La Grande Rébellion

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

23. Le Christ intime

Le Christ est le Feu du Feu, la Flamme de la Flamme, la Signature Astrale du Feu.

Sur la Croix du Martyr du Calvaire est défini le Mystère du Christ, à l’aide d’un unique mot de quatre lettres, INRI : Ignis Natura Renovatur Integra. Le Feu Renouvelle Incessamment la Nature.

L’Avènement du Christ dans notre cœur nous transforme radicalement.

Le Christ est le Logos Solaire, Unité Multiple parfaite. Le Christ est la vie qui palpite dans l’univers entier, il est ce qui est, ce qui a toujours été et ce qui sera toujours.

On a beaucoup parlé sur le Drame Cosmique ; incontestablement, ce Drame est constitué par les quatre Évangiles.

On nous a dit que le Drame Cosmique a été apporté à la Terre par les Élohim. Un Grand Seigneur de l’Atlantide a représenté ce drame en chair et en os.

Le Grand Kabire Jésus a aussi représenté le même Drame publiquement en Terre Sainte.

Le Christ aurait beau naître mille fois à Bethléem, cela ne servirait à rien s’il ne naissait aussi dans notre cœur.

Quoiqu’il soit mort et ressuscité d’entre les morts le troisième jour, cela ne sert à rien s’il ne meurt et ne ressuscite en nous également.

Essayer de découvrir la nature et l’essence du feu, c’est essayer de découvrir Dieu dont la présence réelle s’est toujours révélée sous l’apparence ignée.

Le buisson ardent (Exode 3:2) et l’incendie du Sinaï, lorsque le Décalogue fut proclamé (Exode 19:18) sont deux manifestations par lesquelles Dieu se présenta à Moïse.

Saint-Jean décrit le Seigneur de l’Univers sous la figure d’un Être de Jaspe et de Sardoine couleur de flamme, assis sur un Trône incandescent et fulgurant (Apocalypse 4:3, 5). « Notre Dieu est un Feu Dévorateur », écrit Saint-Paul dans son Épître aux Hébreux.

Le Christ intime, le Feu Céleste, doit naître en nous, et il naît en réalité quand nous nous sommes suffisamment avancés dans le travail psychologique.

Le Christ intime doit éliminer de notre nature psychologique les causes même de l’erreur : Les « mois-causes ».

La dissolution des causes de l’Ego n’est pas possible tant que le Christ intime ne naît pas en nous.

Le Christ intime est le Feu vivant et Philosophal, le Feu du Feu, le Pur du Pur.

Le Feu nous enveloppe et nous pénètre de partout, il vient à nous par l’air, par l’eau et même par la terre, qui constituent ses conservateurs et ses différents véhicules.

Le Feu Céleste qui doit se cristalliser en nous, est le Christ intime, notre Sauveur intérieur profond.

Le Seigneur Intime doit prendre en charge tout notre Psychisme, les cinq cylindres de la machine organique, tous nos processus mentaux, émotifs, moteurs, instinctifs, sexuels.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant