Cours Zodiacal

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant

 

9. Le Sagittaire

Du 23 novembre au 21 décembre.

Régit les hanches et les cuisses.

Métal : l’étain.

Parfum : l’aloès.

Pierre : le saphir bleu.

Plante : l’agave.

Fleur : l’hortensia.

Planète : Jupiter.

Couleur : bleu.

Élément : feu.

Mot-clé : Bienveillance.

Jour : le jeudi astrologique (vendredi actuel).

Régent : Zachariel.

 

Cher disciple,

Nous sommes rendus dans notre cours à la constellation du Sagittaire. Le métal correspondant est l’étain ; la pierre, le saphir bleu.

Les natifs du Sagittaire sont extrêmement passionnés et fornicateurs.

Éliphas Lévi écrit : « Malheur au Samson de la Kabbale qui se laisse endormir par Dalila. À l’Hercule de la science qui échange son sceptre royal pour le fuseau d’Omphale, il sentira bientôt la vengeance de Déjanire et il ne lui restera plus que le bûcher du mont Oeta pour échapper aux tourments dévorateurs de la tunique de Nessus. »

Les sept planètes du Système Solaire sont les sept Séphiroth inférieures, et le TriUn Soleil spirituel est la Couronne Séphirotique. Ces dix Séphiroth vivent et palpitent à l’intérieur de notre conscience et nous devons apprendre à les manipuler et les combiner dans le merveilleux laboratoire de notre univers intérieur. Ces dix Séphiroth sont :

Kether : le pouvoir équilibreur ; le Mage du premier arcane du Tarot, dont le hiéroglyphe primitif est représenté par un homme.

Chokmah : la Sagesse ; la Papesse du Tarot ; la sagesse occulte, la prêtresse ; la deuxième carte du Tarot ; la Lune ; le hiéroglyphe primitif est la bouche de l’homme.

Binah : l’Intelligence ; la planète Vénus ; la troisième carte du Tarot, l’Impératrice ; le symbole primitif est une main dans l’attitude de prendre.

Ces trois Séphiroth forment la Couronne Séphirotique. Puis viennent les sept Séphiroth inférieures, dans l’ordre suivant :

Chesed : Jupiter ; l’Être divin ; l’Atman ; le hiéroglyphe primitif : le sein ; la quatrième carte du Tarot : la lame de l’Empereur ; la Miséricorde.

Geburah : la Rigueur ; la cinquième carte ; le corps bouddhique de l’homme ; le Pape ou le Hiérophante du Tarot ; Mars, le guerrier du Bélier.

Tiphereth : la Vénus du Taureau ; la beauté, l’amour de l’Esprit-Saint ; le corps causal de l’homme ; la sixième carte du Tarot, l’Amoureux.

Netzah : le Mercure des Gémeaux ; le Chariot du Tarot ; la septième carte, et l’éternité du Tout ; le corps mental ; la Victoire.

Hod : l’Arcane de la Justice ; la huitième carte du Tarot ; Saturne ; la Splendeur ; le corps astral.

Jesod : le Soleil du Lion ; la neuvième carte du Tarot ; l’Ermite ; l’Absolu ; le corps éthérique de l’homme ; le Fondement.

Malkuth : l’Univers tout entier, Marie ou la Vierge ; la Nature ; le corps physique de l’homme.

Ces dix Séphiroth vivent à l’intérieur de notre Être et constituent notre système solaire. Le Tarot est en relation intime avec l’Astrologie ésotérique et avec l’Initiation.

Arcane X : c’est la première heure d’Apollonius de Thyane : « Étude transcendantale de l’Occultisme. »

Arcane XI : c’est la deuxième heure d’Apollonius : « Les abîmes du feu. Les vertus astrales forment un cercle à travers les dragons et le feu. » (Étude des forces occultes.) La Force.

Arcane XII : le Sacrifice. Troisième heure d’Apollonius de Thyane : « Les serpents, les chiens et le feu. » Alchimie sexuelle, travail avec la Kundalini (Magie sexuelle).

Arcane XIII : la Mort. Quatrième heure d’Apollonius : « Le néophyte errera de nuit parmi les sépulcres, il éprouvera l’horreur des visions, il se livrera à la Magie et à la Goétie » (ceci signifie que le disciple se verra attaqué par des millions de magiciens noirs dans le plan astral ; ces mages ténébreux essaient d’éloigner le néophyte du sentier lumineux).

Arcane XIV : les deux urnes, « magnétisme divin et magnétisme humain. Les eaux supérieures du Ciel » : cinquième heure d’Apollonius. Pendant ce temps, le disciple apprend à être pur et chaste, parce qu’il comprend la valeur de sa liqueur séminale.

Arcane XV (l’ouragan, l’orage électrique) : Typhon-Baphomet. Sixième heure d’Apollonius de Thyane : « Ici, il faut se tenir coi, immobile, à cause de la crainte » (cela signifie l’épreuve terrible du Gardien du Seuil qu’il faut beaucoup de courage et d’énergie pour vaincre).

Arcane XVI : La Tour foudroyée. Septième heure d’Apollonius : « Le feu réconforte les êtres animés et si quelque prêtre, un homme suffisamment pur, le dérobe et ensuite le projette, s’il le mêle à l’huile sainte, puis le consacre, il parviendra à guérir toutes les maladies, seulement en l’appliquant sur la partie affectée » (l’Initié voit ici sa fortune matérielle menacée et ses entreprises échouent).

Arcane XVII : l’Étoile des Mages. Huitième heure d’Apollonius : « Les vertus astrales des éléments, des semences de tout genre » (Étude des Mystères Mineurs, les neuf arcades que doit franchir l’étudiant dans son ascension).

Arcane XVIII : le Crépuscule. La Lune. Neuvième heure d’Apollonius : « Ici, rien n’est encore terminé. » L’Initié accroît sa perception jusqu’à dépasser les limites du Système Solaire, au-delà du Zodiaque. Il touche le seuil de l’Infini, il est arrivé aux limites du monde intelligible. Il aperçoit la Lumière divine, mais avec elle surgissent de nouvelles craintes et de nouveaux dangers.

Arcane XIX : la lumière resplendissante. Le Soleil. Dixième heure d’Apollonius : « Les portes du Ciel s’ouvrent et l’homme sort de sa léthargie. » C’est le nombre dix de la seconde grande Initiation des Mystères Majeurs, qui permet à l’Initié de voyager en corps éthérique. C’est la Sagesse de Jean-Baptiste.

Arcane XX : le Réveil des Morts. Le Jugement. Onzième heure d’Apollonius : « Les Anges, les Chérubins et les Séraphins volent avec des bruissements d’ailes. Il y a de la joie dans le Ciel, la Terre s’éveille, et le Soleil qui surgit d’Adam. » Ce processus appartient aux grandes Initiations des Mystères Majeurs où ne règne que la terreur de la Loi.

Arcane XXI : la Couronne des Mages. Douzième heure d’Apollonius de Thyane : « Les colonnes du feu s’apaisent. » C’est l’entrée triomphale dans la félicité sans limites du Nirvana, où le Maître revêt l’habit resplendissant de Dharmasaya, ou bien renonce au bonheur du Nirvana par amour pour l’humanité et se convertit en Bodhisattva de compassion, en Sauveur de la pauvre humanité souffrante, une pierre de plus dans la muraille gardienne élevée avec le sang des martyrs. Samyak Sambuddho, un Maître de Perfection, a renoncé au Nirvana par amour pour l’humanité.

Les parfaits Bouddhas, revêtus de la gloire de Dharmasaya, ne peuvent plus aider l’homme ni l’humanité, parce que le Nirvana est l’oubli du monde et des hommes pour toujours. Les Bodhisattvas Kwan-Shiyin, Tashini, Bouddha et le Christ irradient leur lumière sur l’humanité souffrante.

Les Bodhisattvas entrent, après de grands sacrifices, dans un monde supranirvanique de félicité. La muraille gardienne est formée des « Bodhisattvas de compassion ». Nous, les Gnostiques, nous suivons les traces de nos prédécesseurs.

Aum Vajrapani Hum.

Jupiter est la planète du Sagittaire. Nous vous avons parlé dans cette leçon du sentier nirvanique parce que Jupiter tonnant est le symbole sacré de notre Intime, c’est pourquoi l’on dit que Jupiter est le Père des Dieux. Ceci nous rappelle le Jupiter Capitolin des Romains. Jupiter en Sagittaire influe sur les grandes artères fémorales, où le sang se magnétise totalement sous Jupiter.

 

Pratique du Sagittaire :

Installez-vous de façon accroupie, les fesses appuyées sur les talons, à la façon des indiens péruviens ; placez vos mains sur les cuisses, les deux index dirigés vers le haut, vers le ciel, pour attirer les rayons de Jupiter, tel que nous l’enseigne Huiracocha, afin de magnétiser intensément les fémorales.

On vocalise alors le mantra ISIS, en allongeant le son de chaque lettre et en prononçant le S avec un son sifflant comme celui du vent. À l’aide de cette clé, vous éveillerez totalement votre clairvoyance et vous obtiendrez le pouvoir de lire les archives akashiques de la Nature.

On doit ensuite méditer avec ferveur sur l’Intime, en le priant de nous emmener à l’Ange Zachariel afin qu’il nous aide.

Sur le sentier initiatique, nous devrons vivre les douze heures dont nous a parlé le grand sage Apollonius de Thyane. Le magicien noir Papus a essayé de défigurer les douze heures d’Apollonius avec des enseignements de Magie Noire ; en faisant table rase de tous les innombrables volumes kabbalistiques qui circulent à travers le monde, nous sommes parvenus à la conclusion que toute la Kabbale se réduit aux vingt-deux Arcanes Majeurs du Tarot, et aux quatre As qui représentent les quatre éléments de la Nature.

Sur quelque chose d’aussi simple, les érudits ont élaboré des milliers de volumes et de théories qui rendraient fou quiconque aurait le mauvais goût de s’intellectualiser à l’aide de tout cet arsenal. Le pire, c’est qu’en matière de Kabbale les magiciens noirs se sont emparés de tout ce qu’ils ont trouvé pour défigurer l’enseignement et égarer le monde. Les œuvres de Papus sont de la véritable Magie Noire.

Le Tarot est un livre aussi ancien que le monde, il est en relation intime avec la Sagesse des Dieux planétaires. Ce livre, c’est le « jeu » de Tarot, qui comporte 78 lames, réparties en 22 appelées Arcanes Majeurs et 56 dénommées Arcanes Mineurs.

Les 4 As représentent les éléments de la Nature :

L’As d’Épées symbolise le feu.

L’As de Coupes symbolise l’eau.

L’As de Pentacles représente l’air.

L’As de Bâtons symbolise la terre.

Les 56 lames des Arcanes Mineurs sont toutes basées sur ces 4 As, sur les 10 nombres de notre système décimal et sur les 22 Arcanes Majeurs. Un 4 de Bâtons, par exemple, n’est rien d’autre que l’Arcane IV, l’Empereur, et le symbole de l’As de Bâtons répété quatre fois ; c’est la même chose pour les 56 lames des Arcanes Mineurs. Interprétez ces cartes intuitivement en combinant l’élément de la Nature avec les Arcanes Majeurs et le problème sera résolu. Autre exemple : un 6 de Pentacles s’interpréterait en combinant l’Arcane VI, l’Amoureux ou l’Indécision, avec l’élément air, ou « Âme », symbolisé par les Pentacles, ce qui donnerait comme signification : « un amour ». Et ainsi de suite.

Il y a deux sortes de Kabbalistes : les Kabbalistes intellectuels et les Kabbalistes intuitifs. Les Kabbalistes intellectuels sont des magiciens noirs ; les Kabbalistes intuitifs sont des magiciens blancs.

Les Dieux sidéraux souvent nous répondent en nous montrant une carte de Tarot ; nous devons alors comprendre intuitivement la réponse qui nous a été donnée. Les Kabbalistes intuitifs, seulement en regardant une carte du Tarot, comprennent ce que le destin leur réserve.

Un jour j’ai consulté un Génie planétaire pour savoir si oui ou non il convenait d’effectuer un certain voyage, car je n’étais pas financièrement prêt pour ce voyage ; le Génie planétaire me répondit en me montrant trois cartes. L’une d’elles était un Roi de Pentacles, magnifiquement brodé d’or ; je compris avec le cœur et j’effectuai mon voyage et je m’en tirai fort bien.

Lorsque l’humanité fut jugée devant moi, je vis le Tarot étalé en lignes de sept cartes, et quand brilla une certaine carte de la sixième ligne, les Dieux jugèrent la grande Prostituée (l’humanité) et la trouvèrent indigne. La sentence des Dieux fut : « À l’abîme, à l’abîme, à l’abîme ! » (Le nombre de l’humanité est 666.)

Le Magicien blanc prie les Dieux, puis il jette ses cartes sur la table ; les yeux fermés et en suppliant son Dieu intérieur, il choisit alors une carte, l’observe, et en se servant de l’intuition il émet un pronostic. Chaque carte du Tarot constitue à elle seule un pronostic complet.

Les exercices du Sagittaire ont pour but d’éveiller la clairvoyance, de voir et de comprendre toutes ces choses. Les Kabbalistes de l’intuition comprennent tout avec le cœur. Les Kabbalistes intellectuels veulent résoudre tout avec le mental animal. Le Kabbaliste de l’intuition n’est guidé que par la voix du silence, de l’Intime. Ces cartes du Tarot sont le langage des mondes supérieurs de la Lumière. Ces cartes du Tarot sont la Sagesse occulte des Dieux sidéraux.

Les douze heures d’Apollonius sont le chemin de l’initiation. On est horrifié de voir comment les hommes ont accumulé tant de théories sur ce livre aussi simple et sublime comme Dieu.

Les 78 lames du Tarot sont comme 78 hiéroglyphes ineffables brillant à l’intérieur de cette pyramide à cinq arêtes que l’on appelle l’homme. 1 plus 2 plus 3 plus 4 égale : 10 : tout le progrès de l’étudiant est fondé sur ces nombres. Chaque année a sa carte kabbalistique qui nous permet de faire des pronostics intuitifs.

Ainsi, 1951, par addition kabbalistique, se décompose de la façon suivante : 1 plus 9 plus 5 plus 1 égale : 16. L’Arcane XVI, c’est la Tour foudroyée. Avant le 21 mars 1952, une grande nation a reçu un grand châtiment karmique (consulter à ce sujet les documents de l’époque).

Si nous additionnons entre eux les nombres composant notre date de naissance, nous obtiendrons notre propre nombre kabbalistique. Certains extraient aussi la valeur numérique des lettres de leurs nom et prénom. Iglesias Janeiro s’est spécialisé dans ce genre de calculs, mais cette branche ne nous intéresse pas réellement, parce qu’elle n’a pas été étudiée ésotériquement en profondeur, de façon scientifique. La seule chose que j’aie pu vraiment constater, c’est que le nom des personnes, dans son sens immédiat, renferme le karma de la personne. Par exemple, les femmes dont le nom est Dolorès souffrent l’indicible dans leur vie.

Le Kabbaliste authentique n’écoute que la voix de l’Intime. Lorsque l’intellect veut utiliser pour son compte les cartes du Tarot, il tombe dans les pires égarements. Le Tarot est la Sagesse ésotérique des Étoiles. Les cartes du Tarot proviennent des mondes les plus ineffables de la Lumière édénique. Voici, de façon succincte, la signification des 22 Arcanes Majeurs :

  1. L’homme, le Mage.
  2. La femme, l’Ésotérisme.
  3. L’humanité et la Création.
  4. Le pouvoir et ce qui est créé.
  5. L’autorité et la vie mentale.
  6. L’Amour et l’attraction amoureuse.
  7. Le char de guerre. Luttes dans le mental.
  8. La justice. Souffrances.
  9. L’Amour divin. Prudence.
  10. La fortune, la chance.
  11. Le courage.
  12. Le sacrifice.
  13. La mort, les transformations.
  14. La tempérance, la chasteté « active ».
  15. La fatalité.
  16. Catastrophe et destruction.
  17. L’espoir.
  18. Des ennemis cachés.
  19. La vérité.
  20. Changements.
  21. Démoralisation (le Fou, le Mat).
  22. Le triomphe (le Monde).

 

Chapitre précédent
Chapitre suivant