L’Éducation Fondamentale

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

31. La Psychologie Révolutionnaire

Les professeurs des écoles, collèges et universités doivent étudier profondément la Psychologie Révolutionnaire qu’enseigne le Mouvement Gnostique International.

La Psychologie de la Révolution en marche est radicalement différente de tout ce que l’on connaît sous le nom de psychologie.

Nous pouvons dire, hors de tout doute et sans crainte de nous tromper, qu’au cours des siècles qui nous ont précédés depuis la nuit profonde de tous les âges, jamais la psychologie n’était tombée aussi bas qu’actuellement, qu’à notre époque des « Rebelles sans Cause » et des petits messieurs du Rock.

La psychologie retardataire et réactionnaire de ces temps modernes a, pour comble de malheur, perdu lamentablement sa raison d’être, sa signification et tout contact direct avec sa véritable origine.

En ces temps de dégénérescence sexuelle et de totale détérioration du mental, il est non seulement devenu impossible de définir avec une entière exactitude le terme « psychologie », mais en outre on ignore véritablement les matières fondamentales de la psychologie.

Ceux qui supposent à tort et à travers que la psychologie est une science contemporaine de la dernière heure, sont réellement dans l’erreur car la psychologie est une science très ancienne, qui a son origine dans les vieilles écoles des Mystères archaïques.

Il s’avère impossible, pour le puriste retardataire ou la fripouille intellectuelle ultramoderne, de définir ce qu’on entend par la Psychologie, car, cela va de soi, à l’exception de cette époque contemporaine, la Psychologie n’a jamais existé sous son propre nom à cause que, pour tels ou tels motifs, elle fut toujours soupçonnée de tendances subversives de caractère politique ou religieux et se vit par conséquent dans la nécessité de revêtir de multiples déguisements.

Depuis les temps antiques, sur les différentes scènes du théâtre de la vie, la Psychologie a toujours joué son rôle, déguisée intelligemment sous le vêtement de la philosophie.

Sur les bords du Gange, dans l’Inde sacrée des Védas, existent, depuis la nuit atterrante des siècles, des formes de Yoga qui, au fond, sont une pure Psychologie expérimentale de haut vol.

Les sept Yogas ont toujours été décrits, cependant, comme des méthodes, des procédés ou des systèmes philosophiques.

Dans le monde arabe, les enseignements sacrés des Soufis, en partie métaphysiques, en partie religieux, sont en réalité d’ordre totalement psychologique.

Dans la vieille Europe pourrie jusqu’à la moelle des os, avec toutes ses guerres, ses préjugés raciaux, religieux et politiques, jusqu’à la fin du siècle passé la Psychologie se déguisait encore sous le masque de la philosophie pour pouvoir passer inaperçue.

La Philosophie, malgré toutes ses divisions et subdivisions, comme la logique, la théorie de la connaissance (l’épistémologie), l’éthique, l’esthétique, etc., est en elle-même, hors de tout doute, une Autoréflexion évidente, une Cognition mystique de l’Être, un fonctionnalisme cognitif de la Conscience éveillée.

L’erreur d’un bon nombre d’écoles philosophiques, c’est d’avoir considéré la Psychologie comme quelque chose d’inférieur à la philosophie, comme une chose en relation uniquement avec les aspects les plus bas, voire même triviaux, de la nature humaine.

Une étude comparative des Religions nous permet d’arriver à la conclusion logique que la science de la Psychologie a toujours été associée de façon très intime à tous les principes religieux. N’importe quelle étude comparative des Religions vient nous démontrer que dans la littérature sacrée la plus orthodoxe de divers pays et d’époques différentes, il existe de merveilleux trésors de la science psychologique.

Des investigations profondes dans le domaine du Gnosticisme nous permettent de découvrir cette admirable compilation de divers auteurs gnostiques des premiers temps du Christianisme, compilation connue sous le titre de Philocalie, encore utilisée de nos jours dans l’Église chrétienne orientale, spécialement pour l’instruction des moines.

Nous pouvons affirmer, sans le moindre risque de tomber dans l’erreur, que la Philocalie est, essentiellement, une pure Psychologie expérimentale.

Dans les antiques Écoles de Mystères de la Grèce, de l’Égypte, de Rome, de l’Inde, de la Perse, du Mexique, du Pérou, de l’Assyrie, de la Chaldée, etc., la Psychologie a toujours été liée à la Philosophie, à l’Art objectif réel, à la Science et à la Religion.

Dans les temps anciens, la Psychologie se cachait intelligemment dans les formes gracieuses des danseuses sacrées, ou dans l’énigme des étranges hiéroglyphes, dans les belles sculptures, dans la poésie ou dans la tragédie et jusque dans la délicieuse musique des temples.

Avant que la Science, la Philosophie, l’Art et la Religion se soient séparés pour vivre indépendamment, la Psychologie régnait de façon souveraine dans toutes les très antiques Écoles de Mystères.

Lorsque les Collèges Initiatiques ont fermé leurs portes à cause du Kali Yuga ou « Âge Noir » dans lequel nous nous trouvons, la Psychologie a survécu à travers le symbolisme des différentes écoles ésotériques et pseudo-ésotériques du monde moderne, et tout particulièrement dans l’ésotérisme gnostique.

De profondes analyses et investigations nous permettent de comprendre avec une entière clarté méridienne que les différents systèmes et doctrines psychologiques qui ont existé dans le passé et qui existent dans le présent, peuvent être divisés en deux catégories.

La première concerne les doctrines psychologiques telles que la plupart des intellectuels les voient, la psychologie moderne relève de cette catégorie.

La seconde est constituée des doctrines qui étudient l’homme du point de vue de la Révolution de la Conscience.

Ces dernières sont, en vérité, les doctrines originelles, elles remontent à la plus haute antiquité, et elles seules nous permettent de comprendre les origines vivantes de la Psychologie et sa signification profonde.

Quand tous nous aurons compris de façon intégrale et dans tous les niveaux du mental combien est importante l’étude de l’homme à partir du nouveau point de vue de la Révolution de la Conscience, nous comprendrons alors que la Psychologie est l’étude des principes, lois et faits en relation avec la transformation radicale et définitive de l’individu.

Il est urgent que les maîtres et maîtresses des écoles, collèges et universités comprennent de façon intégrale l’heure critique où nous vivons et le catastrophique état de désorientation psychologique dans lequel se trouve la nouvelle génération.

Il est nécessaire de faire passer la « nouvelle vague » par le chemin de la Révolution de la Conscience, et cela n’est possible qu’au moyen de la Psychologie Révolutionnaire de l’Éducation Fondamentale.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant