Le Livre Jaune

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

7. La Mère Cosmique

Dieu n’a aucune forme. Dieu est coessentiel avec l’Espace Abstrait Absolu. Dieu est Cela… Cela… Cela…

Dieu a deux aspects : Sagesse et Amour. Dieu comme Sagesse est le Père. Dieu en tant qu’Amour est la Mère.

Le Christ est le Fils de Dieu. Le Christ n’est pas un individu, le Christ est une Armée. Le Christ est l’Armée de la Voix ; le Verbe.

Avant que ne commençât à poindre l’aurore du nouveau jour Cosmique, le Père, la Mère et le Fils étaient Un, Cela… Cela… Cela…

Dieu en tant que Père réside dans l’Œil de la Sagesse. Cet Œil est situé entre les deux sourcils.

Dieu comme Mère réside dans le Temple-Cœur.

La Sagesse et l’Amour sont les colonnes fondamentales de la Grande Loge Blanche.

À l’intérieur de chaque être humain existe un soldat de l’Armée de la Voix. C’est le Christ interne de tout homme qui vient au monde.

L’homme septuple n’est tout au plus que l’ombre pécheresse de ce soldat de l’Armée de la Voix.

Il nous faut incarner l’Homme-Soleil, le Christ interne. La Mère Divine nous aide. Demandez et l’on vous donnera ; frappez et l’on vous ouvrira.

Dieu comme Amour est Isis, de qui aucun mortel n’a levé le voile. Quel est donc celui qui oserait lever ce voile terriblement divin ? Malheur aux profanes et aux profanateurs qui osent ne serait-ce que toucher le Voile d’Isis !

Lorsque le dévot fait sa prière à la Mère Divine, il doit avoir sommeil et être immergé en profonde méditation interne. Le véritable dévot ne se lève de son lit, ni ne mange, ni ne boit qu’il n’ait reçu la réponse de la Divine Mère.

La Mère Cosmique n’a pas de forme, mais elle aime prendre une forme pour répondre au suppliant. Elle peut se présenter comme Isis, Rhéa, Cybèle, Tonantzin, Marie, etc.

Lorsque la Divine Mère a donné sa réponse au dévot, sa forme se désintègre instantanément parce qu’elle n’en a plus besoin.

La Divine Mère est le second aspect de Cela, et est appelée Amour. L’Amour est une substance qui est coessentielle avec l’Espace Abstrait très profond.

La Divine Mère n’est pas une femme, ni non plus quelque individu. Elle est uniquement une Substance inconnue.

Quelle que soit la forme que Cela prend, elle se désintègre aussitôt après. Cela est Amour.

Dieu-Mère est Amour. Dieu-Mère nous adore, nous aime terriblement. La Déesse Mère du monde monte par le canal médullaire, convertie en Serpent de Feu, lorsque nous travaillons avec l’Arcane A.Z.F.

La Déesse Mère du monde est Devi Kundalini.

La Divine Mère porte son enfant dans ses bras amoureux. Le Christ interne de chaque homme est cet Enfant. La Mère est Cela… Cela… Cela… Isis… Amour… Mystère…

Le dévot qui veut des pouvoirs doit les demander à la Divine Mère. Le véritable dévot s’humilie devant Dieu-Mère.

Si le dévot se résout vraiment à corriger ses erreurs et à fouler le sentier de la sainteté, il peut demander à la Divine Mère le pardon de son Karma passé et la Mère Divine lui pardonnera. Mais si le dévot ne se corrige ni ne suit le sentier de la sainteté, il est alors inutile de demander pardon à la Divine Mère, parce qu’elle ne lui pardonnera pas.

La Mère Divine pardonne à ses fils vraiment repentis. Elle sait pardonner à ses enfants parce qu’ils sont ses enfants.

Tout le Karma des mauvaises actions, des réincarnations passées, peut être pardonné par la Mère Divine. Lorsque le repentir est absolu, le châtiment s’avère superflu.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant