. Lorsque nous dirigeons notre pouvoir mental à l’intérieur de nous vers notre propre centre intime, la résistance que nous rencontrons au centre entraîne une réaction, et plus vigoureuse sera la force centripète que nous appliquerons, plus puissante sera aussi la force centrifuge qui en résulte. C’est ainsi que nous fabriquons une Âme. C’est ainsi que nous fortifions notre embryon d’Âme. Et finalement, un jour, lorsque nous serons nés en tant que Serpents-Oiseaux, nous absorberons et assimilerons entièrement à l’intérieur de notre Corps Astral, la totalité de notre Âme.

L’éveil de la Conscience est quelque chose d’urgent. Celui qui apprend à sortir en Corps Astral à volonté peut étudier aux pieds des Grands Maîtres de Sagesse. C’est dans le Monde Astral que nous rencontrerons notre Gourou, lequel nous instruira dans les Grands Mystères.

Nous devons renoncer à la peur si nous voulons jouir du bonheur de visiter les jardins du Paradis. Il nous faut cesser d’avoir peur si nous voulons avoir le bonheur d’entrer dans les Temples du pays de la Lumière dorée. Là, nous nous assiérons aux pieds des Grands Maîtres de la Loge Blanche. Là, nous nous renforcerons pour le dur sentier. Il est nécessaire de nous fortifier, sur le chemin, de prendre du repos, de recevoir notre instruction directement des lèvres de notre Gourou. Comme un Père aimant, il nous attend toujours dans l’Astral pour nous réconforter. Les Adeptes sont de véritables Serpents Volants.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant