Logos, Mantras, Théurgie

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

13. L’Akasha est son, est verbe

Le présent travail arrive déjà à son terme. Il comportait l’intention qu’on y apprenne à parler le Verbe d’Or. La mission de l’homme est de s’instruire en jouant de la Lyre d’Orphée. Cette lyre puissante est le Larynx créateur !

La mission de l’homme est d’incarner le Verbe ! La Terre n’est qu’une condensation du Verbe ! Tout vient de l’Éther. Et tout retourne à l’Éther. Et au-delà de l’Éther est l’Akasha, l’Essence spirituelle bleue, profonde et divine qui remplit et pénètre tout l’Espace infini. Et l’Éther n’est que la condensation, à son tour, de l’Akasha pur.

Les Puranas ont raison quand ils affirment que l’attribut de l’Akasha est le Son. Le Son vient certainement du Logos. Et l’Akasha est l’agent fondamental de toute opération théurgique. Et l’Akasha est la Kundalini même, est l’Anima Mundi. Et une des préoccupations de la vie doit être d’éveiller cette Anima Mundi, qui est un serpent enroulé, cette Kundalini, au moyen de la Magie sexuelle. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut faire entendre le Grand Verbe d’Or.

De l’Akasha proviennent toutes les existences. Et l’Akasha-vani est la Voix, est le Verbe qui provient du Logos ! Le Verbe du Logos s’établit dans l’Akasha.

L’Akasha et les Tattvas

Les Vayu-pranas sont des ondes sonores de l’Akasha pur. Quand l’Akasha se condense dans l’Éther, ces Vayu-pranas se convertissent en Tehas (Feu), Vayu (Air), Apas (Eau) et Prithvi (Terre). Ce sont les Tattvas, tant étudiés par Rama Prasad.

Dans toute flamme il y a l’Éther igné ; dans l’Air est l’Éther gazeux ; dans l’Eau est l’Éther liquide ; dans la Terre est l’Éther pierreux. Ce sont les Tattvas. Et le substrat de tout ces tattvas ce sont les Vayu-pranas, les ondes sonores, le Verbe, la Grande parole.

Avant que ne se condense le globe planétaire avec ses quatre éléments, le Feu, l’Air, l’Eau et la Terre, il existait avec tous ses éléments à l’état éthérique. Quand les tattvas se condensent, les éléments éthériques se convertissent en éléments physiques.

Réellement, l’Akasha est la condensation du son. Ce tattva est la substance spirituelle qui émane de l’Anupadaka. Ce terme signifie Sans Pères, qui existe par soi-même. Au-dessus de l’Akasha se trouve l’élément radical de la Matière.

Au-delà de l’Anupadaka est l’Adi ; et au-delà de l’Adi est l’Ain-Soph, l’atome sur-divin de l’homme.

Le Mantra Invia

Le Logos créateur s’exprime comme Verbe ; comme son.

Il existe un Langage d’Or que l’Homme devrait parler. Avant que l’homme ne sorte, exilé des Paradis djinn, on parlait seulement le Verbe d’Or, la Grande Langue Universelle. Celle-ci avait une Grammaire parfaite. Les grands Hiérophantes de l’Égypte antique, quand ils voulaient visiter le Jardin des Délices, se plongeaient dans une méditation profonde en ayant dans leur main droite une amande connue vulgairement sous le nom « d’œil de Cerf ».

Alors, ils prononçaient ce mantra : INVIA.

Ce mantra se trouve être une véritable invocation : par son influence, l’élémental de ladite amande vient irrésistiblement. Cet élémental végétal a le pouvoir de placer le corps en État de Djinn.

Quand le Hiérophante sent que son corps commence à enfler, ou à gonfler, des pieds jusqu’en haut, qu’il comprenne alors que son corps a acquis l’État de Djinn. Qu’il se lève de son lit, plein de foi, et qu’il se plonge définitivement dans le Jardin des Délices et qu’il se transporte à différents endroits de la Terre.

Celui qui veut pratiquer ce qui précède, doit s’endormir durant un tel processus en méditant sur l’élémental de l’amande Œil de Cerf.

Nous informons l’étudiant ésotérique qu’il y a un Grand Maître de Djinn dont le nom est Oguara, lequel accourt inévitablement à l’appel de ceux qui l’invoquent et aide à plonger le corps physique dans la Quatrième dimension.

Verbe universel de Djinn

Dans les Paradis djinn on a employé le Grand Verbe Universel de Vie. Par exemple, si on prétend dire : « Je suis ici en accomplissant ma mission et avec un grand sacrifice », on utilisera cette phrase avec les mantras suivants du Grand Langage de la Lumière : LUTENER MASLEIM AEODON.

Si on prétend exprimer : « Je suis ici avec vous pour quelque temps encore », en Langue d’Or, on dira : MASLEIM URIM SEIDAU.

Ceci fait partie de la Langue Universelle que parlent tous les habitants de l’Éden. Et c’est la Langue dans laquelle s’exprimait anciennement l’humanité divine, jusqu’au moment où elle fut jetée hors du Jardin des Délices.

Un autre exemple : « La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ » s’exprime ainsi : TIANA PANA.

Nos Sanctuaires gnostiques, en Langue d’Or s’appellent : LUMISIALES GNOSTICOS.

D’autre part, tous ceux qui parcourent le Quatrième sentier (le Monde du Mental), doivent être au courant du Mot de Passe qui leur permettra d’entrer dans les Temples du Plan Mental. Cette parole est : ADACRIPTO.

Les nombres cardinaux Un, Deux, Trois s’expriment Eba, Doba, Dusna. Et sur les trois principes du resplendissant Dragon de Sagesse est fondé tout l’exercice de la Théurgie.

L’action immodeste

Dans ce livre, on a délivré la Clé de tous les pouvoirs et la Clé de tous les Empires.

On a démontré que l’Akasha est le son. Que la Kundalini est l’Akasha. Que la Kundalini est le Son. Qu’en éveillant la Kundalini, on parle le Verbe d’Or, parce que la Kundalini est la concrétisation du Verbe en chacun des humains. Que la Kundalini est sexuelle. Que ce n’est qu’au moyen de la Magie sexuelle que l’on peut éveiller la Kundalini pour parler dans le Langage de la Lumière.

Dans cette Langue sacrée, immodeste action s’exprime ainsi : GOLE GOLETERO.

Donc, les disciples ésotéristes doivent s’abstenir de toute « action immodeste », et on doit seulement travailler avec l’Arcane A.Z.F. (la Magie sexuelle) dans le foyer avec l’Epouse-Prêtresse ; et ceux qui pratiquent l’Arcane A.Z.F. avec des femmes différentes violent la Loi, ils sont « immodestes » : ils sont adultères !

Il est mieux d’être humbles, purs, chastes, simples. Il est de grande valeur d’autre part d’aimer nos pires ennemis ; de baiser les pieds de celui qui nous hait ; de baiser la main de celui qui nous frappe ; de caresser le fouet qui blesse nos chairs. Il est plus élevé d’aimer ceux qui nous haïssent, oui, parce qu’ils ne nous comprennent pas, et d’aimer plus ceux qui nous aiment. Et de rendre le bien pour le mal. Et de donner jusqu’à l’ultime goutte de sang pour la pauvre humanité souffrante.

Et c’est mieux d’apprendre le Langage de la Lumière qui est également suggéré dans ce livre ; et le Langage du Pouvoir, que sont les mantras, également exposé.

Si l’homme n’est pas capable d’apprendre la Divine expression musicale de la Lumière, sa langue n’est pas moins apte à vitupérer et descend dans l’abîme de méchanceté.

Nous mentionnons quelques citations allusives.

Maître ? Christ !

« Mes frères, ne soyez pas nombreux à devenir des Maîtres car nous en recevrons une plus grande condamnation. » (Jacques 3:1)

Il n’y a qu’un seul Maître des Maîtres, le Christ, l’Unité multiple parfaite. Sans doute, toute personne qui l’incarne est un vrai Maître.

Paroles d’amour

« Parce que tous offensent de multiples façons. Celui qui n’offense pas en parole, celui-ci est le mâle parfait qui peut aussi gouverner le corps avec son frein. » (Jacques 3:2)

Les paroles de l’étudiant doivent être remplies d’un infini amour, d’une infinie douceur, d’une harmonie infinie et d’une paix infinie. Parce que les paroles arythmiques, même si elles ne sont pas vulgaires, sont également offensives et destructrices. Toute parole chargée de colère et toute parole ironique sont des poignards assassins qui blessent la Conscience du prochain dans le Monde du Mental.

Gouverner sa langue

« Et là, nous plaçons un mors dans la bouche des chevaux pour qu’ils obéissent et nous gouvernons tout leur corps. » (Jacques 3:3)

Ceux qui prétendent à l’élévation de soi et qui désirent au moins apprendre à sortir consciemment en corps astral, qui ambitionnent d’acquérir la capacité de voyager en corps mental et qui se proposent d’apprendre à se déplacer consciemment dans le Monde de l’Esprit pur doivent gouverner leur langue.

Notre propre Satan interne se glorifie

« Regardez aussi les bateaux, même très grands et poussés par des vents impétueux, ils sont gouvernés avec un timon très petit dans la direction désirée par celui qui les gouverne. Ainsi également, la langue est un petit membre et elle se glorifie de grandes choses. Voici un petit feu, quelle grande forêt il enflamme. » (Jacques 3:4-5)

Celui qui dit : Je suis un Grand Maître, je suis un Grand Initié, je possède de grands pouvoirs, je suis la réincarnation du génie un tel ou de tel ou tel héros, même quand il l’est réellement, il doit savoir que c’est un Prince de ce monde, son Satan, qui se glorifie de toutes ces choses. Réellement, personne n’a de quoi s’enorgueillir ou se vanter, parce qu’en tant qu’hommes, nous sommes ici-bas misérables pêcheurs, glaise, poussière de la terre ; et là-haut, dans les cieux, il n’y a seulement qu’un atome sur-divin de l’Espace abstrait et Absolu.

La langue du fornicateur

« Et la langue est un feu, un monde de méchanceté. Ainsi, la langue est placée dans nos membres, laquelle contamine tout le corps et enflamme la Roue de la Création et elle est enflammée par l’Enfer. » (Jacques 3:6)

Frères disciples, étudiants ésotéristes, la langue est un feu, un monde de méchanceté. Les Aztèques ont dans le Temple de Chapultepec, lequel est en État de Djinn, une sculpture qui représente Tonatiuh avec sa langue triangulaire de feu et le phallus en érection. Donc, dans cette effigie, on perçoit l’intime relation qui existe entre le Verbe et la Magie sexuelle. Quand l’homme est un fornicateur, sa langue dit des méchancetés. La diffamation, le murmure et la calomnie naissent de la langue pécheresse. Personne n’a le droit de juger personne ! Personne n’a le droit de condamner personne ! Et personne n’est plus que personne !

Dominer la Nature

« Parce que toutes les sortes de bêtes, d’oiseaux, de serpents et d’êtres marins sont comptés et ont été domptés par la nature humaine. » (Jacques 3:7)

Effectivement, l’homme peut dominer, gouverner la Nature avec le Verbe, avec la Parole. Par exemple, les serpents venimeux sont éloignés par les mantras OSI OSOA ASI.

On apaise les chiens furieux avec le mantra SUA.

Également avec le mantra PAS !

Les ânes avec la voyelle O.

En répétant de nombreuses fois le mot CHIN, nous appelons les porcs.

Dans la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, quand il y a une époque de sécheresse, les indiens Arhuacos se réunissent en groupe en imitant le chant des grenouilles et alors vient la pluie dont ils ont besoin pour l’agriculture.

La langue bénissante ou maudissante

« Mais aucun homme ne peut dominer sa langue, qui est un mal qui ne peut pas être réfréné ; pleine de venin mortel. Avec elle, nous bénissons Dieu et le Père, et avec elle, nous maudissons les hommes, lesquels ont été faits à l’image de Dieu. D’une même bouche procèdent la bénédiction et la malédiction. Mes frères, il ne convient pas que ces choses soient ainsi faites. Est-ce qu’une source donne par la même ouverture de l’eau douce et amère ? Mes frères : le figuier peut-il produire des olives ou la vigne des figues ? Ainsi, aucune source ne produit de l’eau salée et douce. » (Jacques 3:8-12)

Les frères du Sentier doivent savoir qu’aucune source ne peut faire de l’eau salée et de l’eau douce simultanément. On ne peut pas être en train de parcourir le Sentier et dire des paroles douces et amères à la fois. On ne peut pas dire des paroles ineffables et des choses perverses simultanément. Toute parole agressive jette l’étudiant gnostique hors du chemin réel. L’homme médiocre critique les autres hommes. L’homme supérieur se critique lui-même.

Faites preuve de sagesse

« Qui est sage et avisé parmi vous ? Qu’il montre par sa bonne conversation ses œuvres de mansuétude et de sagesse. » (Jacques 3:13)

Ceux qui s’enorgueillissent avec fatuité de leur sagesse, ceux qui se louent eux-mêmes sont comme le fou qui, monté sur une tour solitaire, commence à crier et à se louer lui-même. Ceux qui sont vraiment sages, au lieu de critiquer leur prochain, qu’ils montrent, par une bonne conversation, leurs œuvres et, avec humilité et mansuétude, leur sagesse.

Sagesse diabolique

« Mais si vous avez l’envie amère et la chicane dans vos cœurs, ne vous glorifiez pas, ne soyez pas menteurs contre la vérité. Car cette sagesse n’est pas celle qui descend d’en haut mais elle est terrestre, animale, diabolique. Parce que où il y a l’envie et la chicane, il y a la perturbation et toute œuvre perverse. » (Jacques 3:14-16)

L’envie convertit le disciple en Judas. En général, l’envieux se sent plus sage que son Maître et arrive à vendre son Maître pour trente deniers.

« Mais la sagesse qui est d’en haut premièrement est pure, ensuite pacifique, modeste, gentille, pleine de miséricorde et de bons fruits, sans partialité, sans hypocrisie. Et le fruit de la justice se sème en paix pour ceux qui font la paix. » (Jacques 3:17-18)

Parole de perfection

L’homme parfait dit des paroles de perfection. L’étudiant gnostique qui désire suivre le Chemin doit s’habituer à contrôler son langage. Il doit être charitable avec le pieux usage de la parole.

Par exemple, celui qui critique la religion d’autrui ou l’école d’autrui ou la secte d’autrui n’est pas charitable avec la parole. Réellement, il est cruel et impitoyable. Ce n’est pas ce qui entre par la bouche qui fait du tort à l’homme mais ce qui en sort !

La bouche produit l’injure, l’intrigue, la diffamation, la calomnie, la haine. Tout ceci est ce qui porte préjudice à l’homme ! Toutes les religions sont des perles précieuses enfilées sur le fil d’or de la divinité. Mais que l’on évite toutes sortes de fanatisme parce qu’avec lui nous causons un grand tort à l’homme, au prochain. Non seulement on blesse les autres avec des paroles grossières ou avec des ironies fines et artistiques mais aussi avec le ton de la voix, avec l’accent inharmonieux, arythmique.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant