La Dissolution du Moi

 

Retour à l’index
Chapitre suivant

 

1. L’Organe Kundartigateur

Plusieurs millions d’années se sont écoulées, évoluant et involuant lentement, depuis la nuit terrifiante du passé, et l’homme ne sait toujours pas qui il est, d’où il vient, où il va.

Une somnolence millénaire pèse sur les mystères antiques et le Verbe attend, au fond de l’arche, le moment d’être réalisé.

Derrière la tradition édénique, se trouvent de terribles desiderata cosmiques et des erreurs sacrées qui épouvantent et horrifient.

Les Dieux, eux aussi, se trompent.

Et aujourd’hui comme hier, nous sommes face à notre propre destin. Nous sommes confrontés au dilemme de « l’être ou ne pas être » de la philosophie.

On a beaucoup parlé du Serpent sacré et aujourd’hui nous allons parler clairement de l’organe Kundartigateur.

Dieux et Deva, Avatars et Rois divins, ont lutté depuis des millions d’années pour en finir avec les conséquences de l’organe Kundartigateur.

Tous les efforts des Prophètes, Avatars et Dieux, pour en finir avec le résultat désastreux de l’organe Kundartigateur se sont avérés inutiles.

Il est nécessaire de savoir que l’organe Kundartigateur est le feu développé négativement ; le serpent descendant, se précipitant du coccyx vers les enfers atomiques de l’homme.

L’organe Kundartigateur est l’horrible queue de Satan dans le corps de désirs de cet animal intellectuel, faussement appelé homme.

Ce qui est le plus douloureux, le plus triste dans tout cela, c’est de savoir que ceux qui donnèrent à l’humanité l’organe Kundartigateur furent des individus sacrés.

Les vieilles traditions racontent que durant l’époque Lémurienne certains individus sacrés vinrent sur Terre à bord d’un astronef cosmique.

L’Archange Sakaki et le principal Archi-Chimiste-Physicien-Commun-Universel, l’Ange Loïsos, étaient les deux individus principaux de cette sainte commission divine.

Derrière tout le drame de l’Éden se trouve la Commission sacrée composée d’Êtres ineffables. Ils vinrent avec un corps de chair et d’os, et leur navire atterrit en Lémurie. À cette époque très ancienne, l’instinct humain commençait à se développer en raison objective.

La Très Haute Commission put, jusqu’à satiété, se rendre à l’évidence que l’homme édénique commençait déjà à soupçonner le motif pour lequel il avait été créé.

La race Lémurienne commençait à deviner les raisons de son existence, les raisons mécaniques de sa misérable existence.

Chaque être humain est une petite machine qui capte et transforme des énergies cosmiques qu’elle adapte ensuite inconsciemment aux couches intérieures de la Terre.

Nous sommes cela, des petites machines humaines, et rien d’autre. Que serait le monde sans ces petites machines ?

Le monde sans ce sceau, sans cette physionomie que lui donne l’humanité, serait quelque chose sans but et ce qui n’a pas de but cesse d’exister.

L’humanité dans son ensemble est un organe de la nature ; un organe qui recueille et assimile des énergies cosmiques nécessaires à la bonne marche de l’organisme planétaire. Malheureusement il n’est pas très agréable d’être « machine » et c’est pourtant cela qu’on appelle « homme ». Une machine, oui et rien d’autre.

Lorsqu’un rebelle s’élève et prend les armes contre la nature, lorsqu’il ne veut plus être machine, les pouvoirs ténébreux le combattent à mort. Or, rares sont les humains capables de combattre les ténébreux ou les forces de la nature, du Cosmos, etc. Et, en général, les rebelles capitulent.

Nombreux sont les appelés, mais peu sont les élus. Seuls quelques-uns réussissent à vaincre la nature et à s’asseoir sur le trône du pouvoir pour la gouverner.

Les Lémuriens soupçonnaient tout cela et, grâce à leur instinct, comprenaient que les êtres humains cessaient de naître lorsque après avoir rendu leurs services de machines à la nature, ils devenaient pervers.

Partout, dans tous les recoins de la Lémurie, on soupçonnait instinctivement cette tragédie qui voulait se manifester à la raison objective.

Après avoir examiné sereinement ce problème, la commission sacrée décida de prendre des mesures cosmiques drastiques afin d’éviter la désillusion totale du genre humain, celle-ci pouvant aboutir au suicide collectif.

Les grands desiderata cosmiques sont derrière Adam et Ève. La commission sacrée se cache derrière le drame et le scénario édénique. Tout s’accomplit et l’homme reçu le stigmate maudit de l’organe Kundartigateur.

Par la suite, de nombreux siècles peut-être, la Sainte Commission revint. À sa tête, l’Archi-Séraphin Sévotephtra, car l’Archange Sakaki s’était converti en « l’un des quatre soutiens des quarts de l’Univers ».

Les traditions nous situent ce retour juste trois ans après, mais ces trois années ont toujours été symboliques.

La réalité fut alors, qu’après un examen sévère de la situation, l’Archi-Chimiste-Physicien Loïsos, détruisit l’organe Kundartigateur de la race humaine, celle-ci n’en ayant plus besoin. En effet, l’être humain avait abandonné tous ses doutes et s’était illusionné des beautés du monde.

Les dieux sauvèrent l’être humain d’une grande crise ; ils réussirent à ce qu’il s’illusionne de ce monde et qu’il y vive comme tout citoyen planétaire ; ils ne purent néanmoins le sauver des mauvaises conséquences de l’organe Kundartigateur.

En réalité, les mauvaises conséquences dudit organe, se convertirent en habitudes et coutumes erronées, qui, en s’introduisant au plus profond de notre psyché, devinrent le subconscient.

L’Ego ou Moi psychologique est le subconscient lui-même, dont les racines naissent au sein des conséquences de l’organe Kundartigateur.

Le Très Saint Ashyata Sheyimash lutta beaucoup pour ôter à l’humanité les conséquences néfastes de l’organe Kundartigateur. Le Saint Lama, au Tibet, souffrit beaucoup pour sauver l’humanité de ces horribles conséquences de l’organe fatal.

Bouddha, Jésus, Moïse et d’autres, passèrent par de nombreuses amertumes pour libérer l’humanité des horribles conséquences de cet organe Kundartigateur.

La commission sacrée composée d’Êtres ineffables, s’est chargée d’un terrible karma cosmique : celui-ci sera payé dans le futur Mahamanvantara.

Écoutez-moi frères gnostiques :

Comprenez que c’est seulement avec les Trois Facteurs de la Révolution de la Conscience, que vous pouvez en finir avec les mauvaises conséquences de l’organe Kundartigateur. Ces trois facteurs sont :

  1. La mort du Moi psychologique.
  2. La naissance de l’Être en nous.
  3. Le sacrifice pour l’humanité.

Le Moi meurt par une rigoureuse compréhension créatrice. L’Être naît en nous avec le Maïthuna (la Magie sexuelle). Et le sacrifice pour l’humanité, c’est la Charité et l’Amour bien compris.

Les écoles qui enseignent l’éjaculation du Semen, même lorsqu’elles le font d’une manière très mystique, sont réellement noires, parce qu’avec cette pratique on développe l’organe Kundartigateur.

Les écoles qui enseignent la connexion du Lingam-Yoni, sans l’éjaculation du Semen sont blanches, parce qu’ainsi la Kundalini s’élève par le canal médullaire.

Les écoles qui apprennent à fortifier le Moi psychologique, sont noires, parce qu’elles aident au renforcement des mauvaises conséquences de l’organe Kundartigateur.

Les écoles qui enseignent la dissolution du Moi (la Mort mystique), sont blanches, car ainsi elles détruisent les mauvaises conséquences de l’organe Kundartigateur.

L’organe Kundartigateur est la queue de Satan, le feu sexuel descendant du coccyx vers les enfers atomiques de l’homme.

 

Retour à l’index
Chapitre suivant