L’Éducation Fondamentale

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

10. Savoir écouter

Il y a dans le monde beaucoup d’orateurs à l’éloquence étonnante, mais rares sont les personnes qui savent écouter.

Savoir écouter est très difficile, et rares, en vérité, sont les personnes qui savent vraiment écouter.

Lorsque le maître, le conférencier parle, l’auditoire semble très attentif, comme s’il suivait jusque dans les détails chaque parole de l’orateur, tous ont l’air de bien écouter, de se trouver en état d’alerte, mais dans les profondeurs psychologiques de chaque individu, il y a un secrétaire qui traduit chaque parole de l’orateur.

Ce secrétaire c’est le Moi, le Moi-même, le Soi-même. Le travail de ce secrétaire consiste à mal interpréter, à mal traduire les paroles de l’orateur.

Le Moi traduit selon ses préjugés, ses préconceptions, ses craintes, son orgueil, ses angoisses, ses idées, ses souvenirs.

Les étudiants à l’école, tous les individus qui, en général, constituent l’auditoire qui écoute, ne sont pas réellement en train d’écouter l’orateur, ils s’écoutent eux-mêmes, ils écoutent leur propre Ego, leur cher Moi machiavélique, qui n’est pas du tout disposé à accepter le Réel, le Vrai, l’Essentiel.

C’est seulement en état d’alerte-nouveauté, avec un mental spontané et libre du poids du passé, en état de complète réceptivité, que nous pouvons réellement écouter, sans l’intervention de ce minable secrétaire, de ce secrétaire de mauvais augure appelé Ego, Moi, Moi-même, Soi-même.

Lorsque le mental est conditionné par la mémoire, il répète seulement ce qu’il a accumulé.

Le mental conditionné par les expériences de tout le passé ne peut voir le présent qu’à travers la lentille trouble du passé.

Si nous voulons savoir écouter, si nous voulons apprendre à écouter pour découvrir ce qui est nouveau, nous devons vivre selon la philosophie de l’instantanéité.

Il est urgent de vivre d’instant en instant sans la préoccupation du passé et sans les projets du futur.

La Vérité, c’est l’inconnu d’instant en instant, notre mental doit toujours être alerte, pleinement attentif, libre de préjugés, de conceptions à priori, afin d’être réellement réceptif.

Les maîtres et maîtresses d’école doivent enseigner à leurs élèves des deux sexes la profonde signification que renferme cette question de savoir écouter.

Il est nécessaire d’apprendre à vivre sagement, de raffermir nos sens, de raffiner notre conduite, nos pensées, nos sentiments.

Il ne sert à rien d’avoir une vaste culture académique si nous ne savons pas écouter, si nous ne sommes pas capables de découvrir le nouveau d’instant en instant.

Il nous faut affiner notre attention, affiner nos modèles, affiner nos personnes, notre perception des choses, etc.

Nous ne pouvons pas être véritablement raffinés tant que nous ne savons pas écouter.

Le mental grossier, rude, détérioré, dégénéré, est incapable d’écouter, il ne saura jamais découvrir le nouveau, ce genre de mental ne comprend, ne saisit, de façon équivoque, que les traductions absurdes de ce secrétaire satanique appelé le Moi, Moi-même, l’Ego.

Être raffiné c’est quelque chose de très difficile et cela requiert une pleine attention. N’importe quelle personne peut être très raffinée en ce qui concerne la mode, l’habillement, dans le jardinage, dans le choix de son automobile, dans ses amitiés, et néanmoins continuer dans le plus intime d’elle-même à être rustre, grossière, lourde.

Celui qui sait vivre d’instant en instant marche réellement sur le chemin du véritable raffinement.

Celui qui a un mental réceptif, spontané, intègre, alerte, chemine sur le sentier de l’authentique raffinement.

Celui qui s’ouvre à tout ce qui est nouveau en abandonnant le poids du passé, les préconceptions, les préjugés, la méfiance, les frayeurs, le fanatisme, emprunte la voie triomphale du légitime raffinement.

Le mental dégénéré vit embouteillé dans le passé, dans les préjugés, l’orgueil, l’amour propre, les vieilles conceptions…

Le mental dégénéré ne sait pas voir ce qui est nouveau, ne sait pas écouter, il est conditionné par l’amour propre.

Les fanatiques du Marxisme-Léninisme n’acceptent pas le nouveau, ils n’admettent pas la « quatrième caractéristique » de toutes choses, la quatrième Dimension, par amour-propre, ils s’aiment trop eux-mêmes, ils s’accrochent à leurs propres théories matérialistes absurdes, et lorsque nous les replaçons sur le terrain des faits concrets, lorsque nous leur démontrons l’absurdité de leurs sophismes, ils lèvent le bras gauche, regardent les aiguilles de leur montre, donnent une vague excuse et s’en vont.

Ce sont des esprits dégénérés, des esprits décrépits qui ne savent pas écouter, qui ne savent pas découvrir le nouveau, qui n’acceptent pas la réalité parce qu’ils sont embouteillés dans leur amour-propre. Des mentals qui s’aiment trop eux-mêmes, des mentals qui n’ont pas le goût des raffinements culturels, des esprits grossiers, des esprits rustres qui n’écoutent que leur cher Ego.

L’Éducation Fondamentale enseigne à écouter, enseigne à vivre sagement.

Les professeurs des écoles, collèges et universités doivent enseigner à leurs élèves le chemin authentique du véritable raffinement vital.

Rien ne sert de rester enfermé pendant dix ou quinze ans dans des écoles, collèges et universités, si au moment où nous en sortons nous sommes intérieurement de véritables porcs dans nos pensées, nos idées, nos sentiments et nos habitudes de comportement.

Nous avons besoin de l’Éducation Fondamentale de toute urgence parce que les nouvelles générations signifient le commencement d’une ère nouvelle.

Elle est arrivée, l’heure de la véritable révolution, il est là le moment de la révolution fondamentale.

Le passé c’est le passé et il a déjà donné ses fruits. Il nous est nécessaire de comprendre la profonde signification du moment dans lequel nous vivons.

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant