La Grande Rébellion

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

27. Les « Mois-Causes »

Les multiples éléments subjectifs qui constituent l’ego ont des racines causales.

Les « mois-causes » sont liés aux lois de Cause et d’Effet. Évidemment il ne peut exister de cause sans effet, ni d’effet sans cause ; ceci est incontestable, indubitable.

L’élimination des divers éléments inhumains que nous charrions dans notre intérieur serait inconcevable, si on n’éliminait pas radicalement les causes intrinsèques de nos défauts psychologiques.

Évidemment les « mois-causes » se trouvent étroitement associés à certaines dettes karmiques.

Seuls le repentir le plus profond et les négociations avec les Seigneurs de la Loi, peuvent nous accorder le bonheur d’obtenir la désintégration de tous ces éléments causatifs, ce qui, d’une manière ou d’une autre, peut nous conduire à l’élimination définitive des éléments indésirables.

Les causes intrinsèques de nos fautes peuvent certainement être déracinées de nous-mêmes grâce aux travaux efficaces du Christ Intime.

Bien entendu, les « mois-causes » sont habituellement d’une complexité épouvantable.

Exemple : un étudiant ésotériste pourrait être trompé par son instructeur et en conséquence ce néophyte deviendrait sceptique. Dans ce cas concret le « moi-cause » qui origine une telle erreur ne pourrait être désintégré qu’au moyen d’un suprême repentir intime et de négociations ésotériques très spéciales.

Le Christ Intime travaille intensément au-dedans de nous-mêmes, en éliminant, par des travaux conscients et des souffrances volontaires, toutes les causes secrètes de nos erreurs.

Le Seigneur de perfection doit vivre tout le drame cosmique dans nos intimes profondeurs.

On est étonné lorsqu’on contemple dans le monde causal toutes les tortures par lesquelles passe le Seigneur de Perfection.

Dans le monde causal, le Christ secret passe par toutes les indicibles amertumes de son Chemin de Croix.

Indubitablement, Pilate se lave les mains et se justifie, mais à la fin il condamne l’Adorable à la mort par la croix.

La montée au Calvaire se révèle extraordinaire pour l’initié clairvoyant.

Indubitablement, la conscience solaire intégrée avec le Christ Intime, crucifiée sur la croix majestueuse du Calvaire, prononce des phrases terribles qu’il n’est pas possible aux êtres humains de comprendre.

La phrase finale : « Mon Père, dans tes mains je remets mon Esprit », est suivie d’éclairs et de tonnerres, et de grands cataclysmes.

Postérieurement, le Christ intime, après avoir été décloué, est déposé dans le Saint-Sépulcre.

Au moyen de la mort, le Christ Intime tue la mort. Longtemps après, le Christ Intime doit ressusciter en nous.

Incontestablement, la résurrection Christique vient nous transformer radicalement.

N’importe quel Maître Ressuscité possède des pouvoirs extraordinaires sur le feu, l’air, les eaux et la terre.

Indubitablement, les Maîtres ressuscités acquièrent l’immortalité, non seulement psychologique mais aussi corporelle.

Jésus, le Grand Kabire, vit encore avec le même corps physique qu’il a eu en Terre Sainte. Le Comte de Saint-Germain qui transmutait le plomb en or et faisait des diamants de la meilleure qualité aux XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, vit encore aujourd’hui.

L’énigmatique et puissant Comte Cagliostro qui a tellement étonné l’Europe avec ses pouvoirs durant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, est un Maître Ressuscité et il conserve encore le même corps physique.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant